Les 3 choses à ne pas déléguer dans ton entreprise

Quand on est entrepreneur et qu’on fait grandir son entreprise, on entend souvent qu’il faut déléguer des tâches.

D’ailleurs, en m’inspirant pour écrire ce mail, je suis tombée sur trois pages de recherche Google, qui m’indiquaient comment déléguer. Mais pratiquement aucune sur “ce qu’on ne devrait pas déléguer”.

Et pourtant, je pense qu’il y a un certain nombre de choses sur lesquelles il faut garder le contrôle pour rester aux rênes de ton entreprise : sur le plan sur le plan de l’incarnation de ta marque, sur le plan des finances, et sur celui de l’organisation.

1 – Le contenu et la stratégie de marque : l’erreur que commettent les entreprises qui “scalent”


Quand une entreprise grossit, elle veut optimiser son temps en sous-traitant des tâches qu’elle avait pour habitude de réaliser elle-même. Parmi elle, on peut compter la création de contenu.

Il est parfaitement légitime et compréhensible de ne ne plus pouvoir assurer la production de contenu de manière aussi intense que lorsqu’on est une petite boite/freelance avec plus de temps et moins de moyens.

Pourtant, si tu as commencé à habituer ton audience à ta patte, à ton style et que tu as une vraie relation avec elle, il serait dommage de tout arrêter et de rompre cette précieuse connexion nouée avec elle.

Les contenus ne servent pas qu’à optimiser ton SEO. Ils te permettent d’apporter une vraie valeur ajoutée à ton entreprise (expérience + expertise + angle choisi/point de vue).

Si tu délègues toute la production de contenu, ton entreprise ne sera plus incarnée. Elle sera une pale copie de ce qu’on trouve aujourd’hui sur le web : une boite qui produit des articles fades sur des sujets bateaux en espérant remonter dans les premiers résultats d’une requête Google spécifique.

Un peu dommage non ?

Attention, je ne dis pas qu’il ne faut rien déléguer ! Par contre, je pense qu’il faut que tu gardes un lien privilégié avec ta communauté. Pour moi, ce lien passe par ma newsletter, dans laquelle je m’adresse directement à mes abonnés. Je sais qui la lit, je sais qui clique, je visualise ces personnes en train de lire mes contenus, et je les écris pour elles.

Si tu veux vendre, si tu veux que ta communauté s’identifie à ta marque, il faut que tes contenus soient incarnés (par toi, par ton équipe).

La vente c’est de l’émotionnel. Si ta communication est creuse, si tes abonnés ne ressentent plus ce lien privilégié avec toi, ils se sentiront abandonnés. Et ils iront chercher de l’humanité ailleurs.

Je suis d’ailleurs contente d’avoir contribué à quelques succès d’entrepreneurs que j’ai accompagnés sur ces questions de personal branding/incarnation des contenus :

▪ Une cliente qui a pu trouver son premier client grâce à la création d’un site web à son image

▪ Une amie qui a pu obtenir un gros client grâce à un article écrit à 4 mains (ensemble) sur la thématique du copywriting

▪ Des clients qui ont pu obtenir leurs premiers clients grâce à des articles invités ultra-personnalisés

▪ Une amie qui a pu obtenir une mission de freelance grâce au travail réalisé ensemble pour valoriser sa personnalité

▪ Une autre amie qui, suite à un échange constructif, a choisi de personnaliser sa newsletter en proposant du contenu beaucoup plus inspirationnel issue de son expérience

2 – Garde une main sur la comptabilité et l’administratif 


La compta et l’administratif sont des sujets qui provoquent de l’urticaire chez beaucoup d’entrepreneurs. Quand on se lance en micro-entreprise, ces sujets sont relativement simples : pas de compta, deux trois papiers à remplir, et le tour est joué.

Quand on voit son entreprise grandir, on réalise que les choses ne sont plus aussi simples qu’avant : plus de charges, une TVA à gérer, plus de paperasse, des questions sur les changements de statut…

Quand j’ai été assujettie à la TVA en début d’année, j’étais paniquée par les démarches administratives que cela impliquait. J’ai directement fait appel à un cabinet d’expert comptable qui ne comprenait pas ma situation, et qui m’a vite facturé cher.  Et dans l’histoire, je ne savais toujours pas faire une déclaration de TVA.

C’est en prenant conscience de mes dépenses que j’ai décidé de reprendre la main sur ma comptabilité. J’ai fait appel à un autre cabinet moins cher, qui m’a montré comment réaliser mes déclarations, et qui m’a permis d’être autonome. Aujourd’hui, je maitrise cette part de mon activité et réalise des économies.

Aujourd’hui, j’ai une vraie vision sur mes finances et ma comptabilité. Je sais quelles sont mes sources de dépenses, mes recettes et je ne suis plus stressée de ne pas savoir quel est l’état de mes finances.

Mon conseil : ne délègue pas quelque chose que tu ne maitrises pas. 

C’est la même chose pour toutes tes démarches administratives :  bien sûr que tu peux déléguer des démarches complexes, mais fais attention à bien comprendre ce qui se passe quand tu n’es pas là. 

J’ai délégué une partie des démarches pour devenir organisme de formation (je suis d’ailleurs référencée Datadock depuis la semaine dernière, youpi! Mais je t’en reparlerai très prochainement).

Mais je veux rester indépendante et capable de comprendre les process et les étapes qui m’ont permis d’obtenir ces résultats.

3 – L’autodiscipline et l’organisation ne dépendent que de toi 


Tu pourras toujours vouloir tout déléguer mais personne ne va gérer ta discipline et ton organisation pour toi.

Quand tu es chef d’entreprise, tu ne diriges pas ton entreprise avec tes émotions ou ta motivation mais avec ta rigueur et ta discipline. 

Définir tes priorités, produire des contenus à fréquence régulière, rendre des livrables à temps, communiquer sur ton activité, faire du sport, travailler ton développement personnel…toutes ces tâches demandent de l’énergie et de la discipline. Mais elles font partie d’un mindset pour entreprendre.

Pour être un bon chef d’entreprise, il faut que tu puises en toi la force pour t’autodiscipliner. Comment veux-tu diriger des prestataires ou des équipes si tu ne sais pas te cadrer toi-même ?

Et pour ça, définir tes objectifs va t’aider (je sais, j’en parle souvent).

👉Quelles actions souhaites-tu avoir réalisé pour les trois mois à venir ?
👉D’ici un an ?
👉Ce que tu fais aujourd’hui tend-t-il vers ta vision entrepreneuriale de long terme ?
👉Vers ton projet de vie ?

Si tu n’arrives pas à envoyer une newsletter chaque semaine parce que tu as peu d’abonnés, essaye de penser que tu écris à 1000 personnes.

Si tu penses que ta stratégie de contenu ne sert à rien, peut être ne priorises-tu pas les contenus qui marchent ?

Si ton réseau n’est pas assez développé, rencontre une nouvelle personne par semaine.

Les petits pas forment les grands projets. Mais tout part de toi. Personne ne pourra être motivé pour toi.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *