L’heure du bilan : trois choses à retenir d’un an d’entrepreneuriat

Cette semaine, je conclus ma première année d’entrepreneuriat : le 19 juillet dernier, je quittais mon emploi salarié pour me lancer dans le grand bain. Il y a bien mille enseignements que je pourrais tirer de cette belle et expérimentale année, mais j’ai décidé de vous restituer les trois principaux.

I –   Soyez à 200 % pendant votre année de lancement

leçons entrepreneuriat

La première année, c’est une année test, c’est pourquoi vous devez tout donner. Concrètement, ça veut dire quoi ? Il faut envoyer du pâté !

Comment ? En affirmant votre présence digitale, en vous faisant un nom dans votre domaine d’activité, et en travaillant votre storytelling !

Pendant un an, j’ai coaché des entrepreneurs, et j’ai fait le constat de trois blocages qui les empêchent de passer le cap de la première année :

  • Un manque de disponibilité
  • Un manque d’ambition  
  • Un manque d’organisation

Laissez-moi revenir sur chacun de ces trois points :

  • La disponibilité, qu’est-ce que c’est ?

C’est le fait de choisir de faire passer son entreprise avant tout. On ne peut pas être disponible quand on est balancé entre entrepreneuriat et salariat, quand on a des soucis familiaux trop proéminents, quand on n’a pas les ressources financières nécessaires à son lancement.

Entreprendre demande d’avoir énormément d’énergie sur le long terme. Si cette énergie est court-circuitée par des facteurs externes, difficile de se lancer dans les bonnes conditions.

  • Élevez-vous avec des objectifs ambitieux !

Pour cela, posez-vous les bonnes questions : combien voulez-vous gagner par mois ? Comment allez-vous affirmer votre marque dans un milieu ultra concurrentiel ?

Vous devez apprendre à sortir de l’ombre pour raisonner comme un entrepreneur. Ce n’est que de cette manière que vous pourrez connaître le succès dont vous rêvez.

Pourquoi est-ce que j’insiste sur l’importance de se fixer des objectifs ambitieux ? Parce que sans cette stimulation entrepreneuriale, impossible de sortir de la médiocrité. Alors certes, on survit, mais est-ce vraiment un choix de vie ?

  • Vous pensez être organisé ?

Qu’avez-vous fait de votre journée ? De votre semaine ?

Listez les éléments qui vous parasitent et réduisez-le, revoyez votre planning de la semaine avec rigueur et réalisme : combien de temps vous donnez-vous pour telle tâche ? Quelle place vous accordez-vous pour du temps libre, repos ou activités non entrepreneuriales ? Tout doit rentrer en compte pour que vous soyez le maître du temps !

II – Saisissez les opportunités pour faire évoluer votre activité

leçon entrepreneuriat

Une opportunité, c’est quoi ? Une possibilité de tester quelque chose de nouveau pour votre activité.

Je m’explique : on vous proposera des missions pour lesquelles vous n’avez jamais réalisé de prestations par le passé. Vous vous sentez illégitime, et le syndrome de l’imposteur (qui ne vous a jamais quitté) refait surface.

Pour savoir si l’opportunité est à saisir ou non, posez-vous les questions suivantes :

  • La mission me paraît-elle “simplement” difficile OU impossible ?
  • Mon intuition me dit-elle d’y aller ?
  • L’évolution de mon activité dépend-t-elle de ce type de mission ?

A partir des réponses que vous fournirez à ces questions, il vous sera plus facile de savoir si tel événement est une opportunité ou un “piège”.

Si votre intuition vous dit d’y aller, adoptez le vieil adage “fake it until you make it”. Après tout, personne n’a besoin de savoir que c’est votre première fois !

Si vous avez besoin d’aide, sous-traitez, faites-vous aider, mais ne refusez pas une opportunité qui peut vous faire évoluer 😉

Les opportunités m’ont permis de passer d’exécutante, à consultante puis à coach. J’ai énormément appris, monté en compétences, et mon syndrome de l’imposteur a été un réel moteur pour me surpasser. Il y a un an, je n’aurais jamais imaginé que je serai arrivée jusqu’ici aujourd’hui.

Mes seuls regrets étaient lorsque je n’étais pas alignée. 

III – Restez aligné pour garder votre cohérence

leçon entrepreneuriat

J’ai toujours pensé que l’alignement était un concept de développement personnel flou et loin de mes préoccupations. Et pourtant, il m’a vite rattrapé.

Être aligné, ça veut dire quoi ? Etre en cohérence avec vous-même dans vos actions, pour transmettre suffisamment d’énergie lors de votre communication.

Si vous n’êtes pas raccord avec ce que vous faites, on le sentira, et on le verra. Entreprendre ce n’est pas seulement faire du chiffre d’affaire, mais construire un projet de long terme cohérent.

Il m’est arrivée à plusieurs reprises de ne pas être alignée avec ce que je faisais : lors de missions, à l’occasion d’animation d’événements, dans des projets associatifs…et dans ces cas concrets, impossible de mettre de l’énergie dans ce que j’entreprends.

Aujourd’hui, je ne veux plus me retrouver dans ce genre de situation. Si je ne suis pas en cohérence avec moi-même dans un projet, je ne vais pas plus loin et stoppe net.

J’ai finalement compris ce qu’était la quête de sens, qui va bien au delà de la recherche d’impact positif (pour la société ou la planète).  Ce qui fait sens pour moi aujourd’hui n’est plus ce qui faisait sens pour moi il y a un an.

Si je m’écoute, je vois que je me lève le matin, heureuse et motivée, pour coacher des entrepreneurs dans leurs projets, et les aider à surmonter leurs difficultés quotidiennes.

Ma quête de sens est l’éducation et la recherche d’une meilleure pédagogie pour accompagner les entrepreneurs d’aujourd’hui mais également de demain.

 

Il y a plus de 3 leçons d’entrepreneuriat que je tire de cette première année, mais ce sont bien celles-ci qui ont guidé mon projet et son évolution.

Et vous, que tirez-vous de votre expérience entrepreneuriale ? Donnez-moi une leçon en commentaire 🙂

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *