Personal Branding: comment s’affirmer dans ses contenus ?

Dans l’écosystème de l’infopreneuriat, on entend à longueur de journée qu’il faut oser être soi dans sa communication et dans ses contenus. Seulement, il n’est pas toujours facile d’assumer sa singularité au regard des critiques négatives qu’elle peut susciter. Cette appréhension de la critique peut nous conduire à ne plus rien publier ou d’attendre une validation extérieure. Mais ce frein psychologique brime notre spontanéité, notre créativité et notre authenticité. Alors comment réussir à s’affirmer dans ses contenus au quotidien ? Voici mon retour d’expérience.

.

Avis et conseils : attention à qui vous influence

La semaine dernière, j’ai échangé avec une cliente dont le père critiquait la valorisation de son engagement citoyen dans sa communication.

Prise de doute, elle m’a demandé si communiquer sur cet engagement était inapproprié sur ses réseaux sociaux professionnels.
Sa question a immédiatement résonné en moi car cela fait maintenant 4 ans que je m’interroge régulièrement sur ce sujet, en vivant des périodes de doute.
.
Je lui ai donc fait part de deux témoignages personnels : 
J’ai choisi de prendre le risque de communiquer ouvertement sur mes engagements citoyens auprès de mon audience.
Si j’avais écouté une partie de mon entourage, je ne l’aurais sûrement pas fait.
Aujourd’hui, j’ai perdu quelques prospects, j’en ai gagné d’autres, mais au final, mon audience est maintenant avertie, mes clients partagent mes valeurs, et je n’ai pas de frustration dans ma communication.
Autre témoignage : 
J’ai fait le choix de communiquer sur mes expériences de vie personnelles quand elles permettaient à mon audience de s’en inspirer.
Mais sur certains sujets intimes, ma mère m’a fait part de son malaise.
Or, ces sujets sont importants pour moi, et en parler peut aider mon audience.
.
Si j’ai fait le choix de ne pas l’écouter, c’est parce : 
– Nous ne sommes pas de la même génération
– Nous n’avons pas la même personnalité
– Nous ne communiquons pas auprès d’un même public.
.
Quelques années plus tôt, une entrepreneure d’une cinquantaine d’années m’avait aussi fait la réflexion qu’il fallait vouvoyer son audience pour faire “pro”.
.
Mais encore une fois, tout est une question de cible, et d’alignement !
.
Alors quand vous doutez, posez-vous les questions suivantes : 
– Ne pas communiquer de telle manière/sur tel sujet vous crée t-il de la frustration ?
– Votre audience est-elle prête à vous suivre si vous êtes 100% vous-même ?
– Que savez-vous de la personne qui vous a donné ces fameux conseils ? Quelle est sa personnalité ? De qui est composé son entourage/sa cible ?  Comment communique-t-elle ? Cette communication vous parle-t-elle ?
.
Faites attention à qui vous influence ! 😉
Soyez vigilant : un conseil bien intentionné n’est pas toujours le plus adapté à votre personnalité.
.

Comment mieux gérer les critiques négatives sur vos contenus ?

Depuis que je rédige des contenus pour mes différents projets, je réalise que j’affirme de plus en plus mes opinions, et ce, de manière assez spontanée.

Si certains se retrouvent dans cette franchise, d’autres émettent plus de réserves sur cette communication sans filtre.
.
Pour tout vous dire, je me suis beaucoup remise en question à la réception de critiques acerbes : 
.
– Devrais-je arrondir les angles ou lisser mes contenus ?
– Cette franchise mettrait-elle mon activité en danger ?
– Suis-je assez solide pour encaisser la critique ?
.
Après une profonde réflexion, j’ai décidé de ne pas me censurer dans mon expression, quitte à faire un écrémage de mon audience.
.
En revanche, toutes les critiques ne sont pas malveillantes, et il me fallait trouver un moyen de mieux les recevoir, sans affectation ni agressivité.
.
Je me suis donc demandée : 
– Ce que je ressentais lorsque je recevais une critique : de l’agacement et une envie impulsive de répondre au tac au tac (ce que je ne fais pas)
– Ce qui m’affectait dans la critique  : la sensation qu’on dévalorise mon travail et l’impression d’être critiquée par des gens qui n’ont jamais monté un business, jamais écrit un contenu, jamais pris position sur des sujets épineux
.
Pour aller plus loin et mieux gérer la critique, je me suis donnée comme ligne de conduite d‘analyser l’intention derrière la critique : 
– Qui me critique : a-t-on un passif virulent ? La personne a-t-elle des conflits d’intérêt à défendre ?
– Quel est le message de cette critique : une remarque sur le fond ? La forme ? Le ton est-il bienveillant ? Agressif ?
– La critique est-elle constructive ? Son auteur propose-t-il des conseils ? Préconise-t-il des solutions alternatives ?
– Suis-je ouverte à l’échange et au dialogue ? Clairement, vous avez le droit de dire “non”. Lorsque je publie des contenus sur Aikido-millennials par exemple, je fais le choix de ne quasiment plus commenter car répondre me prend de l’énergie pour des critiques attaquant mon grade, ma jeunesse ou ma personne. Ce n’est évidemment pas toujours le cas, mais c’est le choix que j’ai fait pour me préserver.
.
C’est maintenant à l’aune de ces critères que j’analyse les critiques qui sont faites à l’égard de mes contenus pour prendre plus de hauteur et moins être dans l’affect.
.
Ne nous leurrons pas, je ne suis pas devenue un yogi zen pour autant.
En revanche, je prends le temps de
..et c’est mon écran qui m’en remercie 😉
.
Et vous, comment gérez-vous la critique au quotidien ?
.

Conclusion

Etre 100% authentique dans ses contenus demande un certain courage pour assumer les critiques potentielles. Mais cela nous permet d’éviter de vivre une frustration chronique : celle de ne pas oser être soi. Alors le jeu en vaut-il la chandelle ? C’est à vous de voir. Mais sachez que si malgré le risque, vous assumez cette communication authentique, vous pouvez être sur d’attirer les bons clients à vous.
👉Pour recevoir mes derniers contenus dans votre boite email, abonnez-vous à ma newsletter hebdomadaire, tous les lundis !
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *