Micro-entreprise : 10 étapes pour survivre dans la jungle administrative

 

Vous voulez lancer votre micro-entreprise ? Le mot freelance raisonne en vous comme un son de liberté ? Minute, pas si vite !

Avez-vous crée votre statut ? Ouvert un compte bancaire ? Dit bonjour à l’URSSAF et au RSI ?

Vous voyez bien, vous êtes trop pressé !

En créant votre statut, vous allez déclencher l’avalanche administrative.

On ne vous dit pas tout sur les démarches du micro-entrepreneuriat, alors laissez-moi vous donner quelques conseils pour bien démarrer.

 

 1 – Quittez votre boulot dans les meilleurs termes possible

Si vous êtes salarié, le mieux est de quitter votre boulot dans les meilleures conditions possibles. D’abord parce qu’une rupture conventionnelle vous permettra de bénéficier du chômage (détail non négligeable quand on se lance dans un business précaire). Et ensuite parce que si votre micro-entreprise gravite dans le même secteur d’activité et réseau que votre ancienne entreprise, il est quand même plus aisé de pouvoir bénéficier de votre ancien réseau, et de l’appui et des recommandations de votre ancien employeur.

**Astuce pour cumuler chômage et activité de votre micro-entreprise** 

Si vous êtes déjà salarié micro-entrepreneur et que vous avez généré du chiffre d’affaires, Pôle Emploi vous considèrera un ancien salarié micro-entrepreneur une fois au chômage* . Cela vous permettra de cumuler intégralement les revenus de votre activité entrepreneuriale et votre chômage (les revenus issus de la micro-entreprise ne doivent pas dépasser 70 % de vos anciens revenus).

Plus de détail dans cet article : http://bit.ly/2wOnvk3

Notez qu’il ne faut pas que vous soyez lié à votre entreprise par une clause d’exclusivité pour créer votre micro-entreprise en parallèle.

*Il y a un vide juridique à ce sujet, donc le mieux est de se renseigner en amont auprès de Pôle Emploi.

 

2 – Créez votre statut

Pour cette étape qui vous fera passer du côté de l’entrepreneuriat, une chose à faire :

  • Rendez-vous sur ce site : http://bit.ly/1MpACdC (lien direct vers la page de déclaration d’activité) et remplissez le formulaire P0 PL
  • Choisissez votre domaine d’activité et votre activité
  • Une fois basculé sur le formulaire, choisissez l’un des trois domaines (artisanale/commercial/libéral ) pour déterminer la nature de votre activité. Si vous êtes dans le « conseil en communication » comme moi, la case libérale est automatiquement cochée
  • Remplissez vos informations personnelles et coordonnées
  • Si vous avez un conjoint, remplissez les informations le concernant
  • Cocher l’ACCRE* si vous pensez pouvoir en bénéficier (vous avez 45 jours pour la demander si vous n’êtes pas en possibilité de la demander maintenant) mais sachez que vous ne pourrez la demander qu’une seule fois dans votre vie !
  • Déclaration de patrimoine : cocher uniquement si vous vous montez en EIRL
  • Déclaration sociale : Choisissez vos options de déclaration de chiffre d’affaires (CA) : trimestrielle ou mensuelle
  • Option fiscale : choisissez celle qui vous arrange, en fonction de votre situation et du chiffre d’affaires que vous pensez réaliser. Si vous pensez réaliser un chiffre d’affaires faible, le prélèvement obligatoire ne sera peut-être pas la meilleure solution pour vous.
  • Signature : vous signez et vous attendez (deux petites semaines grand max ! )

*Pour demander l’ACCRE, utilisez ce formulaire : et renvoyez le au C.F.E dont vous êtes dépendant en fonction de si vous êtes artisan  (C.F.E. de la Chambre de Métiers & de l’Artisanat), si vous êtes commerçant  (C.F.E. de la Chambre du Commerce et de l’Industrie), si vous êtes en profession libérale (URSSAF). Toutefois, je vous recommande de lire bien attentivement cette notice qui explique les conditions d’attribution de l’aide et les pièces justificatives à fournir.

Ca y est, vous avez reçu votre papier de l’Insee avec votre numéro SIRET ! Félicitations, vous êtes micro-entrepreneur !

3- Faites de Pôle Emploi votre allié

  • Demandez le chômage

Une fois votre rupture conventionnelle signée et votre contrat terminé, inscrivez-vous à Pôle Emploi et fournissez-leur votre attestation employeur via votre espace personnel. Vous recevrez une réponse sous quelques temps vous confirmant votre ouverture de droits pour votre indemnisation.

  • Déclarez son chiffre d’affaires mensuellement

Ensuite, vous devrez mensuellement déclarer votre chiffre d’affaires à Pôle Emploi grâce à ce formulaire à remplir et à remettre à Pôle emploi via votre espace personnel. Vous devrez également déclarer votre chiffre

  • Donnez la déclaration P0 (le précédent formulaire)

Lors du démarrage de votre activité, n’oubliez pas de fournir à Pôle Emploi le formulaire P0 (formulaire orange) que vous avez rempli pour déclarer votre début d’activité.

 4 – Banque et assurance : ne perdez pas trop de temps.

  • L’assurance pro : ça dépend pour qui

Si vous êtes micro-entrepreneur, il est conseillé de souscrire à une assurance pro aussi appelée Responsabilité Professionnelle. Elle devient obligatoire selon votre domaine d’activité et si vous engagez la responsabilité de personnes travaillant avec vous.

  • Trouvez une banque pour professionnels pas trop couteuse

Pourquoi ouvrir un compte professionnel ? Parce que malgré ce qu’on entend, ouvrir un compte courant pour son activité entrepreneuriale peut couvrir un risque : celui que votre banque ne laisse pas l’URSAFF prélever sur votre compte. Ce qui peut conduire à des pénalités de retard. J’ai donc choisi de ne pas prendre ce risque (mais vous entendrez sûrement des versions différentes).

Après quelques recherches, j’ai opté pour AXA Banque et sa formule pour micro-entrepreneurs car la carte bleue est gratuite.* : https://www.axa.fr/compte-bancaire/banque-ligne-auto-entrepreneur.html

*On vous demandera d’effectuer un certain montant de dépenses par trimestre avec la carte (entre 450 et 900 euros en fonction de si vous avez plus ou moins de 30 ans). Mais pas de panique ! Si vous ne dépensez pas cette somme, vous aurez à payer une pénalité de 7 euros par trimestre ! Ce n’est pas la mer à boire comparé aux frais bancaires d’autres offres professionnelles.

5- Déclarez votre chiffre d’affaires facilement

Si vous êtes en profession libérale, l’URSSAF est chargée du recouvrement de vos cotisations sociales. C’est à elle que vous devrez déclarer votre chiffre d’affaires mensuellement ou trimestriellement. Il vous est possible, grâce à la dématérialisation de déclarer votre chiffre d’affaires en ligne en vous inscrivant sur net-entreprise.fr

Si vous dépendez de la Chambre de commerce et de l’Industrie ou de la Chambre de Métiers & de l’Artisanat, c’est le RSI qui sera chargé du recouvrement de vos cotisations sociales mais vous pourrez également déclarer votre chiffre d’affaires en ligne en vous inscrivant sur net-entreprise.fr

Votre première déclaration de chiffre d’affaires s’effectue dans un délai de 3 mois suivant la date de début d’activité, afin de laisser le temps aux administrations compétentes de mettre à jour votre situation.

Pour plus de précision sur votre cas, un tableau récapitulatif explique le jour où vous devez déclarer

  6- Les impôts : ce qu’il faut savoir 

Quelques choses à savoir à propos des impôts :

  • Lors de la création de votre entreprise, vous recevrez un courrier des impôts, il s’agit d’un questionnaire relatif aux locaux dans lesquels vous exercez votre activité, à renvoyer sous 15 jours dès réception du courrier
  • Concernant le mode de recouvrement, j’ai choisi l’option prélèvement libératoire comme vu plus haut donc mes impôts seront prélevés trimestriellement sur mon chiffre d’affaires (un pourcentage qui ne dépassera pas les 2, 2%). *
  • Concernant la création de votre espace professionnel en ligne, sachez que vous n’avez pas besoin d’en créer un avant de payer votre C.F.E, soit un an après la création de votre entreprise. Vous vous préoccuperez de cela quand vous recevrez un courrier des impôts !

* Si vous pensez faire un très petit chiffre d’affaires, cette option n’est peut être pas la meilleure pour vous car vous paierez des impôts peu importe votre chiffre d’affaires

7 – Le fameux RSI : double fonction et changements à venir  

Le RSI c’est la sécurité sociale des indépendants dont l’affiliation est automatique et obligatoire lorsque vous crée votre statut mais le R.S.I. est également l’organisme gérant depuis janvier 2013 le régime unique de retraite et retraite-complémentaire obligatoire des artisans et commerçants. Par contre, la profession libérale cotisera elle, selon sa profession, auprès d’une des caisses adhérentes à la CNAVPL (la CIPAV pour mon cas).

Le RSI est amené à disparaître donc le mieux reste de s’informer des dernières annonces du gouvernement. Sachez qu’il n’y à ce jour pas de démarches à faire .

8 – Choisissez une mutuelle adaptée à votre activité

Je vous conseille d’opter pour Wemind, la mutuelle des freelances, qui s’adapte à votre situation et propose des prix attractifs. Bien sûr, il existe d’autres mutuelles mais celle-ci peut vous intéresser si vous êtes micro-entrepreneur.

 9- Simplifiez votre comptabilité grâce à des logiciels en ligne !

Pour vous faciliter la vie avec la comptabilité, des logiciels en ligne sont la pour vous aider. Voici ma sélection :

  • Tiime AE pour générer vos factures, devis et tenir votre registre (obligatoire) : très simple d’utilisation et gratuit, vous prendrez facilement en main le logiciel grâce à son interface fluide.
  • Linxo pour faire ses comptes : je l’utilise pour compartimenter mes dépenses dans mon compte courant. Bien sûr, il existe de nombreuses alternatives, donc à vous de voir !

 10 – Kiffez !

Le reste c’est que du bonheur, vous n’avez pas fait toutes ces démarches pour rien non ?

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *