Je me lance un défi : un mois de pensées positives pour mieux vivre ma vie d’entrepreneure (et pas que).

En écoutant un podcast d‘Antoine BM dernièrement, j’ai eu une révélation : j’ai décidé de faire de ma vie mon propre paradis. 

Construire son paradis, selon Antoine, c’est simple : il suffit de faire la liste des choses que vous aimez faire et que vous n’aimez pas faire. Et surtout avec qui vous aimez faire et ne pas faire ces choses.

A partir de cette inspiration et d’une petite baisse de morale dernièrement, je me suis lancée un défi : un mois de pensée positive.

Qu’est ce que cela signifie ? Un mois à me forcer à voir la vie du bon côté pour ensuite faire le bilan de mon niveau de bien-être. Et pour cela j’ai également décidé d’écrire un petit bilan de journée quotidien (que je vous épargne ici).

Aujourd’hui, mercredi 18 avril, c’est mon anniversaire et c’est la fin de mon défi. Je pense que je l’ai réussi et j’aimerais vous partager mes plus gros enseignements de ce mois de pensées positives.

 

Trois listes magiques à faire

 

 

Pour reprendre les propos d’Antoine BM, je me suis mise à réaliser deux listes : ce que j’aime faire, et ce que je n’aime pas faire.

Ces deux listes ne se limitent pas à la sphère entrepreneuriale, elles concernent tous les domaines de votre vie : travail, amis, sorties, vacances, cadre de vie, sport…

A partir de ces deux listes, il est facile de voir ce qui vous rend heureux et ce qui vous rend malheureux. J’en ai rajouté une troisième pour être plus exhaustive.

Voici les miennes (dans le désordre):

 

Ce que j’aime faire : 

– Sortir entre amis (resto, verre, théâtre, vacances)

– Ecrire pour moi (articles, interviews)

– Chanter

– Courir

– Pratiquer l’aïkido

– Cuisiner

– Coacher des entrepreneurs

– Prendre du temps pour moi (bien-être en institut, buller sur Netflix, faire des siestes…)

– Rencontrer de nouvelles personnes stimulantes

 

Ce que je n’aime pas faire :

– Le travail chronophage

– Subir une relation de subordination

– Etre dans une mission d’exécution (et non de conseil) dans mon activité de freelance

– Ne pas avoir mon indépendance de freelance

– Faire des expos

– Aller à la plage

– Prendre le métro

 

Une fois cette seconde liste faite, voyez si vous pouvez supprimer des éléments. L’objectif est de transformer la liste de ce que vous n’aimez pas faire en une liste de ce que vous n’aimez pas faire et n’aurez plus à faire !

 J’ai complété les deux listes d’Antoine BM avec une autre liste  :

 

Ce qui me challenge :

– Animer des ateliers d’une longue durée

– Créer une formation en ligne

– Parler en public devant une grosse audience

– Rester positive pendant un mois

Cette troisième liste est très importante car elle vous servira de moteur pour vos projets entrepreneuriaux. Sans moteur, vous ne vous dépasserez pas, et vous serez frustré.

Et vous, quelles sont vos trois listes?

Trois secondes par pensée négative seulement

En tant qu’être humain, les pensées négatives viennent forcement à nous. Même en se lançant un défi pour positiver, certaines pensées arrivent toujours à noircir le tableau.

Ca m’est bien évidement arrivée. En tant qu’entrepreneure qui se challenge en permanence, penser à l’échec est inévitable.

Mais pas de panique : il faut tout simplement contrôler ces pensées négatives pour qu’elles ne vous envahissent pas. C’est pourquoi j’ai décidé leur donne une durée de vie de 3 secondes.

3 secondes pour traverser mon esprit et repartir.

Et ça marche !

« Au moment où ma peur de l’échec, mon syndrome de l’imposteur reprend le dessus, je laisse la pensée passer puis je me ressaisie » 

Ma motivation ? Passer une bonne journée (et réussir mon défi).

Qu’est ce que je fais de mes pensées négatives ? Je les rationalise.

  • J’ai peur d’échouer ? Est-ce que penser à l’échec me fera plus réussir que penser à mon succès ? Non, au contraire.
  • J’ai peur qu’un tel ne m’apprécie pas ? Je sonde la personne qui sème le doutent en moi.
  • Un prospect qui devait m’appeler ne l’a toujours pas fait ? Je prends les devant, j’appelle.
  • Je bloque sur une idée que je n’arrive pas à développer ? J’arrête et je retente demain. Si l’inspiration ne vient pas aujourd’hui, c’est qu’il y a une raison.

Quand vous comprenez que vous ne vous sentirez pas mieux en broyant du noir, vous allez vite arrêter de provoquer des pensées négatives !

Votre vie d’entrepreneur vous donne des avantages non négligeables : profitez-en !

Trois jours de pensées positives et je vois la vie en rose. J’adopte une pensée Y.O.L.O*, et l’applique à mon activité : l’entrepreneuriat. Je veux absolument profiter de tous les avantages que m’offre ma vie de freelance.

Je commence par les lister : 

– Voyager quand je veux

– Travailler d’où je veux

– Me lever à l’heure que je veux

– Tester sans cesse de nouveaux projets

– Tester de nouvelles offres commerciales

En gardant ces cinq avantages en têtes, je sais maintenant quelles missions j’accepterai ou refuserai pour maintenir ces cinq libertés. J’y vois clair et je repars sur des bons rails.

Si vous êtes entrepreneur, je vous conseille de vous focaliser sur les avantages inouïes que vous avez par rapport au salariat, en terme de créativité et de liberté. C’est pourquoi, pour vivre au mieux votre vie d’entrepreneur, il faut vous mettre dans le bon état d’esprit : oser tenter de nouvelles choses, banaliser l’échec et profiter de vos avantages.

 

Je vous propose deux nouvelles listes à faire :

Liste 1 : liste des avantages de l’entrepreneuriat par rapport au salariat

Liste 2 : liste des inconvénients de l’entrepreneuriat par rapport au salariat

N’êtes-vous pas en train de prendre les inconvénients des deux statuts par hasard ?

*Y.O.L.O : you only live once

 

Faites le point sur les choses positives et négatives qui vous arrivent : allez-vous si mal ?

Quand des éléments négatifs viennent perturber votre quotidien et vous plombent le moral, vous allez vous sentir envahir par un sentiment d’impuissance. Résistez !

Pour cela, faites la liste de toutes les choses négatives qui vous arrivent en ce moment.

Puis faites la liste des éléments positifs qui vous sont arrivés depuis le début de votre aventure entrepreneuriale.

Comptez les éléments négatifs et positifs. Quelle liste est la plus grande ?

Parmi les éléments négatifs, vous pouvez sûrement alléger votre peine en vous posant les questions suivantes :

  • Quelles sont les choses négatives qui m’arrivent sur lesquelles j’ai un pouvoir?
  • Quelles sont celles qui sont indépendantes de ma volonté ?

Faites ensuite une to do liste en rajoutant les éléments négatifs qui peuvent être changées par vous.

Oubliez celles qui ne dépendent pas de votre volonté : de toute façon vous ne pourrez rien y faire à part développer un sentiment de frustration.

Cette méthode vous forcera à agir contre votre propre malheur quand vous le pouvez et lâcher prise sur ce que vous ne pouvez pas contrôler.

Vous verrez, ça vous changera la vie.

Pour conclure : forcez-vous à voir le verre à moitié plein et l’autre moitié se remplira  

Penser de manière positive quand on est un entrepreneur français c’est un vrai défi. On se noierait dans un verre d’eau si on le pouvait.

Et pourtant, il faut se forcer à se ressaisir d’une part, pour voir le verre à moitié plein, car finalement, tout est une question de point de vue, et non de réalité objective.

D’autre part, c’est votre force mentale qui vous permettra d’arriver à des objectifs ambitieux.

Comme le dit très bien Alice Moitié, photographe « Certains pensent que les idiots sont optimistes mais quand tu penses que tu vas avoir le train, tu cours plus vite ».

Alors aujourd’hui, mercredi 18 avril 2018, je termine mon défi avec ces derniers mots, me souhaite une excellente vingt-huitième année entrepreneuriale et vous souhaite à vous aussi de vous lancer d’ambitieux défis et de les partager !

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *