3 astuces pour travailler avec des clients à petit budget

Vous êtes freelance et vos clients n’ont jamais de budget pour vous ? Pas de panique, il est possible de travailler avec des clients à petit budget en y trouvant votre compte.

Si vous débutez en freelance, vous allez rapidement vous confronter à la réalité de l’entrepreneuriat : le fossé entre votre tarif officiel et le budget de vos clients. Cette prise de conscience peut s’accompagner d’un sentiment de déception.

Toutefois vous ne devez pas subir vos missions ! A vous de refuser ce qui vous semble injuste et négocier pour une collaboration plus équitable.

Dans ce court article, je vous donne mes astuces pour ne pas perdre votre temps et ressortir gagnant !

 

1 – Cadrez et limitez le temps passé sur la mission

Un prospect vous contacte pour une mission équivalent à 5 jours de travail par mois. Admettons que votre tarif journalier moyen (TJM) est de 400 euros/jour. Logiquement vous vous dites : 400 x 5 = 2000 €. Pas de chance, votre prospect vous annonce un budget de 1000 €.

Si votre client ne peut pas augmenter son tarif, faites lui d’abord comprendre qu’en acceptant de travailler avec lui, vous allez opérer quelques ajustements pour que vous y trouviez vous aussi votre compte pour 1000 € de mission.

Pensez d’abord à limiter le temps passé sur la mission en question : si la mission comprend une partie de tâches opérationnelles (community management par exemple), pensez à limiter le nombre d’actions dans le mois (passer de 5 publications par semaines à 3, toujours dans le cadre d’une mission de Community Management).

Vous pouvez également proposer un accompagnement stratégique, en troquant votre rôle d’exécutant contre un rôle de consultant. En apportant du conseil à votre client, vous lui permettrez de gérer lui même les tâches opérationnelles ou de les déléguer à un stagiaire si le temps lui manque.

Si vous êtes webdesigner, vous pouvez proposer une arborescence pour le site internet de votre client, l’accompagner sur le choix du thème et son installation, mais refuser de faire l’optimisation SEO de tous les articles et pages du site.

Gardez en tête que si vous acceptez une mission chronophage mal payée, vous allez manquer des opportunités de meilleures missions par manque de temps. Prenez du recul !

 

2 – Invitez vos clients à vous coopter

Une autre solution envisageable pour travailler avec un client à petit budget est de lui proposer de baisser votre tarif en échange d’un rôle d’apporteur d’affaires de la part de votre client.

Vous pouvez ainsi effectuer une remise sur le prix total d’une mission à condition que d’ici la fin de la mission, votre client vous ait envoyé des prospects (des personnes qui vont contactent de sa part). A vous de négocier le nombre de prospects et le prix de la remise.

Sur une mission à 1000 euros par mois, vous pouvez effectuer 300 euros de remise contre deux prospects venant de la part de votre client par exemple.

En fin de mission, n’oubliez pas de lui demander de vous donner un avis/témoignage pour enrichir votre e-réputation et vos profils sociaux.

Vous devez faire comprendre à votre client que s’il n’a pas d’argent, il doit être proactif et user de son temps pour solliciter son réseau de manière efficace.

Il refuse ? Vous refusez.

 

3 – Pratiquez l’échange de compétences avec vos clients

Il existe enfin une dernière possibilité de coopération avec un prospect sans budget : l’échange de compétences. Il est très pratique et courant entre freelances.

Vous pouvez demander une somme symbolique pour une mission, et en plus de cela, ajouter une demande d’échange de compétences avec votre prospect.

Vous êtes graphiste, et vous collaborez avec un photographe ? Ce dernier peut vous faire gratuitement des photos professionnelles pour votre site internet en échange d’un logo et d’une somme symbolique.

J’ai pour ma part pratiqué l’échange de compétences pour la réalisation de mon site web avec une webdesigner : paiement d’une somme symbolique et proposition de coaching en Personal Branding contre la réalisation de mon site web. Une très belle collaboration !

Si vous êtes freelance, je vous conseille de vous entourer d’un réseau de partenaires avec qui vous pouvez mettre en place des collaborations régulières en pratiquant l’échange de compétences.

 

Travailler avec des clients à petit budget peut sembler fastidieux si vous ne cadrez pas la mission. En tant qu’entrepreneur vous devez être force de proposition pour ne pas vous laisser écraser par une collaboration non équitable. En proposant un accord gagnant-gagnant, votre client prendra compte de votre valeur et vous remontrez en même temps dans votre propre estime.

 

Vous ne savez pas comment instaurer une collaboration équitable dans votre activité ? Ecrivez-moi un commentaire, je vous aiderai 🙂

 

 

4 réponses
  1. Michael
    Michael dit :

    Le budget du client est en effet souvent un frein lorsqu’on travaille en freelance. C’est souvent compliqué de se faire rétribuer une mission à sa juste valeur.
    Merci pour ces quelques conseils, je n’avais jamais pensé au n° 2 🙂

    Répondre
  2. Laurent
    Laurent dit :

    Hello Yeza,
    Si je suis ton raisonnement, le conseil nº 2 t’amènerais a travailler sous ton TJM et donc de perdre de l’argent du fait d’en rétrocéder, soit une situation pire qu’en point nº1 ou tu adaptes le budget vis-à-vis du temps à consacrer à la mission.

    Dans ce cas ça ne devient plus un conseil pour pallier au manque de budget mais plutôt un conseil pour un freelance qui manque de travail.

    Tu ne plus adapter dans ce cas le budget au travail effectué car il sera bien facturé 1000 mais tu en percevras seulement 850 ! Avec 3 clients sur ton TJM selon ce principe (150€ x 3 de rétrocession), tu travailleras presque une journée gratuite pour le 4ème.

    Je ne pense pas qu’il faille brader son travail, mais plutôt offrir quelque chose comme un service qui ne ne demande pas de temps, mais qui apporte une valeur ajoutée.

    J’ai peut-être manqué un point !

    Répondre
    • Yéza Lucas
      Yéza Lucas dit :

      Bonjour Laurent,

      En fait, l’idée du conseil n°2 c’est de proposer une remise en échange d’un prospect qualifié. Il ne s’agit pas de faire des remises à tout le monde ni de travailler sous son TJM. Il faut également prendre en compte que ce type de collaboration doit être gagnant pour le freelance qui choisi le montant de la remise. Cela permet de ne pas refuser une mission qui pourrait être intéressante, ni de l’accepter dans de mauvaises conditions (une rémunération dérisoire en échange de rien).

      🙂

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *