L’envers du décor : les galères quotidiennes du digital nomade

Être digital nomade semble en surface être la panacée. Mais les belles photos partagées sur les réseaux sociaux ne montrent pas toujours l’envers du décors. Car oui, être digital nomade, c’est connaître un bon lot de galère du quotidien, souvent bien dissimulées. Je les ai personnellement expérimentées et je souhaite les exposer au grand jour pour vous donner un véritable aperçu de la vie de digital nomade pour le meilleur et pour le pire. Alors quelles sont ces galères ? Comment les gérer ? Levée de rideau !

.

1 – Le quotidien du digital nomade requiert de l’adaptation

Etre mobile et transporter sa maison sur le dos, c’est aussi la vie de digital nomade

Etre digital nomade, c’est être flexible : flexible dans le sens où il faut savoir être mobile et bouger facilement (le minimalisme est un concept essentiel pour ne pas s’encombrer et ne pas attacher trop de valeur aux objets) mais également flexible par rapport aux déconvenues du quotidien :
– On peut être amené à changer d’appartement du jour au lendemain (ça a été mon cas, lorsqu’un de mes propriétaires n’avait pas bloqué les bonnes dates pour ma réservation d’appartement et que j’ai du faire mon sac en deux deux)
– On peut se retrouver à devoir remplacer du matériel défaillant et ne pas trouver l’équivalent dans le pays dans lequel on voyage
– On peut se retrouver dans un endroit où l’on ne comprend pas la langue et la culture locale et commettre involontairement des impairs.
– On peut se retrouver à subir une coupure de courant ou d’eau, devoir prendre son ordinateur et filer au café du coin en deux deux, ou encore se laver au seau d’eau (véridique)
Il faut donc faire preuve d’humilité, de sang froid et de résilience pour surmonter la solitude dans ces moments de galère du quotidien.
Heureusement, les communautés de digital nomades existent pour nous soutenir et partager ces expériences et galères du quotidien. On trouve en effet, un grand nombre de groupes Facebook, de sites web, de ressources, et de comptes Instagram qui peuvent nous aider au quotidien dans ces galères.
.

2 – Le quotidien du digital nomade en temps de pandémie

Voyager au Mexique en pleine pandémie

Être digital nomade en pleine pandémie, c’est faire preuve d’une grande capacité d’adaptation et de flexibilité. Faire des plans devient ainsi obsolète car la situation change quasiment tous les jours : le monde devient ainsi un Tetris géant. Dans ce contexte, il faut être prêt à faire son sac à la moindre opportunité et changer de décor rapidement.
Mais au-delà de la réactivité, il faut parfois un peu d’anticipation. Anticiper permet ainsi de flairer les opportunités et prendre son billet avant que ça ne sente mauvais 😉
C’est ce que j’ai fait en janvier dernier où j’ai pris mon billet pour le Costa Rica avant que les mesures en France deviennent plus restrictives. Je suis également partie de Lisbonne début décembre au moment où le pays allait être de nouveau confiné.
Cette réactivité et cette anticipation font partie des qualités du digital nomade, mais demandent de savoir gérer un stress régulier pour trouver la liberté.
.

3 – La santé et les maladies : des maux ordinaires mais à anticiper

L’activité physique et l’alimentation, les deux meilleurs moyens de rester en forme

 

Être digital nomade, c’est aussi prendre le risque d’avoir des problèmes de santé à l’autre bout du monde.
En dehors de la pandémie actuelle, d’autres maladies et maux du quotidien guettent les travailleurs numériques : 
– Des problèmes de dents (une amie a dû se faire opérer des dents de sagesse au Mexique)
– Une mauvaise anticipation du stock de lentille nécessaire pendant notre voyage
– Une intoxication alimentaire
– Une réaction cutanée ou allergie
On se retrouve parfois dans son lit, au beau milieu de la nuit, à subir ces maux, certes ordinaires mais beaucoup moins supportables lorsqu’on est seul et sans médicament.
C’est pourquoi il est important d’anticiper ces déconvenues grâce à une bonne trousse à pharmacie et surtout une bonne assurance en cas de problèmes plus graves.
.

4 –  Le digital nomade face aux critiques et jalousies

Parce qu’on fait aussi des envieux sur les réseaux sociaux avec la dolce vita qu’on a l’air de vivre au quotidien

Être digital nomade, c’est aussi faire des envieux. Car oui, quand on partage des photos de paysages de rêve et une qualité de vie optimale à moindre coût, ça ne laisse pas tout le monde indifférent.
On m’a déjà traitée de néocolonialiste pour vivre dans des pays au niveau de vie inférieur au mien.
On m’a déjà traitée d’irresponsable de voyager en pleine pandémie.
Au début, ces critiques peuvent affecter, mais quand on les analyse en profondeur, on comprend qu’elles sont la manifestation de frustrations chez nos détracteurs.
Car après tout, il ne tient qu’à lui de prendre son billet et s’envoler à l’autre bout de la planète. Alors, ce n’est peut-être pas facile pour tout le monde, surtout quand on a un travail salarié et des responsabilités familiales, mais la vie est une question de choix. Et dès le départ, nous avons souvent tous eu le choix :
– Choix de devenir nomade ou sédentaire
– Choix de construire une vie de famille ou non
– Choix de devenir propriétaire ou non
– Choix d’opter pour l’instabilité et la liberté, ou d’opter pour le confort et la sécurité.
Être digital nomade, c’est donc être libre et responsable. C’est du courage, et le courage peut susciter l’envie de ceux qui ne l’ont pas.
.

Conclusion 

La vie de digital nomade n’est pas toujours rose. Elle comprend des contraintes, des moments de solitude et de stress. Mais à chacune de ces galères, le digital nomade prend du recul et sait que malgré ces déconvenues, il ne regrette pas ses choix : celui de la liberté, de l’aventure et de l’apprentissage !
👉Si tu veux te lancer dans l’aventure digital nomade mais que tu ne sais pas par où commencer, je peux t’accompagner et je te propose qu’on en parle de vive voix ! 🙂
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *