Comment réaliser une newsletter percutante et lue ?

Pourquoi proposer un article sur la rédaction de ta newsletter ? Et bien parce que tout le monde envoie des newsletters mais rares sont celles qui n’atterrissent pas dans nos spams.

Nous recevons tous les jours des emails de promotion de biens et de services mais la banalité de leur contenus, cumulée au syndrome d’infobésité nous dissuadent de les lire.

Fort de ce constat, il est indispensable de repenser la conception et la rédaction de ta newsletter pour qu’elle soit ouverte, lue et surtout interactive.

1 – Une bonne newsletter est d’abord une newsletter ouverte 

Ton premier objectif sera l’ouverture de ta newsletter par tes  destinataires. Pour cela, tu vas devoir être stratégique et rédiger le bon message au bon moment.

Il va également falloir que tu penses au préalable au choix de ton nom d’expéditeur, qui devra être ton prénom et ton nom pour éviter d’atterrir dans les courriers indésirables de tes destinataires (si tu es un entrepreneur indépendant ou freelance. Ton nom de marque sinon).

Une bonne newsletter, c’est d’abord un bon objet de mail.

stratégie contenu

Il vous faut absolument travailler le titre de ton objet pour que ta newsletter soit ouverte.

  • Cela implique de te mettre à la place de ton destinataire en te demandant : « quel titre d’email me donnerait envie d’ouvrir le message ? » Personnellement je privilégie les titres courts qui suscitent ma curiosité et me donnent envie d’en savoir davantage sur le contenu du mail.
  • Je choisis également des mots-clés et des dates qui vont attirer l’attention de mon destinataire.
  • Il m’arrive également d’agrémenter mes objets d’emojis pour sortir du lot des mails.

Exemples de titres de mes newsletters dépassant les 50 % d’ouverture :

Une bonne newsletter, c’est une newsletter envoyée à la bonne heure.

mailing privé

En fonction de ton secteur d’activité, tu vas devoir réfléchir au moment auquel tu vas envoyer ta newsletter pour maximiser son taux d’ouverture.

  • Pour ma part, j’envoie une newsletter hebdomadaire à un profil d’entrepreneurs, freelances et indépendants. C’est pourquoi je privilégie mes envois le matin, avant 9h, pour que mes emails arrivent en tête de liste dans la boite de réception de mes destinataires.
  • Certains privilégieront un envoi entre midi et deux pour permettre aux destinataires de lire leur newsletter pendant la pause déjeuner.
  • D’autres préféreront la fin de journée, avant la sortie du travail, vers 17h30.

Garde en tête qu’une newsletter envoyée au mauvais horaire, c’est une newsletter qui aura peu de chance d’être lue par la suite, donc fais le calcul avant de l’envoyer !

Une bonne newsletter, c’est une newsletter envoyée à une audience qualifiée.

newsletter lue

Si tu décides d’envoyer ta newsletter au monde entier, je crains que cela soit un mauvais calcul stratégique. Pour que votre email ait de l’impact, il faut qu’il soit reçu et lu par une audience qualifiée.

Une audience qualifiée, quèsaco ? C’est une liste de personnes (donc de mails) susceptible d’être intéressée par tes contenus. Il peut s’agir de personnes du même secteur d’activité que toi, de tes clients, ou de personnes intéressées par un centre d’intérêt que tu auras défini au préalable.

  • Pour ma part, j’utilise LinkedIn pour qualifier mon audience : lorsque j’ai envoyé ma première newsletter via mailchimp, j’ai importé ma liste de contact LinkedIn dans le logiciel via cette astuce.
  • J’ai ensuite envoyé un premier mail de demande d’accord de newsletter à l’ensemble de mes contact (environ 500 à l’époque). Ce premier mail m’a permis non seulement d’interagir avec mon audience (mes destinataires) mais surtout de ne pas l’obliger à recevoir un mail mensuel sur une thématique particulière qu’elle n’aurait pas voulu recevoir.
newsletter lue

Première Newsletter envoyée en juin 2017 pour sonder mon audience sur une thématique particulière à cette période

  • Cette démarche implique d’avoir au préalable consolidé un réseau qualitatif de relations sur LinkedIn (ou Facebook) comprenant des professionnels de ton secteur d’activité (pour moi l’entrepreneuriat aujourd’hui) développé en amont de l’envoi de ta newsletter.
  • C’est enfin, la régularité de ta newsletter qui te permettra de développer ton audience, car tu l’auras habituée à recevoir un emailing de ta part à fréquence régulière. Cette régularité augmentera tes taux d’ouverture et améliorera tes statistiques (nombre d’abonnés, taux de clic et d’ouverture)

2 – Une bonne newsletter raconte une histoire.

Une newsletter devrait être une histoire racontée à des destinataires attentifs. Elle doit permettre d’engager une conversation avec ton audience. Pour cela elle doit être structurée et interactives.

Une bonne newsletter doit se lire comme un fil conducteur

Pour les newsletters de type « mosaïque »

Les newsletters de type « mosaïque » sont souvent utilisées par les site e-commerce, les associations et entreprises. Il s’agit d’une newsletter qui présente plusieurs informations et comprennent plusieurs visuels liés à ces différentes informations (d’où le nom « mosaïque »)

Dans ce type de mailing, il doit avoir une cohérence entre l’introduction et le reste de tes contenus. L’introduction d’une newsletter peut se résumer à un mot du rédacteur de la newsletter (toi ou ton entreprise). Il peut également faire un état des lieux des tendances mensuelles de ton secteur (pour les newsletters de type « mosaïque »).

emailing

Exemple de l’accroche d’une de mes anciennes newsletters « mosaique » sur une thématique spécifique (l’économie sociale et solidaire)

 

Pour les newsletters de type « storytelling »

Ce type de newsletter prend la forme d’une simple mail envoyé à un ami (souvent utilisé par les consultants et indépendants). Dans ce cadre, le fil conducteur c’est le sujet principal de l’email : une newsletter = un sujet. Dans ce type de newsletter, on privilégie un ou deux appels à l’action maximum. L’appel à l’action découle de la thématique du mail.

Extrait d’une de mes newsletters de type « storytelling » avec un appel à l’action utilisé plusieurs fois

Il est également intéressant d’avoir une structure générale sur laquelle vont se greffer tes contenus.

Je garde une arborescence quasi identique pour l’ensemble de mes newsletters, ce qui permet à mon lecteur de ne pas perdre ses repères et piocher les informations qui l’intéressent facilement.

  • Pour accrocher tes lecteurs, tu dois agrémenter ta newsletter de visuels. Ces visuels faciliteront la lecture de ton mail et donner envie de cliquer sur les liens que tu proposes.
  • Concernant ma newsletter, j’intègre un lien hypertexte derrière chaque visuel pour rediriger mon lecteur vers l’article mis en valeur. Je soigne également mes boutons de « call to action » pour inviter au clic dans la subtilité.
  • Il faut t’assurer que tu n’as pas de problèmes d’affichage d’images, qui pourraient dissuader ton destinataire d’aller jusqu’au bout de la lecture. Pour cela, Mailchimp, le logiciel que j’utilise, t’informe lorsque les dimensions de tes images sont trop grandes.

Tu dois proposer des contenus à forte valeur ajoutée à to audience

emailing

Pour ma part, j’écris régulièrement et propose des interviews, et articles personnels dans chacune de mes mailings. L’objectif de ces contenus est que l’on vous identifie comme un expert. Ils racontent mon histoire sous un angle professionnel et authentique. Ma newsletter est ainsi un storytelling de mon entreprise dont chaque nouveau chapitre est à découvrir le mois prochain.

  • Pourquoi les gens s’intéressent-ils à mon histoire ?

Parce que d’un point de vue professionnel, mes expériences et mes conseils -résumés dans mes différents articles – leur parlent. Ils ont donc envie de cliquer sur les différents liens que je propose pour se nourrir d’informations utiles à leur propre entreprise et au développement de leur réseau.

« A chaque newsletter envoyée, je reçois au moins un email de réponse »

 

  • Comment savoir si mes newsletters sont impactantes ?

Parce qu’elles sont interactives et engagent une conversation avec mon audience. A chaque newsletter envoyée, je reçois au moins un email de réponse : parfois pour me féliciter, parfois pour me notifier de petites erreurs (preuve qu’elle est lue attentivement) et parfois pour me proposer des opportunités professionnelles.

lettre d'information

Extrait d’une de mes newsletters récentes (sur l’entrepreneuriat et le freelancing)

Ce que je m’efforce à faire est d’apporter une plus-value dans mon domaine d’activité en faisant découvrir de nouveaux acteurs à mon réseau, en lui donnant des conseils et en l’informant de mes évolutions. De cette manière, je crée une newsletter unique à forte valeur ajoutée.

 

La newsletter peut-être vue comme un simple canal de marketing digital pour assurer la promotion de ses produits et services. Mais une newsletter c’est avant tout un contenu écrit qui peut, tout comme un article, être très engageant et qualitatif en racontant une histoire. Avec ta newsletter, tu vas pouvoir créer des opportunités d’échanges et d’interactions régulièrement, c’est pourquoi elle va devenir un enjeu essentiel de ta stratégie de personal branding.

Besoin de conseils en copywriting pour écrire des newsletters impactantes ?Je te propose d’en discuter autour d’un appel d’une quinzaine de minutes (c’est gratuit) 🙂

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *