Camille et Marion : le freelancing en duo au service d’une pédagogie du design !

J’ai croisé la route de Camille et Marion, deux jeunes freelances réunies autour d’une amitié et d’un atelier de design graphique. Leur point commun ? Une vision commune de la communication graphique et l’ambition de la rendre accessible aux acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire.

1 – Pouvez-vous vous présenter ?

P1040230

Marion (à gauche) et Camille (à droite) / Crédit photo : © Nick Quine et emballage collectif

Nous sommes Camille Esayan et Marion Ménard, toutes deux cofondatrices d’emballage collectif, un atelier de design graphique co-main, d’illustration et de typographie, que nous avons fondé en 2016. En commun avec nos différents interlocuteurs, nous développons de nouvelles formes de création conviviales, à double dessein culturel et pédagogique. Pour ce faire nous plaçons le jeu, la justesse et le partage au cœur de notre pratique. Nous travaillons principalement dans les domaines de l’économie social et solidaire, de l’éducation et du culturel, en proposant des prestations de design graphique print et web.

2-  Sur quel type de projets travaillez-vous ?

1-clg_j7nyLZc46MePi7MbZw

Livetutor, une uchronie inspirée de  LiveMentor,  2017 © emballage collectif

emballage collectif propose des prestations allant de la direction artistique et le conseil en stratégie de marque au design graphique print et web, en passant par l’illustration numérique et traditionnelle et l’adaptation et la création de caractères typographiques. En matière de fonctionnement, nous sommes à la fois un studio de création (nous sommes deux freelances à la Maison des Artistes qui fonctionnons par rétrocessions d’honoraires mutuelles) et une association de loi 1901. Côté studio, nous travaillons pour les institutions culturelles, les entrepreneurs et les startups. Côté asso, nous accompagnons dans leurs projets les organisations de l’économie collaborative, sociale et solidaire et les structures éducatives. Nos deux premiers projets, Amazillia et Termatière, sont portés respectivement par des entrepreneures. Amazillia est une marque se proposant de mettre à l’honneur la création de bijoux locale et artisanale, en provenance du monde entier, tandis que Termatière est une entreprise qui conçoit et co‑développe des solutions créatives de valorisation de ressources locales, au travers d’une approche prospective associant design et matériau. Nous les avons chacune accompagnées sur la création de leurs identités visuelles et de leurs supports de communication. »>Nous réalisons également des interviews d’acteurs phares du design, et écrivons des articles autour de nos thèmes de prédilection. Récemment, nous nous sommes ainsi positionnées sur la problématique de l’éducation en ligne, au travers de la création d’un site internet fictif, Livetutor, inspiré de LiveMentor. Enfin, nous avons appris vendredi dernier que nous étions sélectionnées au programme Création en cours, organisé par les Ateliers Médicis, pour mener une résidence artistique au sein d’écoles primaires n’ayant pas ou peu accès à l’art. Une belle expérience en perspective !

3 – Pourquoi avoir fait le choix du freelancing dès le début de votre vie professionnelle ?

22752278_10214818228588140_657807236_n

Conception du logotype, du site internet et des cartes de visites de Termatière, 2017 © emballage collectif

Les différentes expériences assimilables au salariat que nous avions pu avoir préalablement ne correspondaient pas à nos attentes. Nous voulions pouvoir conserver une certaine forme de liberté dans le choix de nos collaborateurs, et plus globalement construire notre propre projet, en adéquation avec nos valeurs.

4 – Vous avez cofondé emballage collectif, un atelier de design co-main, d’illustration et de typographie : quelle est la plus value d’une coopération entre freelances ?

À un c’est bien, à deux c’est mieux (rires). Aussi bien dans nos compétences que dans nos affinités respectives, nous sommes très complémentaires, ce qui nous permet non seulement de gagner du temps, d’être plus efficaces mais aussi d’avoir une prise de recul instantanée sur notre travail, et en cela d’aller bien plus loin que là où nous aurions pu aller seules.

5 – Vous avez choisi de travailler notamment avec des acteurs de l’ESS, comment expliquez-vous que le design soit aussi éloigné des préoccupations de ces acteurs ?

 

Conception du logotype, des cartes de visites et du totebag d’Amazillia, 2017 © emballage collectif

Nous ne pensons pas que le design soit si éloigné des préoccupations des acteurs de l’ESS. En effet, nous pouvons constater que pour bon nombre d’entre eux, faire appel au design, et notamment à la communication graphique, revient à utiliser les mêmes stratégies que de grandes entreprises dans lesquelles ils ne se reconnaissent pas. De fait, leurs supports de communication ne se retrouvent bien souvent pas à la hauteur des valeurs qu’ils portent et des alternatives qu’ils proposent. Nous constatons malgré tout que les lignes sont en train de bouger, et en tant que designers graphiques, nous avons ici un véritable rôle pédagogique à jouer, en plus de leur apporter un savoir-faire sur mesure.

6 – Que peut-on vous souhaiter pour les prochains mois ?

giphy (15)

De co-construire de nouvelles collaborations, et continuer ainsi à nous emballer collectivement pour de beaux projets !

Vous pouvez nous retrouver sur notre site internet, notre page Facebook, notre compte Twitter, Instagram mais également nous lire sur Medium.
1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Camille Esayan et Marion Ménard,  un duo de Freelances au service d’une pédagogie du design […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *