Rapport au corps : ces tabous que j’ose enfin révéler 

En tant que femme, j’ai longtemps subi des complexes physiques que je n’ai pas assumé. Aujourd’hui, pour m’en débarrer, j’ai décidé d’en parler et d’assumer ces petits défauts qui font partie de moi. Cette conscientisation de mes “problèmes” me permet ainsi de m’en libérer et je l’espère, donner le courage à d’autres femmes de ne plus se cacher pour vivre une vie plus assumée et épanouie. Alors de quoi s’agit-il ? De petits complexes physiques mais également du regard que je porte sur moi, souvent déformé.

 

1/ Le syndrome de dysmorphophobie, et si on en parlait ?

 

L’autre jour, je me suis surprise en flagrant délit de dysmorphophobie.

La dysmorphophobie, c’est quoi ?

 

C’est tout simplement le fait de ne pas se voir comme on est réellement, en faisant un focus sur un défaut physique et en lui donnant des proportions disproportionnées. 

Cela peut concerner un bouton, ou bien la perception de son corps comme plus gros qu’en réalité.

Le problème de la dysmorphophobie, c’est qu’elle peut devenir obsessionnelle et miner le moral de manière très sévère. 

Alors comment éviter les dépressions passagères liées à ce syndrome obsessionnel ?

 

1- En prendre conscience.  Et c’est quasiment le plus dur.

 

Mais voici quelques pistes : 

 

Si vous vous sentez gros, surveillez votre poids une fois par semaine (et le mieux, avec une balance connectée qui évalue votre masse graisseuse et votre masse musculaire). Il ne faut bien entendu pas vous peser après avoir mangé, ou pendant vos règles pour mesdames. Je ne suis pas une adepte de la pesée obsessionnelle, surtout quand votre rapport au corps n’est pas sain, mais dans le cadre de la dysmorphophobie, cela peut aussi contribuer à vous remettre les idées en place quand vous partez dans des délires.

 

Si vous avez l’impression d’avoir des boutons partout, arrêtez de vous regarder à 2 millimètres du miroir et prenez-vous en photo à une distance raisonnable. La photo permet d’avoir un aperçu plus objectif. Si vous avez besoin d’un avis extérieur, demandez à votre entourage ce qu’il en pense (bien sûr il faut être prêt à psychologiquement accepter le regard de l’autre) 

 

2 – Agir concrètement 

 

– Arrêtez dans un premier temps de vous regarder dans un miroir. Si vous savez que cela va vous faire du mal, regardez-vous une fois par jour.

 

– Restez occupé : c’est en ne faisant rien et en s’ennuyant que l’on peut prendre autant de temps pour s’observer et se dénigrer. Avoir l’esprit occupé vous permettra de ne pas sombrer dans un nouveau délire.

 

– Vous faire aider sur le plan physique : si un défaut physique vous gêne vraiment et qu’il peut disparaître, vous pouvez consulter des spécialistes : dermatologue, naturopathe, nutritionniste… Je suis convaincue qu’il existe des solutions pour chaque mal physique, mais gardez en tête que le stress et la dépression ont des répercussions sur votre corps, donc n’oubliez pas de traiter le fond du problème !

 

– Vous faire aider sur le plan psychologique : si votre dysmorphophobie vous empêche de vivre, un travail sur vous peut vous permettre de comprendre les causes de ce trouble obsessionnel et renforcer votre confiance et estime de vous. Par chance, les solutions sont très diverses (hypnose, psychiatrie, thérapies brève…)

 

La meilleure façon de se libérer d’un trouble, c’est de le reconnaître et d’en parler. Ce n’est pas une honte, et il ne faut pas le cacher.

Si je fais ce post aujourd’hui, c’est que je suis passée par là, et que j’ai des petites rechutes de temps à autre. Mais aujourd’hui, je l’ai conscientisé et le fait de me reprojeter dans cet état émotionnel terrible me donne envie de ne plus jamais laisser ma perception faire des siennes ! 

 

2/ Acné hormonal : un gros tabou chez les femmes

 

Il y a quelques semaines, je me sentais au plus mal : mon apparence physique avait affecté mon moral.

Et pour cause, un dérèglement hormonal lié à un changement de pilule.
Je me suis retrouvée avec la peau grasse et de l’acné sur le visage. Une horreur !

J’ai donc passé quelques semaines avec le moral à zéro en évitant les miroirs pour ne pas déprimer ou encore me toucher le visage et empirer la situation.

Dans ce genre de situation, notre confiance en nous en prend un sacré coup.

Mais pire encore, ces boutons ont refait surface avec leur lot de mauvais souvenirs d’adolescence puis de précédents dérèglements hormonaux qui m’avaient psychologiquement achevés, et ce dans des périodes très difficiles de ma vie :

– Ma relation sous tension avec ma belle-mère été 2007
– Ma recherche d’emploi chaotique pendant 9 mois en 2015
– Le premier confinement au printemps 2020

Ces trois périodes traumatisantes ont eu des répercussions sur mon corps, qui a somatisé par un acné hormonal. Un enfer !

Aujourd’hui, si j’en parle, c’est parce que je sais que c’est un sujet tabou sur lequel il est difficile de s’exprimer car les boutons nous renvoient à l’adolescence et touchent à intégrité physique et surtout à notre égo. Mais ils ne sont que l’expression d’un mal-être.
Car s’il y a bien une chose dont j’ai pris conscience grâce à la naturopathie, c’est que derrière chaque mal physique, se cache une réponse psychologique.

Alors, il y a quelques semaines, je me suis lâché la grappe :
– J’ai accepté que je n’étais pas au top physiquement
– J’ai compris que la situation n’était que temporaire (je le savais au fond de moi)
– J’ai accepté de prendre mon mal en patience car j’avais un plan pour me débarrasser de cet acné.

Et ce lâcher-prise a largement contribué à la disparition de mes spots cutanés.

Alors vous vous demandez peut-être quel est ce plan ?

– Réutiliser mes produits de beauté habituels une fois en France, dont j’avais épuisé le stock depuis quelques semaines au Mexique
– Hydrater ma peau au lieu de l’assécher pour éviter un regain de sébum
– Faire une cure de zinc une fois rentrée en France
Réduire mon stress, grâce à l’écriture, l’acceptation de mon mal-être et en m’offrant un massage
– Reprendre mon ancienne pilule une fois rentrée, ou tout simplement arrêter la pilule pour ne pas dépendre d’un cachet pour réguler mes hormones.

J’ai aussi “involontairement” arrêté ma pilule mexicaine un peu avant la fin de ma plaquette car j’avais l’impression d’avaler du poison à chaque cachet.

Et c’est à ce moment-là que ma peau s’est transformée, et que l’acné a commencé à disparaître. Et pour cause :
– J’étais heureuse de rentrer
– J’avais accepté l’idée que je n’étais pas au top physiquement
– Je savais que j’allais trouver une solution

Si vous avez des problèmes de peau dont vous avez honte, ne les cachez plus, mais parlez-en, identifiez les potentielles causes psychologiques de ce mal physique, et surtout, faites-vous aider par un professionnel :

Si vous souffrez d’acné hormonal, le traitement est intérieur et non extérieur, c’est pourquoi la naturopathie va traiter la cause du problème, et ne se limite pas à des crèmes de surface.
Il existe bien sûr d’autres options, mais j’ai fait le choix d’une solution naturelle, et les résultats ne se sont pas fait attendre.

Et leçon de l’histoire, j’ai décidé d’arrêter la pilule de manière progressive 😉

J’espère que ce post permettra d’aider des femmes (car ce sont les principales intéressées) qui vivent des périodes de mal-être. Car rassurez-vous, chaque problème contient sa solution !

Bon courage 💪

 

3/ Comment assainir sa relation à la nourriture ?

 

Il y a 15 ans, j’ai suivi un régime alimentaire qui m’a quasiment fait perdre 20 kg. 

Au départ, j’étais suivi par une nutritionniste, et par la suite, j’ai continué toute seule, avec toutes les dérives que cela implique. 

 

Je n’ai jamais été anorexique dans le sens où je ne me suis jamais faite vormir. Mais mentalement, ce régime m’avait affectée et ma relation à la nourriture était devenue malsaine.

Car le plus dur dans un régime, ce n’est pas tant la perte de poids que la phase de stabilisation. 

 

Et cette phase de la stabilisation se compose de deux choses :

– La réintroduction d’aliments “bannis” pour la perte de poids (pour vous dire le niveau des régimes de l’époque)

– La déculpabilisation dans notre relation à la nourriture.

 

Et c’est ce deuxième élément qui est le plus dur.

Et je ne vais pas vous mentir, je ne suis pas à 100% guérie, même si cela ne m’empêche pas de vivre.

 

Cette culpabilisation intervient quand je fais des excès : 

– Quand je mange trop

– Quand je bois trop 

– Quand je m’autorise un craquage trop sucré

 

Mais derrière cette culpabilisation se posent des questions liées à l’estime de moi : pourquoi et pour qui dois-je rester “au top” physiquement ?

 

Car il y a bien un décalage entre ce que je sais et ce que je sens :

– Je sais que je resterai séduisante même avec 5kg en plus

– Je sais que chaque kilo pris peut-être perdu (et je sais comment)

– Et  j’ai conscience que je suis victime du dictat imposé par la mode, et ce que devrait être le corps idéal de la femme.

 

Alors comment assainir son rapport à la nourriture quand on a conscience du problème ?

 

– Anticiper la manière dont on va se sentir après un repas (sensation de lourdeur, sentiment de culpabilité) pour éviter les excès 

– Arrêter de combattre la frustration irrésistible en se posant la question : vais-je vraiment le regretter ? Car il vaut mieux succomber maintenant à la bouchée que se jeter après coup sur le plat tout entier

– Avoir une vision globale sur son alimentation à la semaine : c’est la théorie des 80/20 : 80% de repas sains, 20% d’écarts. Pour ma part, je pratique le jeûne intermittent, soit 2 repas par jour, couplé avec une pratique sportive quotidienne, ce qui limite aussi les dégâts lors d’écarts.

– Ne pas diaboliser les aliments : car rien n’est mauvais s’il est un plaisir, à condition de savoir gérer les quantités

 

Voici donc mes notes à moi-même volontairement publiques pour entretenir une relation plus saine avec la nourriture au quotidien 🙂

 

Conclusion : vous ne pouvez pas toujours être au top !

 

Comme beaucoup de femme, je me suis longtemps mis beaucoup de pression pour avoir une apparence physique plaisante. Le problème, c’est que cela demande beaucoup d’énergie : 

– Pour s’épiler régulièrement
– Pour ne pas s’habiller comme un sac
– Pour cacher ces petits défauts qu’on n’assume pas.
Et le pire dans tout ça, c’est que les autres nous aurait volontairement accepté sans toutes ce “travail”. Et quand je dis les autres, je pense aussi aux conjoints.
J’échangeais avec une amie récemment, dont les complexes physiques et mentaux l’empêchent d’être totalement elle-même avec son conjoint.
– Elle a du mal à se montrer toute palote en hiver
– Elle n”assume pas toujours ses formes
– Et sur le plan mental, elle n’ose pas lui montrer sa vulnérabilité de peur d’être moins désirable à ses yeux.
Mais ici encore, c’est beaucoup d’énergie dépensée pour cacher ce que l’autre aurait volontairement accepté.
Et derrière tous ces efforts, se niche un manque de confiance et d’estime de soi. Car l’estime de soi est inconditionnelle : elle implique que l’on s’aime malgré les boutons, malgré les bourrelets, et malgré les doutes.
La confiance en soi, elle aussi, devrait être suffisamment forte pour ne pas remettre en question notre capacité à plaire.
Alors faisons-nous confiance et lâchons-nous la grappe !
Car nous-même aimons notre entourage malgré leurs petits défauts, et nous acceptons les défauts physiques et vulnérabilités des personnes qui partagent notre vie. Alors pourquoi, inversement, ces derniers se montreraient-ils intolérants à notre égard ?
Bien sûr, il ne s’agit pas de se laisser totalement aller, en arrêtant de se laver ou en faisant nos besoins la porte ouverte, mais pour vivre au mieux son quotidien seul ou à deux, mieux vaut accepter ces petits défauts que la vie nous a fourni en contrepartie de ces rayonnantes qualités.
Et comme le disait Antoine de Saint-Exupéry : on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux.
Amour à moi
Amour à vous

👉Si vous vous reconnaissez dans ces propos, on peut changer les choses ensemble et de manière concrète : dans mon programme “Reprendre sa vie en main dans un contexte de crise”, j’aborde la question de l’alimentation de l’hygiène de vie et du rapport au corps, avec un plan d’action pour perdre du poids durablement, sans frustration et sans reprise !

Tarif promotionnel jusqu’à fin juin 🔥

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *