Le Personal Branding pour les freelances slasheurs

Slasheur, multipotentiel, scanner, zèbre…tous ces termes très en vogue traduisent une réalité concrète chez les freelances : la difficulté de choisir une voie. Faire un choix est souvent perçu comme un enfermement, particulièrement pour ces profils atypiques que tout intéresse.

Si tu te reconnais dans l’appellation slasheur, tu dois retenir une chose : il te faut travailler ton Personal Branding et ta communication pour être compris ! Et ce n’est pas chose aisée.

Dans cet article, tu vas apprendre à véhiculer un message clair pour t’épanouir dans tes diverses activités tout en étant compris par tes prospects.

 

Qui est slasheur ?

 

Tiphaine Vidal – Slasheuse assumée de l’ESS

Les slasheurs sont des personnes qui exercent plusieurs activités professionnelles par choix. Un étudiant travaillant à Starbucks le week-end n’est donc pas un slasheur.

Concrètement, tu es slasheur si tu es  :

  • Un comédien / dirigeant d’agence de communication
  • Une prof de Yoga/ fundraiseur
  • Une coach/conférencière
  • Un consultant web/chauffeur de Uber

Tous ces exemples existent !

Pourquoi les avoir choisi ? Parce qu’ils ont su oser se lancer et développer diverses activités. Ils ont dessiné des métiers à leur image et assument de ne pas rentrer dans un cadre prédéfini pour eux. Aujourd’hui, ils gagnent leur vie et sont épanouis dans leurs différentes activités.

Tous les métiers sont slashables à condition de faire preuve d’une grande organisation et d’une redoutable élasticité cérébrale ! De plus, si  tu fais le choix du slashing, assure-toi que tes diverses activités soient « rentables » sinon tu vas perdre ton énergie sur des activités certes plaisantes mais chronophages compte tenu du temps investi.

Si tu refuses de faire des choix professionnels et que tu souhaites combiner plusieurs activités, tu vas devoir trouver un fil conducteur, une motivation interne entre ces différentes activités. C’est cela qui te permettra d’être clair avec ton propre storytelling !

 

Trouve le fil conducteur pour mieux communiquer

 

Si tu es slasheur, ta communication doit être claire pour que l’on te comprenne. Et pour cela, il faut comprendre toi-même même les raisons et les connexions de tes différentes activités. Tu dois donc donner un sens à ton slashing.

Poses-toi les questions suivantes :

  • Pourquoi exerces-tu plusieurs activités professionnelles ?
  • Y-a-t-il un lien entre elles ?
  • Peux-tu raconter ton histoire d’entrepreneur slasheur (storytelling) ?

Ces questions vont te permettre d’y voir plus clair sur ta stratégie de Personal Branding en tant que slasheur. Tu vas devoir expliquer pourquoi tu as fait le choix du slashing et surtout, faire rêver ta communauté grâce à un bon storytelling.

 

Rebecca Sfedj, entrepreneure slasheuse que j’ai interviewée est un très bon exemple.

Coach/Conférencière/ Formatrice/ Responsable de deux associations (Coexister et Noise), Rebecca exerce aujourd’hui diverses activités qui l’épanouissent.

Son fil conducteur ? Deux axes : Des projets tournés vers le vivre ensemble (Coexister, Noise) et l’estime de soi (coaching)

Sa stratégie de Personal Branding ? Un storytelling essentiellement tourné autour de la difficulté à trouver sa voie quand on est un multipotentiel. Elle a d’ailleurs fait un TEDx sur cette thématique. Aujourd’hui, Rebecca assume entièrement son statut de slasheuse qui lui sert plus qu’il ne l’handicape !

 

Adapte ton message à ton audience

 

Assumer ton statut de slasheur te permet de mieux le vivre, mais tu dois toutefois adapter ton message à ton public. Le networking est un excellent exercice pour tester ta capacité d’adaptabilité.

 

En fonction du contexte événementiel où tu es, tu dois :

  • Soit te présenter en tant que slasheur
  • Soit présenter l’une de tes activités

Ce deuxième point peut être très frustrant. Et pourtant, tu ne seras que plus crédible si tu te fais comprendre par ton interlocuteur.

 

Prenons l’exemple de notre chef de projet web/ chauffeur Uber :

 

 

S’il est invité à un événement lié au Digital, il n’aura aucun intérêt à raconter qu’il est chauffeur Uber le soir. Ce détail n’apporte aucune plus-value à ses interlocuteurs et pire encore, cela peut même le discréditer :

Un chef de projet web qui est chauffeur Uber a sûrement des problèmes financiers liés à son activité pour devoir trouver un complément de revenu en tant que VTC. Même si ce n’est pas le cas, c’est très clairement ce qui viendra à l’esprit des personnes qui t’écoutent.

Cet exemple révèle l’importance de savoir pitcher ton activité lorsque tu es amené à te présenter dans un contexte professionnel. Le pitch du slasheur est un enjeu de sa crédibilité !

 

Je te propose donc un petit exercice :

  • Pitch tes activités en tant que slasheur
  • Demande-toi  si ce pitch est adapté à toute situation
  • Si non, pitch tes différentes activités séparément

Alors ça donne quoi ?

Les slasheurs ont aujourd’hui le vent en poupe. Le terme se popularise et les exemples se multiplient. Pourtant, si tu veux réussir ton slashing, il te faudra travailler en conséquence ton Personal Branding et ta communication pour être compris. Ce n’est que de cette manière que tu pourras briller dans tes diverses activités !

 

Tu es slasheur et tu ne sais pas comment travailler ton Personal Branding ?

On en parle dans la formation « Attirer un flux de clients réguliers grâce au Personal Branding » en promotion avec un coaching de 30 minutes offertes pour 199€ au lieu de 449€ jusqu’à jeudi ! 

1 réponse
  1. Anne
    Anne dit :

    Bonjour Yéza
    Merci pour cet article , il tombe à point nommé pour moi. C’est sympathique et synchronique de te retrouver ici, sur mon problème de slasheuse. En effet je suis aujourd’hui sophrologue, praticienne énergéticienne et ma formation initiale est un diplôme de technicien supérieur en informatique. J’ai bossé 20 ans en entreprise, puis ai fait quelques sites internet en freelance avant de me reconvertir dans le bien-être. Je viens de m’inscrire à la formation de copywriting de Livementor dans l’objectif de booster mon travail de thérapeute mais aussi d’ajouter une 3eme corde à mon arc. Et je te retrouve d’ailleurs dans moins d’une heure. Je suis bloquée car je ne sais pas comment faire pour lier l’ensemble, ni si je dois avoir plusieurs supports, ou pas car cela représente beaucoup de travail. Je vais déjà suivre ton article pour éclaircir l’ensemble.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *