Voilà pourquoi tu n’as pas besoin d’être un expert

Salut à toi,

Remarque : si tu as la flemme de lire ce qui suit, la version audio est disponible ici : c’est le podcast du jour 

Aujourd’hui je t’écris depuis Vienne (en Autriche, pas en Isère)

La richesse de Vienne c’est clairement ses monuments, son architecture et ses patisseries.

Mais Vienne n’est pas dans le top 3 de mon Eurotrip 😜

Passons.

Hier j’avais une grosse journée de coaching et j’ai réalisé quelque chose d’essentiel dans mon métier : j’en ai fini avec le syndrome de l’imposteur.

J’en ai fini avec ce syndrome paralysant et culpabilisant.

Parce que j’ai compris que je n’avais pas besoin d’être une experte technique.

Oui, tu n’as pas besoin d’être un expert pour être un coach, formateur ou consultant.

Tu n’as pas besoin de tout maitriser quand ton rôle c’est de guider.

Si tu es coach, formateur ou même consultant, ton rôle n’est pas d’exécuter mais d’accompagner.

Ta valeur ajoutée c’est d’apporter un plan d’action, une stratégie pour tes clients, et non de réaliser des tâches opérationnelles.

Comme tu le sais, je passe beaucoup de temps à coacher des entrepreneurs.

Au début, comme toi peut-être, j’avais le syndrome de l’imposteur.

Je pensais que je devais maitriser WordPress dans son intégralité, le SEO comme un expert, Facebook Ads et Google adwords.

Et en fait non.

Ce n’est pas ce qu’on me demande.

Et ce n’est pas non plus ce que je veux .

Ce que je veux c’est pouvoir guider un entrepreneur d’un point A à un point B de son projet, grâce à une méthode, une stratégie que j’adapte à son projet.

Ce que j’aime c’est avoir des feedback positifs sur l’évolution de son projet avec des résultats concrets.

Et pour ça, j’aurais beau être la meilleure technicienne du monde, si je ne prends pas de hauteur sur chaque projet, je ne serai jamais une bonne coach.

Alors j’en ai fini avec le syndrome de l’imposteur, parce que j’ai compris que ma plus-value était dans l’accompagnement et non dans l’exécution.

J’en ai fini avec le syndrome de l’imposteur parce que j’ai compris que ma plus-value était dans l’écoute et l’empathie.

Je suis coach.

100 % de mon travail touche aux rapports humains, à l’encouragement et au soutien psychologique.

Et c’est grâce à ça, en comprenant mieux la situation personnelle et la sensibilité de chacun de mes clients que je peux au mieux m’adapter à leur rythme de progression, mais également à leur budget.

Et c’est pour ça qu‘aujourd’hui, je peux te proposer un plan d’action 🤠

Un plan d’action c’est une à deux heures de travail intense ou on travaille ensemble sur ta stratégie de développement.

L’avantage par rapport à des séances de coaching classiques ?

C’est plus court, moins cher et tu ressors avec une stratégie clé en main. On peut ensuite convenir d’un suivi mensuel pour voir ton évolution mois par mois.

Est-ce fait pour toi ? 🤓

Oui si tu n’as pas besoin de suivi au quotidien et que tu sais te cadrer

Oui si tu as besoin d’une stratégie et non d’un accompagnement technique

Ce n’est clairement pas un accompagnement que je propose à tout le monde.

Il est fait pour des freelances de niveau intermédiaire. 

Ceux qui se sont déjà lancés, qui ont déjà expérimenté des techniques et stratégie, mais qui ont besoin d’un recadrage.

Ceux qui malgré leurs efforts, ont l’impression de voir leur activité stagner sans trouver de solution au problème.

Ceux qui ont envie d’avancer mais qui ont besoin de ce petit coup de boost.

Si  ça t’intéresse, remplis ce petit questionnaire : je te rappellerai pour qu’on puisse en discuter.

A très vite !

Yéza

PS : on cherche toujours une adresse de chocolat viennois à Vienne (on nous a servi que du Nesquik jusqu’ici). A bon entendeur ! 😉

Pourquoi tes articles de blog prennent la poussière

Hello !

Ce matin, je t’écris avant de partir en vadrouille dans Vienne.

Aujourd’hui, j’ai envie de te parler de collaboration en copywriting. 

Késako ?

Il s’agit d’écrire des articles à quatre mains. 

Ce sont des articles écrits par des professionnels spécialisés dans des thématiques complémentaires.

Et c’est de la fusion de deux écritures que nait un article riche et à grande valeur ajoutée pour ses lecteurs.

Je réalise en ce moment deux collaborations avec deux freelances que je connais bien.

Une avec mon amie Charlotte, qui voyage avec moi.

Une avec mon amie Axelle, dont tu as pu lire l’interview lundi.

Quel intérêt pour l’une et pour l’autre ?

J’apporte mon expertise en copywriting et en Personal Branding aux communautés de ces deux freelances, et bénéficie d’une visibilité auprès de ces mêmes communautés.

Et pour mes amies freelances ?

Elle peuvent proposer un contenu d’expertise qu’elles n’auraient pas pu proposer à leur communauté autrement 🙂

Le partenariat, dans le copywriting est une grande richesse à mobiliser si tu veux surfer sur une audience qui n’est pas la tienne.

C’est comme les articles invités : c’est un deal gagnant-gagnant.

Visibilité pour toi, contenu gratuit pour le média chez qui tu écris.

Les possibilités de te faire connaitre (et reconnaitre) grâce à ton copywriting sont nombreuses. 

Et on en parle dans ma formation « Vivre de ton contenu en trois mois »

Le programme, tu l’as lu et tu peux le relire ici : https://yezalucas.podia.com/vivre-de-ton-contenu-en-3-mois

Si tu te demandes si cette formation est vraiment pour toi, la réponse est oui si :

– Tu es freelance ou te veux te lancer en freelance 

(les contenus sont adaptés à des profils de freelances, et non de startups ou PME)

– Tu veux développer ton activité en choisissant une stratégie de contenu et que tu choisis une stratégie de développement à long terme

(si tu n’aimes pas écrire et que tu préfères te former à la technique, essaye Facebook Ads, mais ça impliquera un investissement financier de ta part, contrairement à la stratégie de contenu qui est gratuite et pérenne) 

– Tu acceptes d’investir pour te former, car tu sais que seul, tu risques de te disperser 

(si tu veux te former seul c’est possible, mais ça prend plus de temps, et ça demande de faire un certain nombre d’erreurs pour trouver la bonne stratégie).

Si tu coches une de ces trois cases, la formation « Vivre de ton contenu en trois mois » est faite pour toi.

Car tu es dans le bon mindset pour réussir. 

Tu peux profiter de mon offre exceptionnelle de 79 € (au lieu de 299 €) jusqu’à ce soir 23h00

J’espère t’accueillir bientôt dans ma formation et dans le groupe privé si tu décides de nous rejoindre 🤠

Yéza

PS : cet article est extrait de mon mailing privé pour freelances. Pour ne pas rater mes derniers conseils pour passer à l’étape supérieure de ton projet, abonne-toi : https://bit.ly/2Pi4Sie

La vraie valeur ajoutée de tes contenus payants

Hello !

Ce matin je t’écris de Vienne ou je suis arrivée hier.

La visite ce sera pour demain, aujourd’hui, je suis en journée intense de coaching.

Et en ce jour, je voulais partager avec toi un échange intéressant que j’ai eu hier avec Véronique, une fidèle lectrice de ma newsletter.

Véronique rebondissait sur un ancien épisode de podcast que j’ai réalisé il y a quelques semaines.

Dans ce podcast, je parlais des formations bradées sur des sites comme Udemy. 

Véronique m’a fait la réflexion que je bradais moi aussi mes formations en faisant des promotions.

J’ai trouvé sa remarque très pertinente.

Et voici ce que je lui ai répondu :

« Bonjour Véronique,

Merci pour votre message et votre suivi de mes mails! Cela me fait plaisir !

Effectivement dans un podcast, je parlais de formation à prix bradés de type Udemy ( 10 euros les 10 heures de formation).

Pour mon cas, mes prix sont de base bien plus élevés car je donne de la valeur aux contenus payants que je propose à mes abonnés.

Je fais un geste commercial de temps à autres pour permettre à plus d’abonnés de se lancer pour commencer avec moi. 

Mon objectif est de créer une relation de confiance avec mes abonnés et cela passe par un premier accès facilité à mes formations. 

Je serai heureuse d’avoir votre avis sur la question 🙂 »

Ce que je veux dire dans ma réponse est la chose suivante :

Acheter une formation n’est pas un acte anodin.

C’est un engagement.

Celui de sortir sa carte bancaire et payer.

Et tout le monde n’est pas prêt à franchir ce cap.

Et toi même tu n’en es pas sûr.

Tu ne me connais peut-être pas.

Si ce n’est à travers mes contenus.

Tu ne m’a peut-être pas eu au téléphone, ni en coaching. 

Tu n’es donc pas encore sûr que mes contenus payants soient à la hauteur de mes contenus gratuit.

Et je te comprends !

Moi aussi, lorsque j’achète une formation, je relis plusieurs fois les mails que je reçois du formateur.

Je pèse le pour et le contre.

Je me dis que je peux peut-être y arriver toute seule, sans aide, et sans payer.

Mais ce que je recherche dans une formation, ce n’est pas de la connaissance.

C’est une stratégie. Un plan d’action.

Quelqu’un pour m’accompagner sur un point de mon business de A à Z.

C’est pour ça que j’investis dans des formations.

C’est pour ça que je veux t’accompagner avec mes formations.

Et c’est pour ça que je te propose un premier accès facile à mes formations.

Tu as pris l’initiative de me suivre dans mon mailing privé et j’en suis très heureuse.

C’est donc à mon tour de te remercier en te proposant un accès privilégié à ma dernière formation Vivre de ton contenu en trois mois .

Et maintenant, je te laisse le temps de réflexion dont tu as besoin.

Moi je te retrouve très vite (je ne te quitte jamais très longtemps tu le sais)

Belle journée depuis Vienne !

Yéza

Ps : Ce statut est extrait de mon mailing privé pour freelances. Pour ne pas rater mes derniers conseils pour passer à l’étape supérieure de ton projet, abonne-toi : https://bit.ly/2Pi4Sie

Et ça marche ton truc ? La question insupportable qu’on te pose sans cesse

Hello !

Si tu es entrepreneur, tu as sûrement reçu quelques remarques de ton entourage sur ton activité.

Un entourage certes bienveillant…mais qui n’a aucune idée de ce que tu peux bien fabriquer de tes journées.

Alors tu as le droit à petites remarques de temps à autre :

« Et ça marche ton truc ? »
« T’es courageuse, moi j’aurais pas osé »
« Et pour ta retraite, tu vas faire comment ?
 »

Et pendant l’été :

 » Mais tu travailles ou t’es en vacances? »

Des remarques qui partent d’une bonne intention, mais qui peuvent être parfois irritantes.

Le problème de ton entourage, c’est qu’il pense à ta sécurité avant ton épanouissement. Et on ne peut pas lui en vouloir.

Mais tu peux les rassurer.

Tu peux leur montrer que tu en vis.

Et si aujourd’hui, tu n’en vis pas, voilà ce que tu dois faire : 

– Cultiver ton réseau
– Produire des contenus
– Travailler ta marque personnelle.

Facile à dire ?

Et facile à faire !

Je te dis tout en détail dans mon article publié dans Maddyness cette semaine « Freelance, j’ai pu vivre de mon business en trois mois« .

Si tu n’es pas encore lancé, j’espère que cet article sera ton déclencheur.

Tu vas aussi découvrir comment réaliser un article invité 😉

Si par la suite, tu as des questions, je te propose de compléter ce petit formulaire .

Bonne lecture,

Yéza

Ps : Cet article est extrait de mon mailing privé pour freelances. Pour ne pas rater mes derniers conseils pour passer à l’étape supérieure de ton projet, abonne-toi : https://bit.ly/2Pi4Sie

Les 10 leçons de vie qui vont t’aider à entreprendre

 

Hello !

Ce matin, j’aimerais partager avec toi 10 leçons de vie qui m’ont à la fois aidée dans ma vie personnelle et professionnelle.

Ces dix leçons les voici :

1 – Arrête de vouloir tout contrôler le futur

2 – Dis merci

3 – Fais toi respecter

4 – Apprends à t’écouter

5 – Vois le verre à moitié plein

6 – Ose

7 – Visualise les choses

8 – Ne te compare pas

9 – Réalise 3 Bonnes Actions par jour

10 – Plante des graines

 

Ces 10 leçons peuvent te sembler simples.

 

Mais elles n’en demeurent pas moins puissantes.

 

Et je t’explique pourquoi dans mon nouvel épisode de podcast

Ps : Cet article est extrait de mon mailing privé pour freelances. Pour ne pas rater mes derniers conseils pour passer à l’étape supérieure de ton projet, abonne-toi : https://bit.ly/2Pi4Sie

Ce qui va te permettre d’être serein pour les six prochains mois (au moins)

Hello !

Je t’écris ce matin depuis Prague.

Cette ville est un gros coup de coeur.

En plus d’être magnifique (quelques leçons d’architecture à donner à Berlin), les habitants sont chaleureux et le beau temps est au rendez-vous !

Je t’écris donc ce matin depuis notre Airbnb où je travaille avant de partir en vadrouille.

Et ce matin, j’ai repensé à mes journées de coaching intense de la semaine.

Sur près des 30 coachings d’entrepreneurs que j’ai réalisés, une problématique revient systématiquement.

Et cette problématique c’est la stratégie de contenu.

La stratégie de contenu c’est la méthode qui va te permettre d’écrire des contenus à forte valeur ajoutée, adressés à la bonne audience, et sans t’épuiser dans le temps.

Et le problème, c’est que peu d’entrepreneurs en ont une.

Or c‘est cette stratégie qui va te permettre de vivre de ton activité sans avoir à démarcher. 

Alors concrètement, comment tu vas t’y prendre ?

– Tu vas d’abord définir une ligne éditoriale pour ton projet. Une ligne éditoriale c’est la cohérence entre ton projet, ta personnalité et tes contenus. Il faut qu’elle te permette de répondre aux problématiques de tes clients, mais surtout qu’elle te permette de publier sur six mois au moins !

– Tu vas ensuite trouver des idées de contenus pour ton blog (si tu n’as pas de blog, un compte Medium ou un LinkedIn feront très bien l’affaire). Tu peux partir des problématiques de tes clients par exemple. Il y a énormément de manières de générer des idées de contenus, et je pourrais t’expliquer ça de vive-voix !

– Enfin, tu vas établir un calendrier éditorial pour planifier tes contenus dans le temps et établir une régularité (le manque de rigueur tue le succès de nombreux freelances).

Ca a l’air simple ?

L’idée n’est pas d’établir une stratégie complexe, mais une stratégie efficace !

Et pour ça, il te faut un plan d’action. 

Ce plan d’action, je l’ai résumé en une formation qui va te permettre de vivre de ton contenu en trois mois.

Cette formation, j’ai fini de la tourner ce matin, et je suis fière de pouvoir te la présenter.

Elle est composée de 3 modules de plus de 3h30 de vidéos.
Parlons maintenant de ce que tu vas trouver dans cette formation  :
Module 1 : Crée un contenu qui apporte une vraie valeur ajoutée

Vidéo 1 : 5 manières de vivre de ton contenu (26 minutes)

Vidéo 2 : Développe une stratégie de contenu pour écrire un an sans t’épuiser (36 minutes)

Vidéo 3 : 5 techniques à connaître pour trouver l’inspiration pour écrire (26 minutes)

 

Module 2 : deviens un véritable expert du copywriting grâce à des règles essentielles

Vidéo 4 : Les 6 règles essentielles qui feront de toi un bon copywriter (19 minutes)

Audio 1 : Les erreurs de copywriting les plus fréquentes (6 minutes)

Vidéo 5 : La structure de base à maîtriser pour écrire un bon article de blog (et lu) (26 minutes)

Vidéo 6 : Comment écrire une page à propos qui rassure tes prospects (sur ton site et ton profil LinkedIn) (24 minutes)
Module 3 : construis une audience qualifiée pour développer ta notoriété

Vidéo 7 : Comment créer une mailing list et te constituer une audience qualifiée (21 minutes)

Audio 2 : Le piège à éviter quand on crée sa mailing list (5 minutes)

Vidéo 8 : Comment proposer un article invité et surfer sur une audience plus grosse (13 minutes)

 

Ce qui me ferait le plus plaisir c’est que tu puisses m’écrire dans trois mois en m’annonçant que toi aussi, tu vis de ton contenu !

Moi je vais profiter de Prague 🙂

Yéza

PS: Cet article est extrait de mon mailing privé pour freelances. Pour ne pas rater mes derniers conseils pour passer à l’étape supérieure de ton projet, abonne-toi : https://bit.ly/2Pi4Sie

 

Freelance, il te faudra plus d’un an pour réussir

Hello  !

Je t’écris aujourd’hui depuis Cracovie.

Je suis arrivée hier, après 5 heures de bus depuis Varsovie.

Et tu sais quoi ? La Pologne, ça me plait bien !

Belle architecture, rues piétonnes, villes safes (en tout cas celles que j’ai visitées).

Il manque plus que le sourire des Polonais mais on ne peut pas tout avoir.

Pendant ces longues heures de trajet, j’en ai profité pour me former.

Oui me former. Car en tant que coach et formatrice, je me répète. 

Et pour ne pas m’ennuyer dans mon métier, je dois impérativement changer de disque régulièrement.

Et ce disque, c’est la formation. 

Si toi non plus, tu ne veux pas t’ennuyer, il faut te former.

Si tu ne veux pas stagner, et continuer à monter en compétence, il faut te former.

La formation c’est la clé de l’évolution de ta « carrière », en tant qu’entrepreneur.

Depuis que je me suis lancée dans l’entrepreneuriat, j’ai acheté près de 2300 euros de formation. 

Et sans aucun regret.

Car c’est avec plaisir que je me forme.

C’est avec plaisir que je change de disque et nourris mes clients de nouveaux conseils.

Et c’est avec plaisir que je le répercute sur mes tarifs car la valeur que j’apporte est sans cesse plus élevée.

Pour la petite histoire : j’achète une partie de mes formations avec mon amie entrepreneure avec qui je voyage.

Nous sommes tellement enthousiastes à l’idée d’apprendre qu’il nous arrive de passer des soirées tisanes et formations (notre côté mamie qui ressort sûrement).

Ce soutien mutuel est un moteur pour trouver l’énergie et avancer dans nos projets respectifs.

Par ailleurs, mon temps de travail est limité dans cet Eurotrip.

Et comme j’ai peu de temps, je prends du recul sur ma quantité de travail astronomique et planifie des objectifs réalistes pour le mois d’octobre.

Mais surtout des objectifs atteignables pour la fin de l’année.
D’ici le 31 décembre 2018, voici mes objectifs :
Avoir lu tous les livres de ma to do list

Sortir un ebook gratuit sur les savoirs que j’ai accumulés

Sortir mon livre (quel livre ? mystère ! )

Continuer à me former et mettre en pratique ces formations

Sortir une formation en ligne par mois

Proposer du coaching par objectif et non plus au temps passé

Atteindre mes objectifs financiers et de notoriété

Et oui, comme tu le vois, ces objectifs sont ambitieux.

C’est pourquoi, je dois sans cesse apprendre pour faire décoller mon activité.

Et quand j’ai fini d’apprendre, il me faut apprendre à nouveau.

Car quand on est entrepreneur, on réalise jour après jour qu’on ne sait rien.

Et c’est pour ça qu’en devant coach pour entrepreneurs, j’ai crée mon job idéal :

Un job passionnant (j’aime coacher et former)

Un job stimulant (j’apprends tout le temps)

Un job encourageant (je reçois des retours positifs sur mon travail et mes contenus)

Trois critères qui n’étaient pas remplis par mon ancien emploi salarié, et que peu de salariés connaissent.

A l’heure actuelle, ton activité remplie-t-elle ces trois critères ?

Aujourd’hui, je suis épanouie dans un job que j’ai confectionné sur mesure.

J’ai gravi des montagnes en un an et demi d’entrepreneuriat.

Et pourtant, je n’en suis qu’au début.

J’ai compris qu’une année ne suffit pas pour entreprendre. Et je t’en parle dans mon dernier article publié dans Maddyness.

Bonne lecture,

Yéza

 

PS  :  cet article est extrait de mon mailing privé pour freelances. Pour ne pas rater mes derniers conseils pour passer à l’étape supérieure de ton projet, abonne-toi 🙂

Freelance, je deviens une digital nomad

Hello !

Demain est un grand jour pour moi.

C’est le jour où je deviens une digital nomad. 

Digital nomad, kesako ?

Tu sais, ce sont ces entrepreneurs qui bossent depuis l’autre bout du monde, et que rien n’effraie (sauf les coupures de wifi).

Ces entrepreneurs du digital qui ont compris qu’ils pouvaient travailler depuis n’importe où et qui profitent de cet avantage.

Ces entrepreneurs qui ont compris que l’inspiration se trouvait ailleurs et qui s’en servent pour produire des contenus toujours plus riches.

Demain, je vais rejoindre le club de ces digital nomads.

Non pas sur une plage du Panama, mais près d’ici, en Europe.

Mon parcours : Amsterdam, Berlin, Cracovie, Varsovie, Prague, Vienne, Bratislava, Budapest.

Huit villes en un mois.
Huit villes à visiter et dans lesquelles travailler.

Pourquoi ces villes ? Parce que l’Europe est bien plus grande que je le pensais, et que l’Europe centrale est un premier essai de Digital Nomadisme.

Je ne pars par seule, si tu te le demandais.

Je pars avec Charlotte, une amie entrepreneure, qui a également pour projet de travailler tout comme moi.

Deux jours par semaines. C’est le nombre de jours que nous nous sommes fixés pour nos moments de travail.

S’ajoutent à cela de nombreuses heures de train, qui seront utilisées pour lire, écrire, apprendre à mieux nous connaître, et peut-être nous ennuyer (ce qui n’est pas une mauvaise chose).

Nous avons choisi le train comme mode de transport et le Airbnb comme mode de d’hébergement.

Comme tu le vois, cet Eurotrip ne se fera pas en mode backpack.

Car un minimum de confort est essentiel pour entreprendre un voyage intensif ou se mêlent travail et visites (sans compter que j’aime me doucher une fois par jour).

Nous sommes à J-1 du départ, et notre première destination est…Amsterdam ! 

Tu recevras quelques mails pour pouvoir suivre mes aventures et surtoutmes retours d’expérience du digital nomadism, avec des conseils d’organisation.

Si tu veux des photos, je te propose de me suivre sur Instagram ou tu liras moins, mais verras plus.

Mon objectif du jour : faire tout rentrer dans une valise.

Je vais donc de ce pas commencer à préparer ma valise (et caresse l’espoir de la finir en une heure).

Yéza

Ps :

 

PS  :  cet article est extrait de mon mailing privé pour freelances. Pour ne pas rater mes derniers conseils pour passer à l’étape supérieure de ton projet, abonne-toi 🙂

 

 

 

 

Ce qu’il te manque pour faire décoller ton activité de freelance

Hello !

Ce week-end, j’étais chez mes parents à Bordeaux et j’ai profité de cet éloignement géographique pour prendre du recul.

Du recul sur les mails d’entrepreneurs que je reçois en tant que formatrice.

Du recul sur les articles d’entrepreneurs que je relis en tant que coach.

Et de ce recul, m’est venue une réflexion :

Ces entrepreneurs n’avanceront pas tant qu’ils n’auront pas compris une chose essentielle.

Ces entrepreneurs ne feront pas décoller leur activité tant qu’ils ne se seront pas mis à la place de leur audience. 

Aujourd’hui, sur les 100 mails (ou bien plus) que tu reçois dans ta journée, combien en lis-tu vraiment ?

Moi 5.

As-tu pensé que toi aussi, tu pouvais finir dans les spams ? Ou pire, être complètement ignoré.

C’est effrayant, et pourtant c’est ce qui risque de t’arriver si tu ne te mets pas à la place de ton lecteur. 
Si ton chiffre d’affaires ne décolle pas, c’est qu’il te manque 4 éléments :

– Une valeur ajoutée, pour donner envie à ton lecteur de te suivre et d’en vouloir encore

– De l’empathie, pour te mettre à la place de ton lecteur et de ses problématiques

– De l’authenticité pour créer une proximité avec ton audience

– Et surtout, une audience, parce que sinon personne ne lira tes contenus.

Ces 4 éléments vont te permettre de vivre de ton contenu. 
Et je vais te montrer comment les mettre en place.

Ce que tu dois comprendre c’est que tu n’as pas besoin d’être un grand écrivain pour vivre de ton contenu. Tout ce dont tu as besoin, c’est d’être utile, clair et singulier.

Alors si tu es prêt à changer ta méthode et repartir sur de nouvelles bases, j’ai conçu un programme de formation qui devrait te plaire. 

Cette formation, je l’ai appelée « Vivre de ton contenu en trois mois«  parce que c’est le pari que je fais avec toi.

Si tu commences maintenant et que tu acceptes de remettre en question ce que tu fais, il n’y a aucune raison que ça ne marche pas pour toi.

La formation est en pré-vente, tu devrais recevoir les premiers contenus d’ici la semaine prochaine.

Yéza

PS  :  cet article est extrait de mon mailing privé pour freelances. Pour ne pas rater mes derniers conseils pour passer à l’étape supérieure de ton projet, abonne-toi 🙂

Pourquoi tu ne dois pas avoir peur des désabonnements à ta mailing list

Hello !

Si tu me suis sur mon mailing privé, tu sais que j’envoie un certain nombre de mails, selon mes aspirations et mes envies.

J’ai parfois beaucoup de choses à te dire, et je ne veux pas me forcer à tout condenser dans une newsletter mensuelle en bonne et due forme.

Cela m’a « coûté » quelques désabonnement.

Je mets des guillemets parce que je pense (en toute modestie) qu’une partie de ceux qui ne me suivent plus est partie en raison la fréquence de mes mailings et non pour leurs contenus.

Mais tu sais quoi ?

Les désabonnements à ma mailing list ne me font pas peur.

Et oui.

Car ceux qui s’agacent de recevoir des mailings réguliers, en les mettant tous dans le même panier (de la promotion NafNaf aux mailings personnalisés) ne sont pas ceux que je vise.

Je ne t’envoie pas lettre informative synthétisant une fois par semaine les dernières nouvelles de l’actualité digitale. Tu as d’autres endroits où t’abonner pour ça.

Ce que je te propose, ce sont des contenus que je pense inspirants mais aussi pratiques pour t’accompagner dans ton activité.

Oui, je teste. 

Si tu m’as connue il y a plus de six mois, tu étais habitué à une fréquence de mailing mensuel sur un sujet précis.

Il y a encore deux mois, je te proposais un mailing bi-mensuel alternant entrepreneuriat et ESS.

Aujourd’hui, je sais de quoi je veux te parler. 

Je ne sais juste pas encore à quelle fréquence je le ferai.

Et d’ailleurs, est-ce que c’est si important ?

Franchement, je ne le crois pas.

Tu recevras sûrement un petit sondage prochainement pour évaluer ma newsletter.

Oui, j’ai le temps.

Oui, j’ai le temps de t’envoyer des mails.

Oui, j’ai le temps de produire 5 contenus par semaine.

Parce que ce temps je le prends.

Et ce temps, tu dois le prendre, pour apporter de la valeur à ceux qui te suivent.

Organise-toi, organise ta semaine et réfléchis à ce que tu pourrais faire pour aider ta communauté.

Sois productif, sois efficace, et pense à quelque chose que tu as appris ces trois derniers mois. 

Note-le maintenant et partage-le demain à ton audience.

Tu peux même me le partager ici en commentaire de cet article.

Ça m’intéresse.

J’attends de tes nouvelles.

Belle semaine et à très vite (demain peut-être?).

Ps : cet article est extrait de mon mailing privé pour freelances. Pour ne pas rater mes derniers conseils pour passer à l’étape supérieure de ton projet, abonne-toi J