Développement personnel : comment se reprendre en main concrètement ?

En tant qu’être humain, nous faisons face à des problèmes quotidiens. Parmi eux, certains ont une nature psychologique et peuvent nécessiter un travail introspectif. Ce travail introspectif peut bien sûr nécessiter l’aider d’une tierce personne, ou bien être réalisé seul. Mais dans tous les cas, une prise en main est nécessaire si le problème rend notre vie de plus en plus difficile, notre quotidien invivable et pire encore…affecte notre entourage. Dans cet article, je vous propose un retour d’expérience de mon travail introspectif pour me reprendre en main à travers deux angles : celui de la case des Hauts Potentiels, et celui de l’accompagnement par un psychologues/thérapeutes.

 

I – Zèbre, hypersensible, HP…rentrer dans une case ne doit pas être une excuse pour tout !

 

Etant présente sur Instagram, je vois de plus en plus de publications sur la thématiques des zèbres, hypersensibles et hauts potentiels.

Il y a deux ans, je lisais beaucoup de contenus sur le sujet et je m’y suis totalement identifiée.
.
Encore une fois, cela me permettait de rentrer dans une case.
.
Mais un test de QI qui m’a laissée dubitative a eu l’effet d’une douche froide pour moi :
Après avoir investi 200 euros dans un test, je n’ai même pas obtenu mon QI, dit incalculable, potentiellement masqué par des “dys” (pour moi, une probable dyspraxie).
.
Munie de cette feuille qui indiquait que j’étais à moitié trop bête et à moitié trop intelligente, je m’apprêtais à prendre rendez-vous chez un spécialiste pour régler mes problèmes de dyspraxie.
.
Et c’est à ce moment là que j’ai eu une prise de conscience :
.
– Avais-je envie de me lancer dans des séances qui allaient me procurer un mal de tête quasi sûr ?
– Ma potentielle dyspraxie me posait-elle de réels problèmes au quotidien ?
– Au fond, avais-je vraiment besoin de savoir si j’étais HP ?
.
Encore une fois, n’avais-je pas simplement envie de rentrer dans une case, quand la vie m’a toujours fait déborder du moule ?
.
Je n’ai donc pas donné suite à cette démarche.
.
Je ne sais pas si je suis HP
Je ne sais pas si je suis hypersensible
Mais mes nombreuses démarches d’introspection m’ont permis de savoir qui je suis et comment je fonctionne.
Et dans mon quotidien, cela me facilite la vie, et me procure un gain de temps énorme.
.
Alors voici ce que je retiens de ces démarches introspectives : 
– Rentrer dans une case (même dans celle de ceux qui ne rentrent pas dans les cases) ne me rendra pas plus heureuse et ne changera pas ma vie
– Je ne veux pas utiliser mon passé et mon histoire comme une excuse pour expliquer mes échecs présents
.
De manière générale, n’utilisons pas les cases pour justifier un comportement déplaisant ou une tendance au fatalisme. Car vous n’êtes pas “comme ça”.
Nous nous construisons tous les jours au contact d’un environnement qui nous fait évoluer. Certes, les cases peuvent nous permettre de décrypter notre personnalité, mais nous laissent une liberté d’agir en nous rendant responsables.
Alors apprenons plutôt à nous connaître et utilisons notre intelligence émotionnelle pour faciliter au mieux nos interactions sociales.
.

 

II – Comment régler ses problèmes tout seul (sans psy)

Il y a quelques jours, j’échangeais avec deux amies sur les “problèmes” psychologiques qui nous pourrissent la vie au quotidien.

Pour améliorer notre quotidien et nos relations aux autres, nous avons toutes les 3 fait la démarche de travailler sur nous, d’abord seules, puis en sollicitant l’aide d’un professionnel.
Et nous sommes arrivées au même constat : face à un patient qui a déjà analysé ses problèmes, qui connaît les solutions, mais qui n’arrive pas à passer à l’action, les thérapies peuvent se révéler inefficaces.
.
Combien de fois ai-je trouvé des professionnels impuissant devant mes problématiques ?
Car que peut faire un thérapeute face à un patient qui s’est déjà auto-analysé, et qui l’a devancé dans les pistes de solutions ? 
Attention, je ne dis pas que les psychologues ou autres thérapeutes ne sont pas utiles. Seulement, qu’ils sont utiles pour des patients qui n’ont pas mis le doigt sur leur problème. Pour les autres, c’est plus compliqué.
.
Pour ma part, j’ai fini par régler mes problèmes toute seule :
– J’ai amélioré mes relations avec mes parents grâce à l’écriture d’un mail ouvert posant tout à plat (mail qui est le fruit d’une conversation avec une amie Nelly
– J’ai réussi à travailler sur la frustration, en en ayant marre de me pourrir la vie (le passage à l’action s’est matérialisé lors d’un dîner avec mon amie Axelle
– J’ai déculpabilisé de ne pas avoir de vision professionnel en partant à l’autre bout du monde, et ce constat est devenu une évidence lors d’un échange avec mon amie Charlotte 
.
Aujourd’hui, je suis convaincue que le temps peut faire son oeuvre.
Notre entourage peut également nous stimuler.
C’est la combinaison des deux qui peut déclencher des “déclics” pour mettre fin à des années de torture psychologique interne.
Et vous, comment réglez-vous vous problèmes ?
.

Conclusion

Ces deux situations m’ont permis de comprendre qu’il est possible de régler ses problèmes seuls, sans accompagnement et sans excuse. Il faut pour cela avoir une bonne capacité d’auto-analyse et comprendre son fonctionnement interne. Cet auto-diagnostic est un gain de temps énorme, mais ne nous empêche évidemment pas de nous laisser impuissants face à une situation que seul le temps, ou le lacher-prise (le vrai, pas celui qu’on invoque dans les discussions de comptoir) pourra permettre.
Bonne chance dans votre quête !

.

Et si vous souhaitez travailler sur vous seul, mais avec quelques outils pour rester autonome, ma formation “Reprendre sa vie en main dans un contexte de crise” va vous aider.Tarif promotionnel jusqu’à fin juin 🔥

Rapport au corps : ces tabous que j’ose enfin révéler 

En tant que femme, j’ai longtemps subi des complexes physiques que je n’ai pas assumé. Aujourd’hui, pour m’en débarrer, j’ai décidé d’en parler et d’assumer ces petits défauts qui font partie de moi. Cette conscientisation de mes “problèmes” me permet ainsi de m’en libérer et je l’espère, donner le courage à d’autres femmes de ne plus se cacher pour vivre une vie plus assumée et épanouie. Alors de quoi s’agit-il ? De petits complexes physiques mais également du regard que je porte sur moi, souvent déformé.

 

1/ Le syndrome de dysmorphophobie, et si on en parlait ?

 

L’autre jour, je me suis surprise en flagrant délit de dysmorphophobie.

La dysmorphophobie, c’est quoi ?

 

C’est tout simplement le fait de ne pas se voir comme on est réellement, en faisant un focus sur un défaut physique et en lui donnant des proportions disproportionnées. 

Cela peut concerner un bouton, ou bien la perception de son corps comme plus gros qu’en réalité.

Le problème de la dysmorphophobie, c’est qu’elle peut devenir obsessionnelle et miner le moral de manière très sévère. 

Alors comment éviter les dépressions passagères liées à ce syndrome obsessionnel ?

 

1- En prendre conscience.  Et c’est quasiment le plus dur.

 

Mais voici quelques pistes : 

 

Si vous vous sentez gros, surveillez votre poids une fois par semaine (et le mieux, avec une balance connectée qui évalue votre masse graisseuse et votre masse musculaire). Il ne faut bien entendu pas vous peser après avoir mangé, ou pendant vos règles pour mesdames. Je ne suis pas une adepte de la pesée obsessionnelle, surtout quand votre rapport au corps n’est pas sain, mais dans le cadre de la dysmorphophobie, cela peut aussi contribuer à vous remettre les idées en place quand vous partez dans des délires.

 

Si vous avez l’impression d’avoir des boutons partout, arrêtez de vous regarder à 2 millimètres du miroir et prenez-vous en photo à une distance raisonnable. La photo permet d’avoir un aperçu plus objectif. Si vous avez besoin d’un avis extérieur, demandez à votre entourage ce qu’il en pense (bien sûr il faut être prêt à psychologiquement accepter le regard de l’autre) 

 

2 – Agir concrètement 

 

– Arrêtez dans un premier temps de vous regarder dans un miroir. Si vous savez que cela va vous faire du mal, regardez-vous une fois par jour.

 

– Restez occupé : c’est en ne faisant rien et en s’ennuyant que l’on peut prendre autant de temps pour s’observer et se dénigrer. Avoir l’esprit occupé vous permettra de ne pas sombrer dans un nouveau délire.

 

– Vous faire aider sur le plan physique : si un défaut physique vous gêne vraiment et qu’il peut disparaître, vous pouvez consulter des spécialistes : dermatologue, naturopathe, nutritionniste… Je suis convaincue qu’il existe des solutions pour chaque mal physique, mais gardez en tête que le stress et la dépression ont des répercussions sur votre corps, donc n’oubliez pas de traiter le fond du problème !

 

– Vous faire aider sur le plan psychologique : si votre dysmorphophobie vous empêche de vivre, un travail sur vous peut vous permettre de comprendre les causes de ce trouble obsessionnel et renforcer votre confiance et estime de vous. Par chance, les solutions sont très diverses (hypnose, psychiatrie, thérapies brève…)

 

La meilleure façon de se libérer d’un trouble, c’est de le reconnaître et d’en parler. Ce n’est pas une honte, et il ne faut pas le cacher.

Si je fais ce post aujourd’hui, c’est que je suis passée par là, et que j’ai des petites rechutes de temps à autre. Mais aujourd’hui, je l’ai conscientisé et le fait de me reprojeter dans cet état émotionnel terrible me donne envie de ne plus jamais laisser ma perception faire des siennes ! 

 

2/ Acné hormonal : un gros tabou chez les femmes

 

Il y a quelques semaines, je me sentais au plus mal : mon apparence physique avait affecté mon moral.

Et pour cause, un dérèglement hormonal lié à un changement de pilule.
Je me suis retrouvée avec la peau grasse et de l’acné sur le visage. Une horreur !

J’ai donc passé quelques semaines avec le moral à zéro en évitant les miroirs pour ne pas déprimer ou encore me toucher le visage et empirer la situation.

Dans ce genre de situation, notre confiance en nous en prend un sacré coup.

Mais pire encore, ces boutons ont refait surface avec leur lot de mauvais souvenirs d’adolescence puis de précédents dérèglements hormonaux qui m’avaient psychologiquement achevés, et ce dans des périodes très difficiles de ma vie :

– Ma relation sous tension avec ma belle-mère été 2007
– Ma recherche d’emploi chaotique pendant 9 mois en 2015
– Le premier confinement au printemps 2020

Ces trois périodes traumatisantes ont eu des répercussions sur mon corps, qui a somatisé par un acné hormonal. Un enfer !

Aujourd’hui, si j’en parle, c’est parce que je sais que c’est un sujet tabou sur lequel il est difficile de s’exprimer car les boutons nous renvoient à l’adolescence et touchent à intégrité physique et surtout à notre égo. Mais ils ne sont que l’expression d’un mal-être.
Car s’il y a bien une chose dont j’ai pris conscience grâce à la naturopathie, c’est que derrière chaque mal physique, se cache une réponse psychologique.

Alors, il y a quelques semaines, je me suis lâché la grappe :
– J’ai accepté que je n’étais pas au top physiquement
– J’ai compris que la situation n’était que temporaire (je le savais au fond de moi)
– J’ai accepté de prendre mon mal en patience car j’avais un plan pour me débarrasser de cet acné.

Et ce lâcher-prise a largement contribué à la disparition de mes spots cutanés.

Alors vous vous demandez peut-être quel est ce plan ?

– Réutiliser mes produits de beauté habituels une fois en France, dont j’avais épuisé le stock depuis quelques semaines au Mexique
– Hydrater ma peau au lieu de l’assécher pour éviter un regain de sébum
– Faire une cure de zinc une fois rentrée en France
Réduire mon stress, grâce à l’écriture, l’acceptation de mon mal-être et en m’offrant un massage
– Reprendre mon ancienne pilule une fois rentrée, ou tout simplement arrêter la pilule pour ne pas dépendre d’un cachet pour réguler mes hormones.

J’ai aussi “involontairement” arrêté ma pilule mexicaine un peu avant la fin de ma plaquette car j’avais l’impression d’avaler du poison à chaque cachet.

Et c’est à ce moment-là que ma peau s’est transformée, et que l’acné a commencé à disparaître. Et pour cause :
– J’étais heureuse de rentrer
– J’avais accepté l’idée que je n’étais pas au top physiquement
– Je savais que j’allais trouver une solution

Si vous avez des problèmes de peau dont vous avez honte, ne les cachez plus, mais parlez-en, identifiez les potentielles causes psychologiques de ce mal physique, et surtout, faites-vous aider par un professionnel :

Si vous souffrez d’acné hormonal, le traitement est intérieur et non extérieur, c’est pourquoi la naturopathie va traiter la cause du problème, et ne se limite pas à des crèmes de surface.
Il existe bien sûr d’autres options, mais j’ai fait le choix d’une solution naturelle, et les résultats ne se sont pas fait attendre.

Et leçon de l’histoire, j’ai décidé d’arrêter la pilule de manière progressive 😉

J’espère que ce post permettra d’aider des femmes (car ce sont les principales intéressées) qui vivent des périodes de mal-être. Car rassurez-vous, chaque problème contient sa solution !

Bon courage 💪

 

3/ Comment assainir sa relation à la nourriture ?

 

Il y a 15 ans, j’ai suivi un régime alimentaire qui m’a quasiment fait perdre 20 kg. 

Au départ, j’étais suivi par une nutritionniste, et par la suite, j’ai continué toute seule, avec toutes les dérives que cela implique. 

 

Je n’ai jamais été anorexique dans le sens où je ne me suis jamais faite vormir. Mais mentalement, ce régime m’avait affectée et ma relation à la nourriture était devenue malsaine.

Car le plus dur dans un régime, ce n’est pas tant la perte de poids que la phase de stabilisation. 

 

Et cette phase de la stabilisation se compose de deux choses :

– La réintroduction d’aliments “bannis” pour la perte de poids (pour vous dire le niveau des régimes de l’époque)

– La déculpabilisation dans notre relation à la nourriture.

 

Et c’est ce deuxième élément qui est le plus dur.

Et je ne vais pas vous mentir, je ne suis pas à 100% guérie, même si cela ne m’empêche pas de vivre.

 

Cette culpabilisation intervient quand je fais des excès : 

– Quand je mange trop

– Quand je bois trop 

– Quand je m’autorise un craquage trop sucré

 

Mais derrière cette culpabilisation se posent des questions liées à l’estime de moi : pourquoi et pour qui dois-je rester “au top” physiquement ?

 

Car il y a bien un décalage entre ce que je sais et ce que je sens :

– Je sais que je resterai séduisante même avec 5kg en plus

– Je sais que chaque kilo pris peut-être perdu (et je sais comment)

– Et  j’ai conscience que je suis victime du dictat imposé par la mode, et ce que devrait être le corps idéal de la femme.

 

Alors comment assainir son rapport à la nourriture quand on a conscience du problème ?

 

– Anticiper la manière dont on va se sentir après un repas (sensation de lourdeur, sentiment de culpabilité) pour éviter les excès 

– Arrêter de combattre la frustration irrésistible en se posant la question : vais-je vraiment le regretter ? Car il vaut mieux succomber maintenant à la bouchée que se jeter après coup sur le plat tout entier

– Avoir une vision globale sur son alimentation à la semaine : c’est la théorie des 80/20 : 80% de repas sains, 20% d’écarts. Pour ma part, je pratique le jeûne intermittent, soit 2 repas par jour, couplé avec une pratique sportive quotidienne, ce qui limite aussi les dégâts lors d’écarts.

– Ne pas diaboliser les aliments : car rien n’est mauvais s’il est un plaisir, à condition de savoir gérer les quantités

 

Voici donc mes notes à moi-même volontairement publiques pour entretenir une relation plus saine avec la nourriture au quotidien 🙂

 

Conclusion : vous ne pouvez pas toujours être au top !

 

Comme beaucoup de femme, je me suis longtemps mis beaucoup de pression pour avoir une apparence physique plaisante. Le problème, c’est que cela demande beaucoup d’énergie : 

– Pour s’épiler régulièrement
– Pour ne pas s’habiller comme un sac
– Pour cacher ces petits défauts qu’on n’assume pas.
Et le pire dans tout ça, c’est que les autres nous aurait volontairement accepté sans toutes ce “travail”. Et quand je dis les autres, je pense aussi aux conjoints.
J’échangeais avec une amie récemment, dont les complexes physiques et mentaux l’empêchent d’être totalement elle-même avec son conjoint.
– Elle a du mal à se montrer toute palote en hiver
– Elle n”assume pas toujours ses formes
– Et sur le plan mental, elle n’ose pas lui montrer sa vulnérabilité de peur d’être moins désirable à ses yeux.
Mais ici encore, c’est beaucoup d’énergie dépensée pour cacher ce que l’autre aurait volontairement accepté.
Et derrière tous ces efforts, se niche un manque de confiance et d’estime de soi. Car l’estime de soi est inconditionnelle : elle implique que l’on s’aime malgré les boutons, malgré les bourrelets, et malgré les doutes.
La confiance en soi, elle aussi, devrait être suffisamment forte pour ne pas remettre en question notre capacité à plaire.
Alors faisons-nous confiance et lâchons-nous la grappe !
Car nous-même aimons notre entourage malgré leurs petits défauts, et nous acceptons les défauts physiques et vulnérabilités des personnes qui partagent notre vie. Alors pourquoi, inversement, ces derniers se montreraient-ils intolérants à notre égard ?
Bien sûr, il ne s’agit pas de se laisser totalement aller, en arrêtant de se laver ou en faisant nos besoins la porte ouverte, mais pour vivre au mieux son quotidien seul ou à deux, mieux vaut accepter ces petits défauts que la vie nous a fourni en contrepartie de ces rayonnantes qualités.
Et comme le disait Antoine de Saint-Exupéry : on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux.
Amour à moi
Amour à vous

👉Si vous vous reconnaissez dans ces propos, on peut changer les choses ensemble et de manière concrète : dans mon programme “Reprendre sa vie en main dans un contexte de crise”, j’aborde la question de l’alimentation de l’hygiène de vie et du rapport au corps, avec un plan d’action pour perdre du poids durablement, sans frustration et sans reprise !

Tarif promotionnel jusqu’à fin juin 🔥

L’affirmation de soi au quotidien : comment y arriver pas à pas

Depuis quelques années, j’ai commencé un travail sur moi qui m’a beaucoup apporté sur le plan de l’estime et de la confiance en moi. 

Ce travail introspectif a été complété par quelques mois d’isolement (volontaire) en Amérique latine où j’ai appris à faire le vide et reposer les piliers et valeurs qui structurent ma vie.

Et les résultats sont sans appel : 

Aujourd’hui, je me suis émancipée de la pression sociale

Je sais dire non sans gêne 

Je sais affirmer mon point de vue et m’expose sans problème à la critique

Je sais faire abstraction du regard des autres. 

 

Alors comment en suis-je arrivée là ? 

 

1/ Commencer à prendre conscience des situations qui nous pourrissent la vie 

 

– Ne pas être capable de refuser une invitation à un évènement

– Ne pas me faire respecter par un conjoint ou un patron

Ne pas oser dire à une personne qu’elle avait tort

– Ne pas exprimer le fond de ma pensée

 

Après chacune de ces situations, je ne me sentais pas fière et je m’en voulais.

 

J’ai dû toucher à plein de bouquins de développement personnel et consulté quelques thérapeutes par-ci, par-là, mais c’est surtout les problèmes que la confiance et l’estime de moi me posaient au quotidien qui m’ont amené à agir. 

 

2/ Être aligné pour s’affirmer 

 

En m’ouvrant au développement personnel, j’ai commencé à écouter mon intuition…celle qui a toujours raison mais que je n’écoutais jamais car “ce n’était pas rationnel”.

En parallèle de mon intuition, j’écoute mon niveau d’énergie, et mon fonctionnement interne.

Ces deux indicateurs me font sentir que je ne veux pas subir telle situation, que j’ai besoin de repos, que X ne me respecte pas.

Et pour être alignée, j’ai besoin d’être en accord avec mes valeurs et mon fonctionnement interne.

 

3/ Renforcer son estime de soi grâce à la stratégie des mini pas

 

 

Une fois qu’on est au clair si qui on est, de nos valeurs et de notre fonctionnement interne, il est plus facile de réagir face à une situation d’injustice ou de non respect. 

On peut commencer par dire non en se justifiant : la fatigue, ou le parent malade, ça marche toujours..;et puis votre interlocuteur n’est pas dupe, et comprendra cela comme un non “poli”

…puis plus tard dire non sans se justifier.

 

Aujourd’hui, je dis non à tout ce qui me prend de l’énergie (négative). 

On peut dire à X qu’on ne se sent pas respecté en utilisant les codes de la communication non verbale : en gros, ne pas remettre la faute sur l’autre, mais expliquer que le problème vient de votre perception et que vous vous êtes senti blessé…

La communication non verbale désamorce les conflits car l’autre ne se sent pas agressé..car il n’est pas directement visé dans une accusation.

Dernier exemple : la relance face aux messages sans réponse.

Une personne qui ne vous donne pas de nouvelle (amant, client…) crée une situation de malaise car il vous pousse à le relancer. Ce n’est donc pas de votre faute si vous n’avez pas obtenu réponse. C’est donc dans votre bon droit que vous pouvez relancer (en vous fixant une deadline de X jours par exemple)

 

Quand vous relancez, vous êtes fixés : 

– Si X se sent agressé, c’est que la collaboration/relation n’était pas faite pour durer

– S’il vous répond en s’excusant, c’est que vous avez bien fait de le relancer

 

Ne subissez plus l’attente. Si vous la subissez, c’est que vous souffrez, donc que vous laissez votre estime de vous en prendre un coup. 

Pour vous respecter et ne pas être à la merci d’autrui, soyez proactif et ne laissez pas pourrir une situation.

 

Voici donc mes 3 conseils pour travailler l’estime de soi tout seul 🙂

 

4 / Utiliser les réseaux sociaux pour s’assumer et se libérer des tabous

 

Depuis maintenant deux ans, j’ai décidé d’être entièrement moi-même et d’adopter une communication montrant ma vulnérabilité.

Concrètement, j’ai réussi à porter sur les réseaux sociaux des sujets qui étaient alors tabous pour moi :

Mon adoption
– Mes relations intimes
– Ma perte de poids
– Mon accident des dents
– Mes problèmes de peau
Mon estime de moi
– Mes insomnies
– Ma colère
– Ma culpabilité du quotidien
– Mon introversion

Ces sujets sont sensibles car ils touchent à mon intégrité physique et mentale. Il m’était alors difficile de les révéler au grand jour.

Et pourtant, chaque fois que je m’exprime publiquement sur un sujet “touchy” me concernant, je libère en moi un tabou.

Ce qui est intéressant, c’est que ces messages sont très bien accueillis car ils permettent une identification de mon audience à mes problématiques.
Je lui permets ainsi de se décharger d’un poids en communiquant sur ces sujets que peu de personnes osent aborder.

Aujourd’hui, cette e-thérapie me permet de parler librement de tous ces sujets dans des conversations de tous les jours. Et ça fait du bien d’être pleinement soi !

Si vous sentez que vous évitez encore des sujets aujourd’hui dans votre vie quotidienne, voici mes conseils :
– Ecrivez dans un petit carnet ces sujets et les raisons qui vous empêchent de communiquer dessus (honte, vulnérabilité, peur des réactions virulentes)
– Demandez-vous si vous avez le besoin et l’envie de vous libérer de ce sujet
– Commencez par en parler à votre entourage proche et observez les réactions
– Quand vous serez à l’aise ou si vous voyez cela comme une thérapie plus radicale, communiquez auprès de votre audience sur un premier sujet (le moins tabou) et renouvelez l’expérience si elle vous a été bénéfique.

Chaque jour, je deviens un peu plus moi-même et je permets à mon entourage de m’aimer pour les bonnes raisons.

Alors, prêt à relever le défi ?

 

5/ Soignez ses maux du quotidien grâce à un exercice simple

 

Notre quotidien est rythmé par des moments de baisse de moral qui peuvent nous faire passer une mauvaise journée :

– Des soucis de santé
– Des conflits personnels et professionnels
– Des problèmes d’argent
– Des problèmes d’affirmation de soi
– Des problèmes d’acceptation de soi (physiquement ou mentalement)

Une des solutions les plus efficaces est d’assumer TOUS ces problèmes pour mieux les vivre.

Alors comment s’y prendre ?

– Listez dans un petit carnet toutes vos problématiques du quotidien
– Notez pourquoi vous estimez que vous n’arrivez pas à régler le problème
– Lisez à voix haute chacun des points, en assumant un argumentaire honnête.

Quelques exemples :

Pour assumer son apparence physique : “Je ne m’accepte pas physiquement car mon apparence ne me convient pas. J’ai essayé de perdre du poids mais j’ai du mal à obtenir des résultats car je n’arrive pas à m’auto-discipliner. Mon stress du quotidien me parasite et je compense par la nourriture. Clairement, je n’arrive pas à m’en sortir seul et j’ai besoin d’une aide extérieure”

Pour accepter ses échecs professionnels : “Je n’ai pas réussi à vendre cette formation car je n’y ai pas mis l’énergie nécessaire. Je n’ai pas envie de faire d’effort en matière de marketing car je n’aime pas ça. Peut-être que je devrais arrêter de faire des lancements, qui me mettent beaucoup de pression, pour vendre sur la durée. Mais pour ça, je dois arrêter de me comparer aux autres et accepter que je gagnerai moins, mais en étant plus aligné”

Pour libérer ses émotions : “Je me suis beaucoup énervé ces derniers temps et je me trouve irritable. J’ai l’impression que les autres en ont ras le bol. Aujourd’hui, j’ai beaucoup de colère en moi car je trouve telle situation inacceptable et j’ai besoin d’exprimer cette colère plutôt que de la refouler. La colère est pour moi un process qui me permet d’avancer vers quelque chose de plus constructif. Je vais l’expliquer à mes proches pour qu’ils comprennent que je les aime et que ma colère n’est pas contre eux, mais seulement la manifestation d’un changement chez moi.


A vous de jouer maintenant !

 

Conclusion

Voici donc mes pistes pour booster votre estime de manière concrète. Cette estime de vous vous permettra ainsi de regagner confiance en vous et vous affirmer dans votre quotidien et vos interactions sociales. Mais ne vous mettez pas de pression pour y arriver et optez plutôt pour la stratégie des petits pas. C’est de cette manière que votre parole sera plus libérée, que vous serez aligné, et que vous vivrez votre vie avec un peu plus de légèreté 🙂

 

👉Si vous vous reconnaissez dans ces propos, on peut changer les choses ensemble et de manière concrète : dans mon programme “Reprendre sa vie en main dans un contexte de crise”, j’aborde la question de l’affirmation de soi, pour s’imposer et se faire respecter dans la sphère personnelle et professionnelle !

Tarif promotionnel jusqu’à fin juin 🔥

Bilan d’un travail sur moi accompli en 4 mois de “retraite spirituelle”

Je suis partie mi-janvier en Amérique latine pour fuir les restrictions sanitaire et retrouver une forme de liberté. Pendant ces 4 mois, j’ai utilisé mon temps à travailler sur moi pour m’affirmer m’aligner. Ces quatre mois introspectifs m’ont permis de me recentrer mais aussi de me décharger de beaucoup de colère. Voici donc mes principaux apprentissage de cet exile qui s’est transformé en retraite spirituelle. Voici donc les étapes de ce voyage introspectif, et les sentiments pesants dont j’ai pu me libérer.

 

I – Entrepreneuriat : quand je ne fais pas d’argent, je travaille sur moi, une richesse inestimable ! 

Au cours des derniers mois, j’ai passé beaucoup de temps à travailler sur moi : ce que je veux sur le plan professionnel, sur le plan personnel et comment réussir à toujours écouter mon intuition pour prendre les bonnes décisions.

Pendant cette période de réalignement, mon chiffre d’affaires a baissé, et j’ai eu beaucoup de mal à l’accepter.

Mais il n’y a pas pire que manifester le manque si l’ont veut créer de l’abondance.

Alors j’ai fait ce que je sais faire de mieux quand je suis épuisée : lâcher-prise.

Et c’est à partir de ce moment que je me suis enlevée la pression sur mon chiffre d’affaires pour me reconnecter à ce qui me faisait vibrer.

Pour la première fois, j’ai levé les yeux de cette pression entrepreneuriale et j’ai pensé niveau et qualité de vie plutôt que chiffres.

Et j’ai réalisé que j’avais tous les critères qui contribuaient à MA réussite personnelle :

– Ne rien se refuser sur le plan matériel (voyage, activités, gadget technologique)
– Profiter des plaisirs de la vie (massage, resto…)
– Avoir une apparence physique qui me plaise
– Vivre dans un climat apaisé (merci le digital nomadisme)
– Me comprendre, me connaître et m’affirmer pour vivre une vie alignée et heureuse
– Être entourée de personnes stimulantes et bienveillantes (un travail de tri est à faire au préalable)

Pour certains, la réussite est un chiffre, pour d’autres, c’est une vie sur mesure.

Alors j’ai certes abandonné la réussite entrepreneuriale au sens dont l’infopreneuriat l’entend. Mais à côté de ça, j’ai construit une réussite personnelle et professionnelle que seul le travail sur moi m’a permis d’atteindre.

Mon introspection m’a ouvert les yeux sur ma réussite, qui était devant moi et que je ne voyais pas.

Et vous, qu’est-ce qui contribue à votre réussite ?

 

2 – La colère : une émotion à canaliser ?

J’ai passé presque un an dans la colère.
Colère causée par un sentiment d’injustice et d’incompréhension lié à la situation actuelle.

Cette colère a fait peur à une partie de mon entourage personnel et professionnel.

De manière générale, on n’aime pas voir des individus monter dans les tours, car cela donne une impression d’absence de maîtrise de soi.

Encore une pression sociale sur ce qu’on devrait et ne devrait pas faire :
– Critiquer est mauvais
– S’énerver n’est pas sain
– Mentir est impardonnable.

Et si on arrêtait deux minutes avec la morale et qu’on prenait chaque situation individuellement ?

Pour ma part, j’ai ressenti de la colère et elle est aujourd’hui totalement assumée.

– La colère fait partie du processus par lequel j’extériorise mes sentiments, au lieu de tout contenir et d’imploser.
– La colère ne dure jamais longtemps car elle est épuisante.
– La colère permet ensuite de s’auto-analyser puis d’aller de l’avant.

Sans cette colère, je n’aurais jamais franchi le pas du digital nomadisme
Sans cette colère, je n’aurais pas pu créer @alerelibre et aider les individus à reprendre leur vie en main
Sans cette colère, je n’aurais pas pu prendre de recul et retrouver une situation de calme .

Aujourd’hui, j’ai moins de colère et je remercie ceux qui sont restés à mes côtés quand ils ont vu le pire de moi.

Aujourd’hui, je suis plus apaisée mais non moins déterminée à défendre les convictions sur lesquelles je me suis positionnée.

Aujourd’hui, je sais que la colère est un processus sain par lequel je passe, pour avancer.

Arrêtons de faire passer la colère pour un sentiment d’absence de maîtrise de soi, et voyons le comme une réaction face à une situation qui nous semble insupportable, incompréhensible ou injuste.

Nous avons le droit de passer par 1000 états émotionnels, mais au fond ce qui compte, c’est de savoir si ces émotions nous auront permis de changer de regard, de changer de vie ou tout simplement de ressentir plus de sérénité.

A vous de juger 🙂

 

3 – En finir avec la culpabilité destructrice

Vous n’êtes pas une mauvaise personne, mais vous débordez de culpabilité !

En discutant avec mon amie Nelly sur des sujets personnels et professionnels, je me suis rendue compte que la culpabilité était un sentiment qui m’étouffait.

– Culpabilité de ne pas avoir envie de répondre positivement à des sollicitations
– Culpabilité de vouloir prendre du temps pour moi
– Culpabilité de ne pas avoir assez fait d’effort

En échangeant plus profondément, je me suis rendue compte que cette culpabilité venait de mon enfance et que je l’avais emportée avec moi tout au long de mon parcours de vie personnel et professionnel.

Aujourd’hui, cette prise de conscience me libère et me permet de choisir la voix de mon ressenti plutôt que celle des injonctions extérieures.

Cela me permet concrètement, de ne plus me justifier et de m’affirmer :
– J’ai le droit de ne pas avoir envie de sortir
– J’ai le droit de ne pas avoir envie d’écrire à X
– J’ai le droit de ne pas avoir envie de faire d’effort pour faire plaisir à X
– J’ai le droit de ne pas prendre de nouvelles
– J’ai le droit de ne pas m’intéresser à tel problème/personne

Car plus nous nous mettons des contraintes pour satisfaire les apparences ou notre entourage, moins nous faisons les choses par sincérité et moins nous prenons de temps pour penser à nous.

Notre énergie est précieuse, utilisons-là à faire de belles choses, des choses qui nous enthousiasment plutôt qu’à répondre à des conventions sociales.

– Arrêtons d’offrir des cadeaux d’anniversaire à des gens que nous ne connaissons pas ou ne considérons pas
– Arrêtons de faire figuration à des soirées où nous ne voulons pas aller
– Arrêtons de prendre des nouvelles de personnes dont nous nous fichons
– Arrêtons de porter toute la misère de notre entourage qui refuse de se prendre en main
– Arrêtons de vivre pour les autres.

Car le dernier jour de votre vie, aurez-vous envie d’avoir vécu une vie de représentation ou bien une vie de stimulation ?

 

4 –  Un exemple de fruit de ce travail introspectif : mes relations parentales

 

Il y a quelques temps, c’était la fête des mères.

C’est bien sûr une fête commerciale mais cette année c’est un moment symboliquement important pour moi.
Pourquoi ?
Parce que j’ai entamé un travail pour améliorer ma relation avec ma mère depuis quelques années (psy, hypnose…) mais c’est le travail que j’ai réalisé seule qui a porté ces fruits.
Et ce travail date d’il y a quelques semaines.
Alors qu’ai-je fait de spécial ?
J’ai tout simplement écrit un long mail à mes parents dans lequel je leur partageais toute la culpabilité dont j’ai pris conscience recemment. Et cette culpabilité remonte à mon enfance (divorce, école, relation avec les beaux parents, quotidien….).
J’ai envoyé ce mail sans agressivité ni reproche.
Il s’agissait simplement d’un email dans lequel j’exprimais mon ressenti.
Et ce mail a été très bien reçu par mes deux parents.
Depuis ce moment, mes relations avec eux et particulièrement ma mère se sont nettement améliorées :
– Je ne suis plus aussi froide comme j’avais l’habitude d’être
– Je m’ouvre plus
Et cela nous décharge tous d’un poids !
Alors si vous avez des relations compliquées avec vos parents, et que vous avez envie de vous décharger d’un poids, commencez par ravaler votre égo, et faites un premier pas, aujourd’hui, en ce jour symbolique.
Peu importe comment sera reçu votre message, car comme le dit si bien Pierre Rahbi, vous aurez fait votre part.
Bonne fête à toutes les mamans, que vous soyez mère, grand-mère, mère adoptive, mère biologique, mère de coeur, mère d’accueil !
.

Conclusion 

Ces quatre mois introspectifs m’ont permis de débloquer des situations du quotidien en changeant mon rapport au monde et aux autres. La route est certes encore longue mais le travail achevé me servira toute une vie. Il n’est jamais trop tard pour commencer à travailler sur moi. Alors si vous souhaitez mieux vivre votre quotidien, commencez par travailler sur ce qui vous gène. Et ne vous inquiétez pas, vous n’avez pas besoin de partir à l’autre bout de la planète car le voyage est avant tout intérieur.

 

👉Si vous vous reconnaissez dans ces propos, on peut changer les choses ensemble et de manière concrète : dans mon programme “Reprendre sa vie en main dans un contexte de crise”, j’aborde la question de la connaissance et de l’affirmation de soi, pour s’imposer et se faire respecter dans la sphère personnelle et professionnelle !

Tarif promotionnel jusqu’à fin juin 🔥

C’est quoi le courage professionnel ?

Ce matin, grosse claque au réveil ! J’ai reçu le message d’un prospect qui a décidé d’annuler notre appel en raison de mes positionnements sur la crise actuelle. Ce prospect avait autour de lui des proches devenus complotistes et cela l’avait affecté. En outre, nos points de vue divergents sur la situation actuelle ont servi de blocage à notre collaboration.

 

Doute et remise en question : une étape saine dans un processus d’affirmation professionnelle 

J’ai d’abord eu un moment de doute : ai-je fait le bon choix de rentrer dans cette voie ?

Puis d’incompréhension : alors que je venais de publier un post sur la tolérance des avis divergents, et une série de posts sur l’humanité en pleine crise, je me prenais un coup de fouet en pleine figure.

Mais en prenant un peu de recul, je me suis rappelée que mes avancées passent par l’action, l’expérimentation et parfois les erreurs.

C’est dans cette logique d’itération que j’ai pu développé de nombreux projets parallèles à mon activité :

🔹CM for good, qui était mon collectif de community managers

🔹Le réseau des freelances de l’ESS et du Développement Durable, une communauté d’entrepreneurs de l’Economie sociale et solidaire et qui vit aujourd’hui toute seule, sur Facebook

🔹@aikidomillennials , qui est mon blog spécialisé dans l’aikido

🔹@alerelibre, qui est mon nouveau projet sur Instagram, dans lequel je m’exprime sans filtre sur la crise actuelle, tout en proposant des pistes de changement alternatif et des messages de solidarité et d’humanité.

Je donne également de mon temps :

✅ J’ai rejoint l’équipe de campagne de la Ligue Ile de France en Aikido

✅ Je produis des contenus réguliers pour partager mes réflexions sur l’entrepreneuriat, mais aussi le développement personnel et le digital nomadisme

✅ Je donne du temps de bénévolat pour des interventions (@yossglobal , @novaa.expertise et bientot @wemind.io )

Voici donc ce que mes réflexions m’ont permis de construire, pour moi, mais également pour différentes communautés.

Heureusement, c’est en échangeant avec des personnes bienveillantes (poke @nellydancer , @anneclaire_meret , @steven.renaissance ) que j’ai réalisé que prendre position était un acte courageux, surtout à visage découvert.

 

Ces échanges m’ont également fait prendre conscience du difficile équilibre entre tolérance et ouverture envers l’autre, et devoir personnel d’affirmer ses convictions haut et fort.

Car ce n’est pas dans le silence que le monde change.

Je ne vais pas me faire que des amis mais on dit souvent qu’on est la moyenne des personnes qui nous entourent.

Alors que le vent balaye les feuilles mortes et ramène les fleurs du printemps !

 

Alors, c’est quoi le courage professionnel ?

 

Ce n’est pas la première dois qu’un prospect refuse de travailler avec moi en raison de mes points de vus affirmés : ça m’est arrivée à deux autres reprises.

Ce n’est clairement pas agréable, et cela sème le doute en moi.

Mais aurais-je pu faire autrement ?

Oui j’aurais pu ne rien communiquer.

Mais je n’aurais pas été alignée pour cette décision.

Pourquoi ?

Parce que mon activité professionnelle est imprégnée de ma vie personnelle.
Et inversement.
De même, le projet @alerelibre est imprégné de Yéza Lucas.

De plus, j’ai depuis quelques années entamé un travail d’affirmation de moi, et je ne vais pas tout rayer d’un coup, à la moindre difficulté.

Mais cette difficulté est accentuée par la communication à l’ère des réseaux sociaux.

Ces hauts-parleurs des temps modernes propulsent une opinion au-delà de ce que l’on puisse espérer. Ainsi, chaque message est amplifié, et parfois même, mal interprété.

C’est pour cela que la prise de risque est d’autant plus grande quand on décide d’engager une prise de position personnelle dans une sphère professionnelle.

Mais, si je regarde mon historique professionnel, j’ai déjà pris de gros risques :

✅ Quitter un job difficile à obtenir parce que je ne me sentais pas respectée
✅ Me lancer dans l’entrepreneuriat avec un très faible chômage
Changer de secteur d’activité à deux reprises
✅ Changer de métier à 3 reprises en 3 ans
Assumer ma vulnérabilité dans ma communication professionnelle
✅ Dire merde à des clients qui ne respectaient pas mon travail
✅ Dire merde à l’écosystème de l’infopreneuriat.

Et au final, est-ce que j’en ai subi les conséquences ?

💢 J’ai certes perdu des abonnés et clients
♥ Mais j’en ai retrouvé d’autres à qui ma communication parlait vraiment

Aujourd’hui, j’assume tout simplement une nouvelle prise de risque.
Plus challengeante, car elle touche un sujet vraiment “brûlant”.

Mais je ne vais pas me justifier sur mes positions
Je ne vais pas chercher à convaincre celui qui n’a regardé qu’en surface les contenus que je propose.

 

Tout comme je ne cherche plus à convaincre un client non convaincu, je ne cherche plus à convaincre un citoyen qui n’est pas prêt à entendre mes propos.
Je sais aujourd’hui comment mettre mon énergie au bon endroit pour rayonner. Et je sais que mes mots touchent d’autres individus.

On dit souvent “une de perdue, 10 de retrouvées”.Pour ma part, je pense que ce sera “10 de perdues, une de retrouvée”

Mais quelle trouvaille !  😀

 

Bilan de 3 mois en Amérique Latine : un compromis entre liberté et éloignement géographique

Cela fait maintenant 3 mois que je suis en Amérique latine. Après un mois au Costa Rica, je suis arrivée au Mexique et y suis encore au moment où j’écris cet article. Après avoir tiré deux bilans de mes deux premiers mois, j’écris aujourd’hui mon troisième bilan sur des aspects plus personnels : l’adaptation à un nouveau pays, le lâcher-prise par rapport à la pression qu’on peut exercer sur un “voyageur” pour faire tel ou tel chose, ma décision de prolonger mon séjour, et mon ressenti honnête sur ces mois en Amérique Latine.

 

Après 3 mois de digital nomadisme, j’assume ma manière de voyager

Il y a quelques semaines, j’échangeais sur le digital nomadisme avec Jeanne de Nomad Path.qui accompagne les freelance à devenir nomades.

Nous passions en revue les différents profils de freelance qui avaient choisi ce mode de vie “alternatif” et leurs choix de destination, mais également de vie.

Car non, il n’y a pas qu’une seule manière d’être digital nomad.

Beaucoup choisissent des destinations paradisiaques. La plage et le wifi étant leur critère principal de sélection d’un lieu de prédilection.

L’avantage, c’est qu’une fois dans ces destinations, on est sûr d’avoir un bon wifi et une communauté de digital nomad à rencontrer.

Mais à côté de ces digital nomads visibles, il y a les loups solitaires comme Nomad Path, mais également moi-même.

Etre un loup solitaire, ne veut pas dire vivre en ermite, isolé du monde.
Mais choisir une destination selon d’autres critères, et surtout en écoutant ses propres aspirations.

Pour ma part, je n’aime pas les fortes chaleurs, ni les grosses fêtes, ni les destinations où la plage est le seul intérêt.

C’est d’ailleurs pour cela que je suis allée à Oaxaca, et non Playa de Carmen au Mexique.

Je ne suis pas au contact de digital nomades au quotidien, bien que je m’assure d’avoir une bonne connexion et des bonnes relations 🙂

Locaux, expats, nomades, voyageurs, je rencontre une diversité de profils qui me permettent de trouver le bon équilibre entre la bulle du digital nomadisme, et la vie de baroudeur, incompatible avec de bonnes conditions de voyages.

Comme dans le milieu de l’infopreneuriat, je ne coche pas toutes les cases du digital nomad type, mais qu’importe.

Et oui, une fois, j’ai l’impression d’être un électron libre, qui ne rentre pas dans ce nouvel écosystème que je découvre !

Cela dit, je trouve mon expérience singulière et riche.

Mais rassure-toi, je suis moi aussi attirée par certaines destinations très convoitées des nomades, seulement, la dimension ultra touristique me rebute un peu.

Alors comment faire si tu es attiré par des destinations convoitées de tous, sans vouloir baigner dans un bain de foule ?

Comme le soulignait Jeanne dans notre discussion, tu peux trouver un petit coin tranquille même proche des endroits les plus fréquentés. Il suffit d’être prêt à t’éloigner un peu de l’épicentre 😉

– Tu trouveras des recoins moins chers
– Tu feras un peu de vélo
– Tu auras une quiétude au quotidien

Alors si tu as envie de tenter l’aventure digital nomade à ta sauce, suis ton instinct, garde en tête les bonnes conditions qui te permettront de travailler, et vie ton histoire !

 

.

Après 3 mois d’apprentissage, je trouve enfin un rythme qui me correspond

 

Comme tu l’as peut-être lu dans mon premier bilan, mon séjour au Costa Rica ressemblait plus à un voyage de backpacker qu’à celui d’un digital nomad posé. Ce mois de cavale m’a épuisé. J’ai donc décidé de ne pas reproduire cette erreur en arrivant au Mexique (Oaxaca pour commencer).  

 

Fini les excursions qui coûtent bonbon

Fini les sites touristiques sans surprise 

Fini les repas à la va vite

Fini les cafés tous les jours à 4 dollars

 

Bref, je change de rythme ! 

 

A Oaxaca, l’établissement d’une routine est passée par les cours réguliers d’aikido deux fois par semaine.

A Mexico City, j’ai également trouvé un club où pratiquer.

 

Un bon rythme passe aussi par une bonne alimentation : depuis que je suis au Mexique, je me suis remise à cuisiner. Je vais au marché, j’achète des produits frais et sains, et surtout, je me consacre un moment méditatif à cuisiner. Une pause que rien ne vient interrompre.

Depuis que je suis à Mexico, je me suis mise au jeûne intermittent, ce qui m’a permis d’apprécier encore plus ces deux repas journaliers. Globalement, mon régime alimentaire (moins de sucre, d’alcool et plus de marche) en Amérique latine m’a permis de perdre du poids et me sentir mieux dans mon corps. Et j’en ai même fini avec mes insomnies !

Tester de nouvelles habitudes et rythmes a donc été ma nouvelle motivation ce dernier mois au Mexique : changer régulièrement d’aliments pour éviter la lassitude, tester de nouveaux produits santé, changer de rythme alimentaire…et surtout le faire de manière ludique ! 

 

Et c’est l’absence de stress qui m’a permis de voir ces expérimentations comme un jeu : car qui se met au jeûne intermittent quand il est sous pression ? 

.

Après 3 mois “latins”, je me suis enlevée la pression dans tous les domaines de ma vie

Quand on part à l’étranger, notre entourage met beaucoup d’attentes sur nous : la pression d’apprendre une langue, de découvrir tous les recoins du pays, de tester toute la gastronomie locale, de rencontrer des locaux, de barouder à n’en plus pouvoir, de réussir à bosser autour d’une piscine….STOP.

C’est mon séjour, pas le vôtre.

 

Mais revenons sur ces différents points : 

 

  • J’ai arrêté de me mettre la pression pour apprendre l’espagnol : je m’arrange pour le comprendre et me faire comprendre à minima, mais je n’ai pas la motivation de prendre des cours. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas foncièrement amoureuse de l’Amérique latine, et que je ne me vois pas y rester ad vitam eternam.

 

  • J’ai arrêté de me mettre la pression sur les voyages : soyons honnêtes, je ne pourrais pas tout voir, et ce n’est pas mon but : je préfère aujourd’hui me poser dans une ville qui répond à mes critères (beauté, connectivité, sociabilité, sécurité, accessibilité) plutôt que repartir en cavale comme au Costa Rica. Tant pis si je ne vois pas tout : mieux vaut voir moins en prenant du plaisir, que voir plus en tirant la langue. Sans rappeler qu’un digital nomad n’est pas un touriste ! 

 

  • J’ai arrêté de me mettre la pression pour rencontrer de nouvelles personnes : mes expériences au Costa Rica et à Oaxaca, m’ont confirmé qu’il était facile de rencontrer des gens : réseaux sociaux, sites de rencontre, aikido…quand on veut, on peut. Mais ce dernier mois, j’ai préféré avoir moins de relations sociales mais plus qualitatives, car j’ai orienté mon énergie ailleurs : sur mon projet @alerelibre sur Instagram.

 

  • J’ai arrêté de me mettre la pression niveau boulot : aujourd’hui, au Mexique, je ne travaille que quelques heures par jour. Et je n’ai clairmeent pas envie de travailler plus. Je prends quelques clients en coaching, et je bosse sur @alerelibre, qui me prend et donne beaucoup plus d’énergie. Et comme le design humain me le confirme, c’est en faisant ce que j’aime que je peux devenir magnétique et m’ouvrir des opportunités. Or, jusqu’à présent, je m’auto-censurais pour rester dans la “bonne voie” du devoir, celle d’une métier clairement identifié, avec un business modèle stable. Aujourd’hui, je veux développer un projet qui aide les autres, qui me donne du plaisir, et les revenus viendront plus tard, je le pense.

 

  • J’ai arrêté de me mettre la pression en général : pendant ce dernier mois à Mexico, j’ai pris le temps de faire un travail sur moi, déjà entamé par la reprise d’écriture à la main dans un petit carnet. Je me suis intéressée au design humain, qui est une façon de découvrir sa personnalité (comme l’ennéagramme et le MBTI). En faisant le test, j’ai découvert que j’appartenais au type “generator” qui est un profil qui a énormément d’énergie mais qui pour se sentir bien, doit la mettre au bon endroit. C’est donc ce que j’ai décidé de faire : orienter mon énergie dans les chantiers qui me donnent de la motivation. Et quand j’ai de la motivation, mon énergie et ma volonté sont sans limite 😉 

.

Après 3 mois en Amérique latine,  j’ai finalement décidé de prolonger mon séjour

 

Je voulais rentrer mi-avril pour voir ma famille, mes amis et fêter mon anniversaire. Mais en échangeant avec mes proches, j’ai réalisé que ce n’était certainement pas le bon moment pour rentrer.

La situation en France est aujourd’hui très contraignante, et je pense que le choc aurait été terrible en rentrant. Ce dernier mois, grâce à mon projet @alerelibre, j’ai réussi à évacuer toute la colère en moi pour la transformer en énergie constructive et aider mes abonnés dans cette situation difficile. 

Mais ce projet n’a pu voir le jour que parce que j’étais exilée au Mexique, dans un environnement calme.

 

Ici, je marche 10 000 pas par jour, je ne porte pas de masque, les flics ne traquent pas mes moindres faits et gestes. Je me suis habituée à cette liberté et rentrer en France me l’aurait fait perdre…tout comme ma créativité. 

 

Et ça, mon expérience peut le confirmer : il n’y a pas de créativité sous stress.

Donc, c’est en m’écoutant que j’ai décidé de rester malgré les souvenirs nostalgiques de ma vie passée…mais qui n’est qu’illusoire. Prendre une décision par rapport à une ancienne vie idéalisée aurait été dangereux pour moi.

Mais je me sens plus en exile qu’en voyage. Je n’ai pas choisi l’Amérique latine, c’est elle qui m’a accueillie. Mon coeur allait plutôt en Europe ou en Asie, mais ces dernières m’ont fermé leurs portes. 

 

Je me suis donnée la chance de me construire un environnement serein.

Je me suis donnée la chance de développer ma créativité.

Je me suis donnée la chance d’avancer vers de nouveaux projets.

 

Et à l’aube de mon 31ème anniversaire, je décide enfin de suivre ma voie, celle que j’ai construire et qui s’ouvre à moi, Je ne sais certes pas où elle me conduira, mais ce qui est sûr, c’est que maintenant, j’obéis à mes propres choix. 

.

Conclusion : 

 

Voici donc mon retour d’expérience de 3 mois en Amérique latine, qui m’ont permis d’expérimenter le digital nomadisme sur le plan professionnel, mais surtout, me poser des questions introspectives sur le plan personnel. Pendant ces trois mois, j’ai énormément appris sur moi, mais aussi sur le monde qui nous entoure. Je ne sais pas encore de quoi sera fait demain, ni pour moi, ni pour le monde, mais une chose est sûre, j’irai toujours vers un environnement libre et serein, dans lequel je puisse développer ma créativité, et mettre mon énergie à profit. Cela conduira peut-être à de l’éloignement géographique où de l’isolement social, mais qui me permettront de recharger mes batteries ! Car ce n’est qu’en étant en forme physiquement et émotionnellement, que je peux apporter ma contribution au monde ! Je t’encourage donc à trouver ton cocon ressource, pour réfléchir sereinement à la “stratégie” qui te fera briller comme tu en es capable ! 

 

.

👉Si vous vous  voulez réveiller le digital nomade en vous et franchir le pas,  mon programme “Reprendre sa vie en main dans un contexte de crise”, va vous plaire !

Programme pris en charge par le chèque numérique à hauteur de 500 euros 🔥

 

 

La découverte de la santé naturelle m’a permis de booster mon système immunitaire durablement !

En tant qu’individus, nous sommes soumis à du stress quotidien. Ce stress a des impacts non négligeables sur notre santé mentale mais également des répercussions physiques. Et c’est généralement à ce moment qu’on se réveille et qu’on peut se poser des questionnements de fond : comment régler mes problèmes de santé durablement ? La médecine traditionnelle est-elle la seule réponse à mes maux physiques ? De même que pour ma découverte du développement personnel, ce sont les petites alarmes de mon corps qui m’ont ouvert à de nouvelles pratiques plus adaptées à mes besoins. Je m’ouvre donc à la médecine naturelle. Dans cet article, je te fais mon premier retour d’expériences de la médecine naturelle à travers 3 problématiques : la gestion du stress, la perte de poids, et l’hygiène de vie.
.

Comment évacuer ton stress durablement ?

Costa Rica, février 2021 : je décide de faire un break professionnel et me ressourcer.

Il t’arrive sûrement d’être stressé dans ton quotidien d’entrepreneur.
Depuis la crise sanitaire, j’ai eu quelques montées de stress extrêmes qui ont eu des répercussions physiques sur mon corps.J’ai par exemple eu des dérèglements hormonaux qui m’on crée des plaques d’acné au début du confinement.Pour régler ce problème, j’ai d’abord consulté une dermatologue :
❌ Traitement prescrit : des cachets qui m’ont rendue malade pendant 3 jours, et des crèmes qui brûlaient la peau (que je n’ai même pas essayées)Puis j’ai contacté une gynécologue :
❌ Traitement prescrit : un changement de pilule en augmentant la dose. Je n’ai pas voulu tenter l’expérience, et je me suis tournée vers une autre ressource : la naturopathie.

La naturopathie a été une révélation !
Je n’ai jamais vraiment été très convaincue de l’efficacité de la médecine alternative, même si je n’y ai jamais été fermée.
J’ai tout de même décidé de jouer le jeu en contactant une naturopathe bien notée sur Google (comme quoi les avis Google my business, ça sert, et je le dis et redis à mes clients 😜)

J’ai donc été accueillie pendant 1h30, et ai reçu une prescription longue comme le bras que je vais te résumer.

Cette prescription est aujourd’hui la base de ma recette anti-stress :

✅ Pour régler le fond du problème, nous avons travaillé sur la digestion : des compléments alimentaires m’ont permis de restructurer ma flore intestinale (car beaucoup de
problèmes de peau viennent de la digestion, elle même perturbée par le stress)
.
✅ Nous avons également travaillé sur l’apaisement de mon mental avec des sons binauraux, pour me détendre au quotidien, notamment lors des sessions de travail intense, et avant de dormir

 

✅ Nous avons travaillé sur la respiration avec des exercices de cohérences cardiaques pour réguler le stress quotidien✅ Et nous avons convenu qu’il allait falloir me déconnecter de l’actualité en éteignant la radio (éteinte depuis maintenant avril) et en m’offrant des vacances (ce que je me suis forcée à faire, et ai réussi !)

Résultats : plus un bouton en deux semaines !

Aujourd’hui, je complète cette routine avec des éléments essentiels à mon quotidien :

✅ Changer régulièrement d’environnement de travail (bosser dans un café) ou de cadre de vie (sortir de Paris)
✅ Me faire plaisir : partir en vacances, m’offrir une part de gâteau, un massage, etc.
✅ Laisser ma colère s’exprimer pour réussir à me calmer par la suite (j’ai besoin de laisser mes émotions s’exprimer, et non de les neutraliser)
✅ Transcrire par écrit mes problèmes et trouver une solution pour chacun d’entre eux

Et toi, comment gères-tu ton stress ?

.

Comment perdre du poids de manière ludique ?

J’ai perdu 5 kg au premier confinement, grâce à un rééquilibrage alimentaire

 

J’ai perdu du poids par choix lors du premier confinement. Rien de dramatique au départ, mais je voulais me sentir mieux dans mon corps.
Je me suis faite aider par les conseils de Brice Pellerin et Insaf Aouadi pour le rééquilibrage alimentaire, et par Marion Mourrin et Nathalie Appietto pour un travail plus précis sur la digestion, le stress, le sommeil et l’hygiène de vie en général.
Je me suis amusée à tester de nouvelles recettes, acheter de nouveaux produits, adopter de nouveaux rythmes (faire du sport à jeun, jeuner…) qui ont rendue l’expérience ludique !
Par la suite, j’ai reperdu du poids en Amérique latine grâce à un contexte favorable : beaucoup de marche (10 000 pas par jour en moyenne), sport régulier, moins d’alcool (je sors moins et je le digère moins), jeûne intermittent depuis tout récemment) et surtout, moins de stress.
 J’avais déjà des bonnes bases mais j’ai travaillé des points précis pour avoir le ventre moins gonflé, affiner mes cuisses ou encore ne pas laisser le stress avoir des répercussions physiques sur mon corps.
Voici les grands principes à connaître : 
✅ Ecouter sa satiété (pas facile pour moi, qui ne la sent que trop tardivement)
✅ Ne pas se priver (pas facile pour moi, qui ait un sens de ce que je “devrais” faire ou mangé, très affirmé
✅ Limiter l’alcool
✅ Limiter le sel
✅ Limiter le sucre, surtout le matin : et si tu essayais les petits déjeuners salés ?
✅ Pratiquer le jeune intermittent de temps à autre pour permettre à la digestion d’opérer
✅ Pratiquer de la marche régulière (de mon expérience, ça affine plus que le cardio)
✅ Pratiquer un peu de cardio mais sans excès, pour taper dans les graisses plus rapidement (j’ai fonctionné avec les vidéos HIIT de Sissy Mua pendant le premier confinement)
✅ Appliquer la règle des 80/20 : 80 pourcent de rigueur, 20% de cheat meal
Mais je me garderais de te donner des conseils nutritionnels sur le gluten, le lactose, le végétal : chaque organisme digère les aliments d’une manière qui lui est propre. Ce n’est pas parce qu’on dit que le gluten est mauvais que vous le digérez mal !
Je précise également que j’ai toujours eu une très bonne santé et condition physique, et ce, même dans des périodes de surpoids ou d’IMC très bas (j’ai perdu 15 kg quand j’avais 15 ans, avec un régime qui aujourd’hui m’aurait semblé trop restrictif).
Et au final ? Ben je me sens mieux 🤠
Mais au delà de la perte de poids, je prends plus conscience de ce qui est bon ou non pour ma santé et j’y veille !
Par ailleurs, c’est grâce à la perte de poids, dès l’adolescence, que j’ai pris conscience de la force de ma volonté 💪
.

Comment le jeune intermittent peut te reconnecter aux besoins de ton corps ?

Je viens de terminer une semaine de jeûne intermittent ! Ce n’était pas un défi, mais plutôt une expérience spontanée.
Suite à quelques repas lourds, j’ai voulu laisser mon système digestif au repos…puis j’ai pris goût à la chose. Je me suis ainsi prise au jeu de manger deux repas par jour, le midi et le soir, pendant une semaine.
Et je te rassure, on peut passer 16 heures sans manger 😜
.

Voici donc mes 7 conseils pour réaliser un jeûne intermittent :

.
1 – N’en fais pas un challenge : j’ai réalisé une semaine de jeûne intermittent sans vraiment le vouloir. Je n’ai donc pas eu de grosses frustrations. Par contre, si tu jeûnes sous la contrainte, ton mental va en prendre un coup et tu risqueras de craquer !
2 – Donne du sens à ton jeûne : avant de te lancer dans un jeûne intermittent, demande-toi pourquoi tu le fais : pour perdre du poids ? Soulager ta digestion ? Etre plus à l’écoute de votre corps et de ses sensations ? Tester ta résistance physique ? Parce qu’on t’a dit que c’était bon pour toi ? Il n’y a pas de bonne raison, mais il y a votre raison. Et elle sera ton moteur 🙂
3 – Tu n’as pas besoin de manger autant que tu le penses : Il y a encore quelques années, il m’était inconcevable de commencer la jounée sans petit déjeuner, ni de faire du sport à jeun. Aujourd’hui, c’est chose faite ! Moins nous mangeons, plus notre estomac se rétrécit. On s’habitue ainsi à ingurgiter des quantités plus petites, et on se retrouve en déficit calorique. C’est comme cela qu’on perd du poids.
4 – Manger moins, mais mangez mieux : outre le fait de réduire les quantités, le jeûne intermittent est également l’occasion de passer au scanner ton assiette : sans surprise, tu peux limiter les produits transformés, trop sucrés, salés, et l’alcool.
5 – Ta sensation de faim ne va pas durer : certes, tu vas avoir faim au début. Mais cette sensation ne dure pas ! Et c’est ça qui te permet de tenir longtemps sans manger. Mon conseil : garde des journées occupées pour faire un jeûne, sinon tu vas risquer de te focaliser sur ta faim.
6 – Pratique une activité physique en parallèle : l’alimentation va de paire avec une activité physique : pour ma part, j’ai réduit un peu le cardio, pour laisser plus de place à la marche et au renforcement musculaire. J’avais cette croyance que seul le cardio permettait de s’affiner, or c’est faux : la marche avec un léger déficit calorique est beaucoup plus efficace.
7 – Fais-toi suivre : si tu n’as pas de notion de rééquilibrage alimentaire, il peut être intéressant de faire appel à des professionnels de la santé : nutritionniste, naturopathe, coach… je me suis personnellement faite aidée par Insaf Aoudi, Marion Mourrin, Brice Pellerin, et Nathalie Appietto qui m’ont donné une feuille de route de l’alimentation équilibrée que j’ai su adapter à mon quotidien.
Quel bilan tirer de ce jeune intermittent ?
✅ Une silhouette affinée, car on puise dans les graisses en créant un déficit calorique
✅ Des repas mieux savourés, car moins nombreux, et plus qualitatifs
✅ Une expérience économique car on mange moins 😉
Alors, l’expérience te tente-t-elle ?
.

Comment booster ton système immunitaire durablement ? 

Soleil, activité physique, décompression…des fondamentaux que le quotidien nous fait oublier

Le printemps pointe le bout de son nez depuis quelques jours. Les journées vont se rallonger, les fleurs s’ouvrir, et le climat s’adoucir.C’est généralement pendant cette période que les virus hivernaux commencent à s’éteindre.

Le soleil et la vitamine D sont une arme essentielle pour protéger notre système immunitaire.

J’ai d’ailleurs une petite anecdote à te raconter à ce sujet :

Etant digital nomade (je travaille à distance depuis d’autres pays), je pratique l’aikido dans les différentes villes dans lesquelles je voyage. Au Mexique, où je suis actuellement, j’ai demandé à ma prof d’aikido pourquoi son club avait fait le choix de ne pas porter de masques et de pratiquer sans geste barrière pendant la pratique.

Elle m’a regardé, puis m’a répondu simplement : il fait chaud, et le soleil tue les virus.

Certes, l’explication n’est pas scientifique, mais depuis la fin de l’hiver, le nombre de cas et de morts baisse au Mexique (cela date d’avant l’arrivée du vaccin)

Leçon de l’histoire, reconnectons-nous à la nature, à la saisonnalité, mais également à notre corps, en renforçant notre système immunitaire.

Il y a quelques semaines, j’ai regardé le film “Vivante” de Alexandre Ferrini dans lequel des individus ayant vécu des maladies difficiles retrouvent la force de vivre grâce à une reconnexion à la nature, à l’alimentation et à une certaine spiritualité.

Thierry Casasnovas les guide dans cette régénération corporelle et mentale en leur proposant de confronter leur corps à des conditions extrêmes sur une courte période pour le rendre plus fort et résistant (températures froides, jeûne, cardio..)

Grâce à cette mise à l’épreuve du corps, l’immunité s’en trouve renforcée.

Sauna, jogging, jeûne intermittent, rééquilibrage alimentaire…on peut tous stimuler son immunité au quotidien (en étant suivi si on le sent mieux !)

Pour ma part, j’applique ces principes, ce qui m’a permis de renforcer mon système immunitaire (bien sûr, je ne nie pas qu’une part de génétique puisse aider).

Pour cela, on peut appliquer quelques principes de bases :

✅ Pratiquer une activité physique régulière (j’ai carburé avec la course à pied et le Hiit pendant le premier confinement)

✅ Manger des produits non transformés et variés (j’ai perdu 4kg pendant le premier confinement en combinant sport, et alimentation : moins de glucides, plus de protéines (en les variant), plus de légumes, moins de sucre, suppression des produits transformés, limitation de l’alcool (le diable c’est les skype apéros), sport à jeun, et quelques jeunes intermittents aujourd’hui)

✅ Limiter le stress : arrêter d’écouter les infos en continu, ça vous enlève du stress inconscient. L’écoute d’info en continu m’avait créé un dérèglement hormonal terrible, que j’ai pu régler en coupant toute info (alors que jusque là, l’écoute des infos ne me faisait ni chaud ni froid), en écoutant des sons binauraux, et en travaillant sur ma digestion (un naturopathe peut grandement vous aide)

Enfin, change d’air si tu peux le faire (j’ai quitté Paris au 2e confinement).

✅ Arrête de penser que les solutions toutes faites vont  t’aider à régler tes maux : somnifères, antidépresseur, vaccins sortis du chapeau, antibiotique automatique…Je n’ai pendant longtemps pas questionné cette médecine “dure”. Aujourd’hui, voyant que seule ma naturo faisait des liens entre mon mental et mon corps, et m’apportait des résultats concrets, j’ai pris mes distances avec les pilules magiques.

Je ne prendrai pas un vaccin sans prise de recul, alors que je suis en bonne santé.
Je ne prendrai pas de somnifère quand on peut prendre de la mélatonine
Je ne prendrai pas de traitement de surface pour la peau, quand on sait que le problème vient principalement des intestins
Je ne prendrai pas de doliprane si je sais que mon mal de tête est lié à de la fatigue
Si je déprime, je ferai tout mon possible pour sortir de cet état grâce à ma capacité de résilience.

Alors, prêt à prendre soin de ta santé ?

.

Conclusion  :

J’ai toujours eu la chance d’avoir une bonne santé, et on ne peut nier le rôle de la génétique dans ce cadre. Mais des maux physiques et du stress m’ont permis de m’interroger sur mon rapport à mon corps : est-ce que je lui fais vraiment du bien au quotidien ? Est-ce que je le soigne comme il faut ? J’ai donc entamé une réflexion et un travail sur mon alimentation (rééquilibrage alimentaire), j’ai également challengé mon corps pour observer ses réactions (jeune intermittent) et booster mon immunité. J’ai travaillé sur mes problématiques de stress en revenant à l’essentiel : où se manifeste le stress dans le corps ? Aujourd’hui, je me suis ouverte à cette médecine naturelle, bien que je ne dénigre pas les bienfaits de la médecine traditionnelle dans certains cas. En plein voyage en Amérique latine, je découvre également que les plantes et les incantations sont une manière ancestrale de soigner les individus : pratiquant les soins énergétiques depuis près d’un an, je reconnecte ainsi avec ces pratiques ésotériques liant le corps et l’esprit, et qui m’ont débarrassée de nombreux désagréments du quotidien. Aujourd’hui, il me reste encore bien des blocages à lever concernant la médecine naturelle, mais j’avance à mon rythme. Voici donc mon premier retour d’expérience de ma découverte de la médecine naturelle !

Apprendre à dire “merde” va te faire le plus gros bien

Il y a quelques jours, Aurore, une amie française au Mexique, m’a invitée à un déjeuner avec son compagnon mexicain et des collègues à lui.

Le déjeuner était à une heure de route d’Oaxaca, et les amis en question nous ont amené en voiture.
Sur place, nous avons assisté à une tradition de “déterrage” de viande cuite sous terre, et le repas était délicieux. Mais, comme tu t’en doutes, ce n’est pas le sujet de mon mail 😉
Nous sommes restés longtemps à table, pendant que nos hôtes s’enfilaient mezcal sur mezcal (alcool local à 40 degrés).
Le repas nous a vite semblé interminable.
En France, nous nous serions excusés et nous aurions quitté le repas, prétextant une fatigue soudaine, ou autre excuse plus ou moins crédible.
Ici, au Mexique, les choses sont plus compliquées.
La pression sociale pour sociabliser, et la pression sociale pour boire empêche les Mexicains de prendre des décisions simples, selon leurs envies.
Mon amie française par exemple, n’a pas pu s’éclipser du repas, car si elle partait, son conjoint se serait senti obligé de l’accompagner, car cela aurait été mal vu de laisser partir une femme seule. Et s’il partait, il aurait également été mal vu par ses collègues.

.

Un contexte qui empêche les individus de prendre des décisions librement.

Plus tard à table, nous parlions avec Aurore, du port du masque dans la rue à Oaxaca. A Oaxaca, il est difficile de savoir s’il est recommandé ou obligatoire, mais la plupart des gens le portent, par pression sociale et par peur du regard des autres.
C’était le cas d’Aurore, qui, malgré la gène causée par le port du masque, n’osait pas l’enlever, car il lui était difficile de s’affranchir du regard des autres.
Je lui ai alors parlé de mon expérience “rebelle” du masque en extérieur  :
Lorsque je vivais encore à Paris, j’ai d’abord commencé à porter le masque sous le nez.
Puis me sentant à l’aise avec cela, je l’ai porté sous le menton.
Quelques semaines plus tard, réalisant que l’élastique me faisait mal, j’ai décidé de l’enlever à certains endroits, notamment dans les rues que je connaissais et qui me paraissaient calmes.
Encore quelques semaines plus tard, j’ai décidé de respirer et de l’enlever dans la rue, en faisant attention à la police.
En trois mois sans port du masque, il ne m’est jamais rien arrivé. La police m’a déjà vue à plusieurs reprises, sans rien dire. Aujourd’hui, je me sens fière et libre.
Certes, je sens encore des regards sur moi, mais je ne sais pas s’ils sont accusateurs ou simplement envieux 😉
A Oaxaca, j’ai eu la même démarche. Et c’est ce que j’ai conseillé à Aurore, en lui disant ceci :  commence à avancer pas à pas, sans te brusquer.
Cette anecdote s’applique aux masques, mais à la pression sociale en générale.
Revenons maintenant à notre déjeuner :
Tout au long du repas, j’ai dû refuser l’ensemble des shots de mezcal proposés, en sachant pertinemment que j’allais vexer mes hôtes.
Et alors ?
Je ne vais pas mettre ma santé en danger pour faire plaisir à un groupe.
.

Etre libre, c’est s’écouter, et faire abstraction du regard des autres

J’ai également demandé à ce qu’on m’appelle un taxi pour partir plus tôt.
Oui, c’est mal vu.
Mais je n’ai pas la même notion du temps que les mexicains. Je ne comptais pas rester à table à regarder des gens boire, et parler une langue que je maitrise pas encore assez pour saisir l’ensemble des conversations dans un contexte défavorable avec du bruit de fond.
J’avais envie de rentrer me reposer. Et j’ai écouté mon envie.
Entre le moment, où j’ai demandé un taxi et le moment où je l’ai eu, il s’est passé une heure :
– Le temps que X finisse de manger et m’amène à la station de taxi
– Que Y m’apporte un cadeau (que j’ai du finir par refuser par manque de temps).
Et oui, car la pression sociale peut prendre différentes formes, et parfois certaines sont fourbes :
– Le cadeau de bienvenue en est une.
Mon hôte voulait à tout prix m’offre des crèmes de mezcal, ce qui, en soit est une charmante attention, mais le contexte ne s’y prêtait pas  :
– Je venais de refuser 5 shots de mezcal
– J’avais montré mon impatience à rentrer chez moi (en regardant mon téléphone toutes les 5 minutes) et en prétextant une grande fatigue.
.
La tradition l’emporte sur l’intelligence émotionnelle ici. 
Mais le Mexique n’est pas la seule culture qui fonctionne de cette manière : connaissant les cultures maghrébines, le fonctionnement est le même :
– Pression pour offrir des cadeaux à tout va, sans tenir compte du contexte et de la réceptivité de l’offre (si on m’offre un baklava, quand j’insiste pour te dire que j’ai trop mangé, ce n’est pas de la fausse politesse de ma part)
– Pression pour respecter les rites, traditions et religion : quand dira-t-on si je ne vais pas à la mosquée ? Si je ne porte pas le voile ? Ou le masque ?
.
Différentes cultures, même pression. Mêmes lacunes.
Alors, tu ne peux pas toujours éduquer l’autre.
Tu ne peux pas toujours le faire changer.
Par contre, toi, tu peux dire “merde”.
Ce n’est pas facile. Tu te feras sûrement mal voir au début.
Mais tu seras libre, car tu te seras écouté.
.
Tu n’as qu’une vie, alors vis-la pour toi, et non pour d’autres !
Réveille-toi et libère-toi.
Bonne réflexion,

Méditation de gratitude et d’indulgence

Je vous propose deux méditations combinées, retranscriptions de mon petit carnet : une méditation de gratitude, et une méditation d’indulgence.

Méditation de gratitude

Il y a quelques jours, j’ai fait une méditation, ce qui n’est clairement pas chose courante chez moi. Cette méditation était particulière, car c’était la première fois, dans ce moment de pleine conscience que je n’ai ressenti aucune inquiétude ou source d’angoisse.

Et pourtant, je ne suis pas une personne “zen”, et un rien peut facilement devenir source de stress.

Pendant une vingtaine de minutes, j’ai ressenti de la confiance et de la gratitude.

Gratitude pour les choses suivantes :

– Etre au Mexique, dans cette ville paisible qu’est Oaxaca
– Rencontrer de nouvelles personnes facilement
– Être en bonne santé
– Apprécier mon apparence physique
– Gérer ma vie et mon emploi du temps comme je le veux
– Etre bien logée
– Pouvoir pratiquer l’aikido dans des conditions normales
– Etre bien entourée
– Ne pas être dans le besoin

Puis, j’ai ressenti de la confiance :

– Confiance de pouvoir partir au Japon dans les 2 prochaines années
– Confiance sur l’issue de cette crise
– Confiance de faire les (la) bonne rencontre pour l’avenir
– Confiance sur mon avenir professionnel

Rare moment de quiétude que je vous partage.

 

Méditation d’indulgence

 

Hier, j’ai réalisé une méditation d’indulgence. Cette méditation a pris la forme d’écriture intuitive, en écrivant spontanément avec mes émotions, dans un petit carnet (et non sur ordinateur).

C’est ma manière de méditer.

Cette méditation m’a beaucoup aidée à me pardonner, à pardonner à mon entourage, et à ressentir de la bienveillance, à un moment où la colère m’avait épuisée.
En posant par écrit, les sentiments qui me traversent, j’ai pu les conscientiser, et les accepter.
Voici donc la retranscription (un poil plus ordonnée) de cette méditation d’indulgence.
Ce n’est clairement pas de la prose, mais j’espère que cela t’aidera.
Sur le ressentiment
C’est ok si tu es en colère et que tu ne la contrôle pas
C’est ok si tu es dans le jugement
C’est ok si tu perds patience
C’est ok si tu n’arrives pas à tirer les leçons de tous tes malheurs
C’est ok s’il ne partage pas ton opinion
Sur l’hyperactivité
 
C’est ok si tu n’arrives pas à méditer
C’est ok si tu n’aimes pas lire
C’est ok si tu n’aimes pas ne rien faire
Sur l’argent 
C’est ok si tu gagnes moins d’argent aujourd’hui que le mois dernier
C’est ok si tu as perdu de l’argent par mégarde
C’est ok si tu dépenses en te faisant plaisir
Sur ton état mental 
C’est ok si tu as un coup de blues
C’est ok si tu n’es pas bien, même bien entouré et que tu ne manques de rien
C’est ok si tu as envie d’être égoïste
C’est ok si tu as envie d’être seul
Sur la vie sociale 
C’est ok si tu ne veux pas “profiter” de tout, tout le temps
C’est ok si tu ne veux plus boire
C’est ok si tu veux rentrer avant tout le monde
Sur le voyage
C’est ok si ton voyage est annulé
C’est ok si tu ne pars que l’an prochain
C’est ok si tu t’acclimates mal
C’est ok si tu te sens seul
Sur les exigences
C’est ok si tu es difficile et exigeant
C’est ok de ne pas te contenter de ce que tu as aujourd’hui
C’est ok si tu fais attention à ton apparence
C’est ok si tu aimes les personnes entretenues et soignées
Sur le sommeil 
C’est ok si tu veux te coucher à 20h ce soir
C’est ok si ton sommeil est chaotique
C’est ok si tu fais ta vie pendant une insomnie
Sur l’alimentation 
C’est ok si tu as besoin de manger 3 fois par jours
C’est ok si tu as envie de sucre
C’est ok si tu as envie de sauter un repas
C’est ok si tu n’as pas un corps parfait
Sur l’amour 
C’est ok si tu penses encore à lui/elle
C’est ok si ce n’est pas réciproque
C’est ok si tu t’es pris un lapin ou un râteau
C’est ok si tu n’as pas de désir
C’est ok si tu ne le sens pas
C’est ok si tu n’es pas disponible à la rencontre
Sur l’avenir 
C’est ok si tu ne sais pas où tu seras dans un mois
C’est ok si tu as peur de ne pas savoir de quoi sera fait l’avenir
C’est ok si tu perds espoir
C’est ok si tu reviens chez tes parents temporairement
C’est ok si tu n’as pas trouvé ta place ni ta voie
A vous maintenant, complète avec vos propres propos d’indulgence et jouez franc jeu avec vous-même 🙂

Comment j’ai développé mon authenticité dans ma vie personnelle et dans l’entrepreneuriat

Depuis maintenant deux ans, j’ai fait le pari d’adopter une communication totalement authentique sur le plan professionnel. Cette communication se traduit par une prise de risque : celle de l’exposition de ma sensibilité et de ma vulnérabilité. Deux ans plus tard, je suis totalement alignée avec cette communication qui m’a permis de lever un certain nombre de tabous personnels et professionnels, mais surtout permettre l’identification de mes lecteurs et abonnés. Alors comment développer une communication sans bullshit qui vous ressemble ? Comment entamer cette transition ? Voici mon retour d’expérience et mes conseils ! 

.

I- Un constat : l’ennui face à une communication “lisse” 

.

J’ai intégré l’écosystème de l’infopreneuriat, dans lequel, il est valorisé de se mettre en avant. Dans ce cadre, le personal branding a tout à fait sa place. Mais, la plupart du temps, il s’agit d’une communication de surface, dans laquelle, on apprend peu sur la personnalité de l’entrepreneur qui communique. Seulement, une fausse intimité qui fait surface (Instagram est très pratique pour cela). 

Mais en voyant ces entrepreneurs aux vies “parfaites”, j’ai ressenti un décalage. D’autant plus que je m’auto-censurais à parler de sujets “tabous” et “profonds” qui auraient intéressé d’autres entrepreneurs. 

Alors en 2019, j’en ai eu marre de faire semblant, et j’ai fait tomber les masques : j’ai commencé à parler de sujets plus personnels, j’ai commencé à parler d’échecs et d’erreurs, et j’ai commencé à parler d’argent. 

Et contre toute attente, cette vulnérabilité a trouvé écho auprès de mes abonnés grâce à une forte identification à mon parcours. Un pari risqué, mais un défi relevé ! 

 

2 – Exposer sa vulnérabilité étape par étape 

 

 

On ne passe pas du jour au lendemain d’une communication corporate à une communication sensible. Le mieux est d’y aller petit à petit : d’abord pour vous, et ensuite pour votre audience.

Pour ma part, j’ai commencé à aborder des sujets sur lesquels je me sentais à l’aise de parler avec le recul : mes anciennes erreurs et échecs par exemple. 

Car il est évidemment plus facile de parler avec retrospective d’une période sombre de notre passé professionnel (ou personnel) une fois le problème réglé.

Quand on n’a pas de client, il est toujours plus difficile de le crier haut et fort.

Mais détabouiser l’échec est déjà un premier pas ! Cela a également une vocation cathartique (sans vouloir rentrer dans la psychologie de comptoir ;-))

Par ailleurs, j’ai également fait le choix de communiquer sur des sujets plus personnels et intime, dans la mesure où je ne dissocie pas l’entrepreneur de l’humain (c’est mon point de vue). C’est également pour cela que lorsque je coache des entrepreneurs, je travaille sur l’aspect “business” mais également “développement personnel”.

Bien sûr, vous n’êtes pas obligé d’adopter une communication similaire à la mienne. Vous devez adopter une communication qui vous ressemble avant tout. Et pour cela, il ne doit pas y avoir de frustrations  : si vous décidez de ne pas aborder un sujet, il faut que cela soit par choix “stratégique” et non par peur. Maintenant, savez-vous distinguer les deux ?

.

3 – Puiser sa créativité dans son propre parcours 

.

Je ne puise pas ma créativité dans les livres (je lis très peu, voire pas), ni dans des entrepreneurs dits “inspirants”. Je puise ma créativité dans mon quotidien et mon histoire personnelle. 

 

Concrètement, comment cela se traduit-il ?

 

  • Je vais m’inspirer de mes échanges quotidiens avec mes clients, mes amis, mais aussi les personnes que je croise. Je vais tirer les leçons d’une situation que j’ai vécu la veille, et l’utiliser pour écrire un post, un article ou une newsletter. J’ai rendu mon cerveau totalement perméable à mon quotidien pour en faire une source de créativité personnelle et infinie. Résultats : en 4 ans d’entrepreneuriat, je n’ai jamais puisé mes ressources de contenus, et je sais que dans 2 ans, je continuerai à trouver l’inspiration.

 

  • Je m’inspire également de mon parcours de vie personnel, en n’hésitant pas à mobiliser des moments intimes : mon adoption, mes relations personnelles, ma perte de poids. Bien sûr, chaque souvenir mobilisé, a son utilité. Mon but n’est pas de tomber dans le mélodrame, mais d’apporter de la valeur. Et pour rendre mes propos plus parlants et impactants, ces bribes de ma vie intimes peuvent avoir leur place. 

 

Encore une fois, rien ne vous oblige à faire comme moi. Ce qui compte, c’est que vous soyez à la fois à l’aise, et non frustré dans votre communication 🙂 

.

4 – Exposer son cheminement et ses réflexions pour inspirer  

.

Depuis plus récemment, je commence à exposer mes réflexions en cours sur l’entrepreneuriat ou la vie. Je pose des questions de société, et ouvre la porte à des débats (sans pour autant prétendre faire de la philosophie). 

Ce qu’il est important de retenir ici, c’est que je commence à poser des questions dont je n’ai pas les réponses. Je m’expose en situation de trouble, quand il y a encore un an, j’attendais d’être sortie du tunnel pour m’exprimer. Encore une fois, j’opte pour une posture plus vulnérable et risquée. Mais c’est comme cela que je me reconnais en termes d’image et de communication. 

J’ai récemment exposé publiquement mon manque d’alignement, ma difficulté à lier travail et voyage au Costa Rica, mon pivot vers le développement personnel…tout cela sans avoir forcément trouvé réponse à toutes les questions que je soulève. 

Je vais donc un pas plus loin dans la vulnérabilité. 

Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’angle que j’ai choisi d’adopter, vous pouvez soulever ces débats en faisant parler des clients fictifs par exemple. Cela vous permettra de voir comment sont reçus vos messages et réflexions 🙂

.

Conclusion  

.

Adopter une communication purement authentique n’est pas chose aisée. Elle invite souvent à sortir de sa zone de confort. Pour y arriver, il faut d’abord avoir pris conscience que l’image que l’on renvoie à travers notre communication ne nous ressemble pas. Or, pour attirer des clients qui vous ressemblent, il va falloir opérer ce petit “switch”. Évidemment, un changement radical n’est pas forcément souhaitable. Commencez par y aller petit à petit, jusqu’à ce que vous soyez à l’aise avec vos nouveaux contenus et qu’ils soient faciles et fluides à produire. Comme disait un certain Boileau : “ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire, viennent aisément”.

Tu peux choisir de vivre ta meilleure vie (maintenant)

Il y a quelques jours, j’étais dans ma chambre d’hôtel et j’ai ressenti une certaine nostalgie de mon ancienne vie parisienne.
En remontant plus loin dans le passé, j’ai réalisé que j’avais déjà eu plusieurs vies.
Pour le moment, j’en ai vécu 7 (en tout cas, de mon conscient).

Je vis ma 7e vie, et c’est pas fini !

 

 
D’abord, 4 vies passives, que je n’ai pas vraiment choisies : 
– Ma vie d’enfance, de ma naissance au collège, symbolique d’une période d’insouciance (je ne compte pas mes 3 mois d’avant adoption, dont je n’ai pas souvenir)
– Ma vie dans l’enseignement secondaire (collège-lycée) où ma crise d’adolescence et l’impitoyable jugement physique de mes camarades de classe, et le divorce de mes parents m’ont fait sortir de ma bulle d’enfance
– Ma vie étudiante lyonnaise, où je goutte enfin à l’indépendance grâce à l’éloignement géographique de ma ville natale
– Ma vie de chômeuse où je me suis heurtée à la dureté du marché du travail pour les jeunes diplômés
Puis, 3 vies actives (choisies) : 
Ma vie de salariée, qui n’a pas duré longtemps
– Ma vie post-covid : celle de digital nomade, que je qualifierais encore de “vie transitionnelle”
Et je sais que je n’ai pas fini de vivre de nouvelles vies !
Comptabiliser toutes ces vies m’a fait prendre conscience qu’à 30 ans, j’ai bien évolué sur le plan personnel.
Certes, on a tous eu plusieurs vies, mais certaines personnes en ont eu plus que d’autres.
Pourquoi ?
Parce que plus nous faisons des choix, plus nous façonnons de nouvelles vies. 
Il y a des personnalités connues pour être passées du monde du sport, à celui de la télé puis à celui de la politique.
Mais regarde simplement autour de toi : je suis sûre que tu as rencontré des personnes qui ont eu des dizaines et des dizaines de vies.
Et cela n’est pas toujours lié à leur âge avancé !
Ces différentes vies sont une véritable richesse sur le plan personnel.
Alors voici ma conclusion : si les chats ont 7 ou 9 vies selon les cultures, je pense qu’en tant qu’être humain, nous pouvons nous en créer davantage. Mais cela ne dépend que de notre capacité d’agir.
L’objectif n’est pas de multiplier nos vies, mais d’être capable de s’en créer une nouvelle lorsque notre vie actuelle ne nous correspond plus.
Concrètement, il faut, à l’image des chats, croire en notre capacité à rebondir sur nos pattes, lorsque nous prenons des décisions cruciales et significatives pour nous !
Alors, prêt à changer de vie pour le meilleur ?

Et si tu vivais ta meilleure vie ?

 
Il y a quelques semaines, je t’ai dit que je prenais un petit break pour me ressourcer : en effet, j’en avais bien besoin.
Pendant ce break, je me suis rendue compte de ce qui était important pour moi, de ce qui l’était moins et j’ai décidé d’augmenter mes moments de plaisir et de bonheur, et réduire mes contraintes (beau programme jusqu’à là).
Pour réduire mon stress, qui est l’une des causes des mauvais moments que nous vivons au quotidien, j’ai décidé de relativiser mes malheurs en me posant cette simple question : “et au pire, il se passe quoi ?”
Question simple mais basique.
Applique la maintenant à ta vie quotidienne :
– Et au pire, il se passe quoi si tu loupes ton bus ?
– Si tu t’offres ce restaurant à 50 balles ?
– Si tu prends un break de deux semaines ?
– Si tu quittes ce job ou cette personne que tu n’aimes pas ?
D’autant plus qu’on quitte souvent un mal pour un bien.
Cela m’a permis de prendre conscience deux choses rassurantes pour moi : 
–  Je ne serai jamais à la rue (car j’ai des parents qui sauront être mes filets de sécurité si je suis un jour dans une mierda negra)
–  Il y a toujours moyen de remonter une pente financièrement même si tu es désaligné ou que tu changes de voie (ce sont mes différents pivots qui m’ont permis de le constater).
Partant de ces deux vérités, j’ai pu réaliser que se faire plus plaisir au quotidien et profiter des moments les plus agréables était possible mais surtout essentiel.
– Me reconnecter à ma raison d’être : le voyage
– Me reconnecter à la nature, en l’observant mieux
Ecouter mon corps et ses besoins
– Me faire plaisir avec des massages, des resto, des bons hôtels et du shopping de temps à autre.
Chacun à ses propres aspirations, mais c’est en faisant le vide qu’elles apparaissent plus facilement.
C’est de cette manière que tu pourras vivre ta meilleure vie !

Le temps est un luxe que nous ne prenons pas : et si on ralentissait un peu ?

 

Je t’avais parlé à plusieurs reprises de la pression sociale qu’on se met pour rentrer dans les cases, mais il est surtout important de questionner la notion même de norme : qui les impose ? Et est-ce vraiment une tendance vers laquelle tendre ?

.

Tu veux rentrer dans les normes mais la société est malade 

 

La réponse est évidemment dans la question.

 

Et oui, car la société est malade :

❌Elle veut toujours plus de connexion

❌Et paradoxalement plus de relations de surface

❌Et aujourd’hui, plus de distance physique

❌Elle met également plus de pression aux célibataires, au chômeurs et aux entrepreneurs, mais également aux introvertis et aux personnes non connectées.

 

Si tu sens une pression familiale ou sociale autour de toi, n’en veux pas à ton entourage, mais compatis, en comprenons qu’ils agissent eux aussi par pression sociale.

 

Tu as réalisé un grand pas car tu as pris conscience de cette pression qu’on te met au quotidien.

Maintenant la prochaine étape est de dire non (ou merde).

 

Merde à ce job qui t’emmerde depuis des années

Merde à ce crédit qui t’emprisonne et t’empêche de te projeter

Merde à cette relation qui ne te stimule plus.

Merde à tout ce que tu questionnes et qui ne te semble pas sain ni “normal” selon tes propres critères.

 

Evidemment, tout cela ne se fait pas en un claquement de doigts mais c’est possible.

 

Comment ?

 

✅En commençant à te renseigner sur cette nouvelle réalité que tu vas construire

✅En rencontrant des personnes que tu admires pour leur courage d’avoir dit non à cette société qui leur mettait tant de pression

✅En commençant par faire ton premier petit pas, quel qu’il soit.

 

👉 Que peux-tu faire aujourd’hui (ou cette semaine) pour changer votre vie ? Je veux que tu t’engages ! 🤠

.

Et si on en finissait avec la vision culpabilisatrice ? 

 

Depuis que je me suis lancée dans l’aventure digital nomade, j’ai essuyé un certain nombre de critiques (minimes certes), qui m’ont donné envie de t’écrire ce petit mail.

 

En effet, on m’a reproché (à moi, comme à d’autres digital nomads) d’être irresponsables de partir en période de crise sanitaire.

Je peux comprendre l’argument, même si j’ai du mal avec le jugement. Mais rappelons que les digital nomads sont principalement des travailleurs vivant seuls et qu’en période de confinement, la solitude devient très difficile à supporter. Voyager, pour un entrepreneur digital nomad, c’est acheter sa santé mentale, mais également sauver son business en sauvant sa créativité.

Pour ma part, je ne me suis jamais sentie aussi bien que depuis que j’ai trouvé dans le voyage, le sens de ma vie : je n’ai plus de colère, je suis de plus en plus créative, et mieux encore : j’inspire autour de moi.

Cette faculté d’inspiration est ce que mon amie Céline Afonso Tirel appelle le “self care inspirant” : il s’agit de se chouchouter et de travailler sur son propre bien-être, son propre mode de vie idéal, pour inspirer sa communauté et l’inviter à passer à l’action.

Depuis que je suis digital nomad, j’ai ainsi reçu des messages d’abonnés inspirés par mon mode de vie, et souhaitant eux aussi changer de vie, en prenant conscience que leur vie actuelle ne leur convenait plus et manquait de sens.

Une ancienne cliente, Alexia a même réussi à franchir le pas, en partant un mois seule, et sans ses enfants...au Brésil, son rêve ultime !

C’est pour moi une grande fierté.

 

On te parlera souvent de vision professionnelle, mais cela ne fait pas sens pour tout le monde. Pour ma part, impossible de me projeter sur le plan professionnel car je me lasse très vite : ce qui me porte, c’est mon cadre et mon mode de vie. Plus tôt on le sait, plus tôt on l’assume.

 

Sur le plan professionnel, je fais en sorte de me créer le cadre le moins contraignant possible (d’où l’entrepreneuriat), en accord avec mon mode de vie (le digital nomadisme) et de mes forces (le coaching, grâce à une forte empathie).

Maintenant, la nature du coaching, elle peut changer. C’est pour ça que je reste ouverte à différentes opportunités sur le plan professionnel : depuis que je suis entrepreneure, je me suis concentrée sur le coaching business, car j’ai évolué dans un écosystème qui me demandait de me spécialiser.

Mais aujourd’hui, je réalise que je peux apporter bien plus qu’un accompagnement professionnel : je me sens capable d’aider des individus à changer de vie, sur le plan professionnel mais également personnel, en les poussant à passer à l’action.

Mes nombreuses expériences personnelles m’ont permis de vivre des épreuves qui sont aujourd’hui des briques que je peux utiliser pour aider mes clients à aller de l’avant !

Tu sais maintenant comment mon activité va évoluer 😉

De ton côté, je t’invite en ce début d’année à te saisir des questions qui te trottent dans la tête depuis un petit moment et y trouver la réponse la plus alignée avec tes aspirations : sans culpabilité, en laissant ton cœur trouver la voie.

 

Tu seras ainsi au bon endroit, au bon moment.

Et pour moi, c’est aujourd’hui, l’Amérique Latine ! 

.

Le temps est un luxe que nous ne prenons pas

 

entrepreneur

Il y a quelques jours, j’ai rencontré Céline, une française lors d’une excursion touristique au Costa Rica. Nous avons sympathisé et au cours d’une marche dans la jungle, nous avons échangé sur nos philosophies de vie, diamétralement opposées.

Céline est l’incarnation du lâcher-prise.

Moi, une contrôle freak assumée.

Céline contemple la nature, s’enthousiasme à la vue des fourmis qui portent des feuilles qui font le double de leur poids, quand moi, je m’assure qu’elles ne vont pas chercher à me piquer.

Mais Céline se désole que l’on ne prenne pas assez le temps d’observer la beauté du monde, que l’on cherche à planifier nos vies en permanence, et que l’anticipation nous guide au quotidien.

Même si je n’arriverais peut-être jamais à son niveau de lâcher-prise, je reconnais que je fais partie de ceux qui s’épuisent à vouloir contrôler l’incontrôlable.

A vouloir optimiser mon temps le plus efficacement possible, et ce, même pendant mes voyages.

Et c’est à ce moment que j’ai dit “stop” : j’allais ainsi faire l’impasse sur quelques parcs de renom du Costa Rica pour mieux me poser dans une ville. Et c’était ok si je ressortais du pays sans avoir tout vu. L’expérience serait plus profonde et plus authentique.

Alors comment savoir si le flot de la vie nous inonde et le temps nous échappe ?

 

  • On prend conscience que l’on ne se laisse aucun moment imprévu dans son emploi du temps
  • On ne prend pas de temps pour soi
  • On est épuisé de ses journées, et sur les nerfs.
  • On dort mal.

 

C’était mon cas, et heureusement, j’en ai pris conscience.

J’ai donc décidé de me mettre en pause pour que mon voyage garde du sens.

J’ai également essayé de relativiser : mes malheurs sont-ils si graves que l’importance que je leur donne ? (souvent la réponse est non )

Au Costa Rica, observer la manière de vivre des habitants, les ticos, est une grande leçon de vie.

Alors, prenons le temps, ce luxe qui est devant nous, et que nous ne touchons pas… et pura vida !

Maintenant, c’est à vous : que pouvez-vous faire, là, maintenant pour prendre du temps, et apprécier ce moment ?

Etre à l’écoute de ton corps et de ton intuition va t’ouvrir de nouvelles portes

Il y a quelques semaines, j’étais à Puerto Viejo, ville principale des Caraïbes du Costa Rica.

Puerto Viejo est une ville pour le moins…décontractée (Bob Marley est le dieu local).

Le truc, c’est que quand on arrive dans une destination tropicale, où la mer est à 28 degrés (et pourtant, ceux qui me connaissent savent que je n’aime pas la plage), il est difficile d’être en mode “boulot”.

Pendant quelques jours, j’ai culpabilisé sur mon manque d’envie de travailler.

Jusqu’ici je n’avais presque rarement eu de problèmes de motivation. Mais en échangeant avec une amie, j’ai pris la décision de me lâcher la grappe pour me reconnecter à mes vrais besoins.

Car il est totalement vain d’essayer de lutter dans un contexte pareil : je ne profiterais ni du séjour, et ne serais pas à fond dans le boulot.

.

Que va-t-il se passer si tu décides d’écouter ton corps et ton coeur ?

 

Concrètement, comment ai-je réussi à “un peu” lâcher prise ?

– En reconnaissant en toute honnêteté que je n’avais pas envie de travailler.

– En comprenant que mon corps et ma tête avaient besoin de s’oxygéner.

 

De quoi avais-je envie depuis ces quelques semaines de voyage ?

– De rencontrer de nouvelles personnes

– De découvrir un pays, une culture, et des paysages

– De me recentrer sur moi

– De me vider la tête pour retrouver de nouvelles sources d’inspiration

 

Je ne me sentais pas en mode digital nomade connectée, et d’ailleurs, mes rencontres étaient plus faites d’échanges avec des backpackers et des locaux que de véritables digital nomades.

 

Mais c’était un choix assumé : si j’avais voulu me mettre dans un contexte de digital nomadisme, j’aurais trouvé un coworking, pris un Airbnb seule, ou dans une chaîne d’hôtel comme Selina. J’avais envie de sortir de cet écosystème d’infopreneuriat et de m’immerger dans un autre monde.

Voilà quels étaient mes besoins réels.

Mais j’avais encore une peur que j’ai partagée à mon amie : que se passe-t-il si j’écoute mon coeur et mon corps jusqu’au bout et que je n’ai pas envie de travailler pendant 3 mois ?

Et voici sa réponse : si pendant 3 mois tu n’as pas envie de travailler, écoute-toi, car quand tu t’y remettras (car tu vas t’y remettre), tu vas savoir pourquoi tu le fais, et surtout, tu auras estimé que tu en as assez profité.

D’autant plus que je pourrais me le permettre financièrement.

 

On pourrait raisonner de la même manière pour d’autres problématiques liées au corps et au mental : que se passe-t-il si mon corps réclame du sucre pendant une longue durée ? Dois-je l’écouter ?

En toute transparence, je ne sais pas si je saurais écouter mon corps jusqu’au bout, mais j’ai déjà pris conscience de ses besoins. Et je sais que quand je vais à leur encontre…je lutte et rien ne marche.

Si tu n’arrives pas non plus à prendre des décisions en lien avec les besoins de ton corps ou de ton corps, commence déjà par prendre conscience de ces besoins. Ce sera un grand pas.

Puis écoute les pendant une journée pour commencer !

En un jour, rien de méchant ne va t’arriver 😉

.

J’ai donc finalement décidé de prendre un break !

 

Et oui, tu as déjà vu ce message passer dans tes mails il n’y a pas si longtemps, pendant la période de Noël. mais je réitère !

Et pourtant cela m’a pris du temps et du courage de t’écrire ces mots.

 

Pourquoi ?

 

Parce que j’ai beaucoup culpabilisé : à peine un mois après avoir pris des vacances en Laponie, j’arrive au Costa Rica et je décide de me reprendre un break.

 

Mais crois-moi, j’en avais vraiment besoin.

 

Partir à l’autre bout du monde, c’est certes du bonheur mais aussi un bon lot de galères :

– Une mauvaise connexion internet

– Un nouveau climat

– Un jetlag

– Des piqûres de moustique à n’en plus finir

– De l’administratif à gérer à distance

– Une envie d’explorer le pays

 

Par soucis de professionnalisme, je préfère me mettre en mode “découverte” plutôt que de faire les choses à moitié sur le plan professionnel.

Je sens que j’ai besoin de réduire le stress et la frustration en moi, et c’est pour ça que je vais suspendre mes appels découverte sur une période de 10 à 15 jours, car il est compliqué pour moi de savoir où je serai dans 3 jours et si la connexion wifi sera bonne.

Mais ce sera pour t’accompagner au mieux par la suite.

En attendant, je propose des formations en ligne avec un suivi personnalisé que je peux assurer par notes vocales Whatsapp, beaucoup plus pratique pour moi en termes de réactivité et de flexibilité 🙂

Mais d’ici quelques semaines, je serai dans un nouvel endroit où j’ai décidé de me poser…et cet endroit c’est….(tadam)…le Mexique !

Mais je t’en dirai plus prochainement.

Tu auras également un bilan de ce mois au Costa Rica également, car pendant ce break, je vais continuer à t’écrire, ce qui me fait du bien 😉

Ce break sera pour moi l’occasion de me reconnecter à l’essentiel pour moi.

D’autant plus que j’aspire à de nouvelles orientations moins portées sur l’accompagnement business, et plus centrée sur l’accompagnement en changement de vie.

C’est effectivement une étape que je traverse et sur laquelle j’aimerais pouvoir t’aider : quitter ton boulot, te mettre à ton compte, changer de lieu de vie, prendre des décisions personnelles cruciales, bref passer un cap.

 

J’ai réussi à le faire depuis 4 ans :

– En me mettant à mon compte et en refusant le conformisme d’une vie bien rangée

– En lâchant mon appartement parisien et en devenant digital nomad

– En refusant les relations clients malsaines

– En travaillant sur mon amour propre et refusant les relations personnelles déséquilibrée

– En apprenant à me connaître grâce à la quête de mes origines

– En écoutant mon corps et ses besoins

 

Bref, j’aimerais t’accompagner après mon break sur ces thématiques.

.

A long terme, capitalise sur tes forces pour arrêter de lutter 

 

Pour bien commencer l’année sans t’épuiser, j’aimerais qu’on fasse un point sur ce qui va t’aider à aller de l’avant, fluidement :

Et cette chose, c’est la connaissance de toi !

Original non ? 😉

Plus concrètement, je te propose de faire un point sur tes forces et tes faiblesses, pour en prendre conscience, mais surtout prendre les bonnes décisions à l’aune de cette connaissance de toi :  

Pour t’aider, j’ai fait le travail pour moi, et voici ce que ça donne :

 

Mes forces physiques et mentales et sociale :

✅ Des talents artistiques précis (écriture, chant, dessin)

La résilience à beaucoup d’épreuves de la vie

✅ Un bon système immunitaire qui me permet de rester en bonne santé

✅ Un bon cardio, qui me permet de ne pas m’épuiser physiquement

✅ Une bonne estimation du temps

✅ Une bonne mémoire auditive pour retenir l’information utile

✅ Une bonne capacité de synthèse pour retenir l’essentielle d’une information

✅ Une grande persévérance/autodiscipline pour atteindre mes objectifs

✅ Du courage pour prendre des décisions difficiles mais nécessaires

✅ Une grande capacité d’empathie pour me mettre à la place des autres

✅ Une capacité de socialisation et un sens de l’humour pour interagir avec les autres

 

Mais même étant née la Saint-Parfait, je ne suis pas dénuée de quelques défauts…dont j’ai conscience :

 

Mes faiblesses intellectuelles et physiques et sociales :

Des limites artistiques : mauvais sens du rythme, pas de capacité liée aux travaux manuels

❌ Une incompréhension des chiffres et calculs qui sortent de ma logique

❌ Une réticence pour tout ce qui révèle de la technique, qui me semble trop complexe

❌ Une faible acclimatation aux conditions climatiques extrêmes (la sélection naturelle aura raison de moi)

❌ Une mauvaise capacité de concentration pendant une activité passive (lecture, films, musées…)

❌ Une mauvaise orientation dans l’espace

❌ Une mauvaise vue malgré une forte correction

❌ L’impossibilité de rester debout statique pendant longtemps

❌ Une faible tolérance au bruit et à la foule (bon à savoir pour les activités sociales)

 

Cette prise de conscience de mes qualités et défauts me permet de savoir ce qui me correspond et ce qui ne me correspond pas dans la vie sur le plan personnel mais également entrepreneurial.

C’est ainsi en m’écoutant que je gagne du temps et de l’énergie, en déléguant ou refusant de faire ce qui ne me correspond pas. Du sommeil, en étant plus sereine au quotidien, mais également de l’argent car sur le plan énergétique, je deviens plus alignée 🙂

 

C’est à ton tour : 

 

👉 Quelles sont tes forces et tes faiblesses ?

👉 Maintenant liste les décisions personnelles et professionnelles que tu dois prendre cette semaine : si tu dois les prendre en connaissance de tes atouts et faiblesses, que vas-tu faire ?

Aller de l’avant n’est pas toujours un chemin rectiligne

Il y a quelques mois, dans un contexte difficile, j’ai pris la décision de quitter la France pour commencer mon aventure de digital nomade. Entre vent de liberté, courage et fuite en avant, j’ai décidé de reprendre les rênes de ma vie, pour ne plus subir les événements externes.

A 30 ans, j’ai décidé que l’enfermement ne serait pas pour moi.
Cependant, malgré les photos postées sur les réseaux sociaux, ma vie n’est pas toujours rose, comme tu peux t’en douter. Aller de l’avant peut faire passer par des moments de doutes, et le chemin n’est pas rectiligne.
Alors, si toi aussi, tu souhaites aller de l’avant, voici les étapes par lesquelles tu vas peut-être passer !
Mais n’oublie pas, même lorsque tu doutes (et tu vas douter), garde en tête les raisons qui t’ont poussées à franchir un grand pas.
.

Bonne nouvelle, si tu as toujours été un outsider, les choses vont changer ! 

Fais-tu partie de ces gens qui n’ont jamais réussi à rentrer dans les cases ?

Ces cases que la société veut t’imposer :
– Celle du job salarié dans un bureau
– Celle de la propriété, avec l’investissement immobilier
– Celle de la construction d’une vie de famille
Pour résumer, si tu es jeune, célibataire, et indépendant, la société ne te fait pas de cadeau !
Si c’est ton cas, la crise sanitaire que nous connaissons aujourd’hui a changé la donne.
Et oui, car aujourd’hui, une grande remise à plat est en cours :
– Le travail en bureau ne fait plus sens, et beaucoup de salariés questionnent l’utilité et l’intérêt de leur job
– La propriété peut nous ancrer dans une ville au climat anxiogène où l’on ne se sent pas bien
– La vie de famille peut également nous empêcher de bouger comme on le souhaite.
Aujourd’hui, devenir digital nomad est dans l’air du temps.
Sans lien, ni attache, ces nouveaux travailleurs peuvent profiter d’une nouvelle vie dans des pays aux restrictions sanitaires plus souples. Ils prennent ainsi pleinement conscience de leur privilège d’être mobile et flexible.
Ils prennent également conscience des grands avantages d’être indépendant.
C’est personnellement mon cas.
J’avais toujours cherché à rentrer dans les cases de cette société, sans y arriver.
Aujourd’hui, je ne cherche plus à y rentrer, mais surtout, je prends conscience que je vis ma meilleure vie.
Avec rétrospective, je réalise que j’ai pris des décisions courageuses qui m’ont été bénéfiques : 
– Me lancer dans l’entrepreneuriat
– Refuser la médiocrité dans ma vie personnelle
– Plaquer ma vie parisienne et devenir digital nomad
Alors bien sûr, il y a eu des doutes et des peurs : 
– La peur de ne pas réussir à vivre de mon activité
– La peur de finir seule toute ma vie
– La peur de ne pas réussir à traverser la frontière avec les restrictions en vigueur
Mais, il n’est pas de grand changement sans crainte (ni excitation).
Aujourd’hui, toi, l’outsider du passé, peut reprendre les rênes de ta vie !
Mais bien sûr, la victoire se mérite, et voici mes quelques avertissements :
.

1 – Tu vas connaître la solitude (même dans la foule)

Dans la jungle du Costa Rica

En tant que digital nomade, j’ai décidé de m’ouvrir aux rencontres grâce à différentes petites actions que j’ai mises en place :
– L’hébergement en auberge de jeunesse (avec chambre individuelle pour le confort et la tranquillité)
– La pratique d’activités touristiques et sportives
– Les transports en commun
Cependant, il peut arriver que même bien entouré, tu puisses te sentir seul car les rencontres sont éphémères, et que tu ne construis pas de lien de long terme avec les personnes qui croisent ton chemin.
Ca a été mon cas au Costa Rica et au Mexique. Mais, je te rassure, ce sentiment est parfaitement normal.
Ce que j’aurais dû faire, pour palier ce sentiment de solitude, c’est rester dans une ville pendant un petit moment et construire une vie sociale, comme un expat. Ou encore, m’entourer de digital nomades.
Mais je n’étais pas prête pour ça :
– J’avais soif de découvrir de nouveaux environs
– Je n’ai pas trouvé de ville où je me sente assez bien pour me poser
Si toi aussi, tu cherches à construire une nouvelle vie, tu vas sûrement avancer à tâtons et expérimenter différentes choses pour voir ce qui te correspond. Pendant cette période, il est fort possible que tu te sentes seul.
.

2 –  Tu vas vivre une instabilité fatigante

 

Adaptation au climat hivernal lapon en Suède

Comme évoqué dans mon premier point, changer de vie implique de faire des “tests” :
Au niveau de ton hébergement : car il est difficile de trouver le bon équilibre entre la vie en communauté et le besoin de se ressourcer seul (Guesthouse VS Airbnb pour moi)
Au niveau de ton alimentation : car quand on s’immerge dans une nouvelle culture, on perd ses habitudes. Les aliments que tu consommais dans ton ancien quotidien ne sont pas en rayon, et tu n’es pas encore prêt à te lancer dans la cuisine locale. Par conséquent, tu cuisines beaucoup moins.
Au niveau de ton sommeil : ton corps doit s’habituer à un nouvel environnement, un nouveau climat, une nouvelle literie, voire peut-être un décalage horaire. Par conséquent, il est possible que tu dormes mal pendant une période.
Au niveau de tes dépenses du quotidien : payer un billet d’avion, des transports en commun, des courses, des sorties au restaurant, des activités touristiques, des abonnements téléphoniques, des dépenses médicales…tous ces éléments peuvent vite coûter lorsqu’on cherche à s’acclimater à une nouvelle ville ou un nouveau pays.
Pour vivre une vie équilibrée, voici quelques conseils que j’ai appris avec le recul :
Trouve une ville qui correspond à tes attentes : ne va pas à la station balnéaire en vogue si tu n’aimes pas la plage, ni dans un endroit où le climat, la culture et la sécurité ne te conviennent pas.
Trouve une activité locale et régulière à pratiquer : apprentissage d’une langue, activité culturelle ou sportive, travail sur place…
Maintiens des liens réguliers avec tes proches en donnant et en prenant des nouvelles

.

3 –  Tu vas être nostalgique d’une ancienne vie (mas qui n’existe plus)

Dernier afterwork avec les Slowpreneurs avant le Covid (février 2020)

 

J’ai eu mes moments de nostalgie : ceux de ma vie parisienne d’avant le Covid.
Mes amis me manquaient. Les sorties au resto, les cours d’aikido, ma qualité de vie et cette stabilité également.
J’ai même parfois songé à retourner en France.
Mais je me suis rappelée que cette vie n’existait plus : 
– Mes amis ne se voient plus tant que cela
– La vie culturelle et sportive n’existe plus
– L’hiver est bien là
– Paris est devenue une ville fantôme où le couvre feu dirige la vie sociale.
Et c’est en repensant à cela, ainsi qu’aux messages envoyés par mes proches que je me suis souvenue des raisons qui m’avaient poussée à partir.
Ma vie n’est pas toute rose et je suis partie avec un pincement au coeur. Mais mon pragmatisme et mon instinct de survie me rappellent que j’ai fait les bons choix.  C’est ça la résilience.
Si tu quittes une ville, un job, ou une personne, tu peux être nostalgique, mais rappelle-toi pourquoi tu as pris cette décision difficile : veux-tu vraiment revenir à cette situation qui t’a fait tout plaquer ? 
.

4 – Tu vas perdre tes repères personnels et professionnels 

Marche dans la neige en Laponie

 

Changer de vie implique des changements sur le plan personnel et professionnel.
Les rencontres que l’on fait mais également e contexte changeant nous pousse à nous poser la question du sens de ce qu’on entreprend : au fond, qu’est-ce qui compte vraiment ? 
Ca a été mon cas, où j’ai réalisé que je n’étais plus alignée avec mon activité. 
Mieux que ça, j’ai compris que le principe de trouver sa voie une bonne fois pour toute n’était pas fait pour moi. Pourquoi ? Parce que je suis incapable d’avoir une vision stable et long termiste. Et encore moins sur le plan professionnel. Et pourtant, je me suis posée à plusieurs reprises sur une feuille pour écrire ma vision théorique. Mais soyons honnête, ce n’était que me mentir à moi-même !
.
Alors j’ai arrêté le bullshit, et je me suis reconnectée à ce qui me stimulait vraiment dans la vie  :
– Les voyages
– Ma vie sociale
– Un confort de vie
– Etre utile, même si cela peut changer de forme.
.
Pas de désir de sauver le monde, non.
.
Sur le plan personnel, le Covid m’a fait prendre conscience que j’aurais pu voyager plus avant la pandémie, surtout dans les destinations qui me semblent aujourd’hui utopique (mais je crois encore à mon voyage au Japon).
.
Ma nouvelle philosophie de vie est donc la suivante: Yolo/Pura Vida/Carpe Diem/Hakuna Matata
Tu l’auras compris, il s’agit de profiter de ce que je peux faire maintenant car on ne sait pas de quoi demain sera fait.
Pour une control freak comme moi, c’est une révolution !
Mais pour en arriver là, j’ai dû faire un break de boulot (non sans culpabiliser) et me reconnecter à cet essentiel.
.
Si tu changes de vie, tu vas probablement perdre tes repères, mais ce sera le moment de faire une pause et te connecter à ce qui compte vraiment pour toi sur le plan personnel et professionnel : si la vie s’arrêtait demain, que ferais-tu aujourd’hui ?
.

Alors comment reconstruire une nouvelle vie à partir de rien ?

Durant mes 30 ans d’existence, j’ai du me reconstruire une vie à plusieurs reprises :
La première fois, à Lyon en 2015, lorsque tous mes amis avaient quitté la ville pour partir travailler à Paris, et que je suis restée seule, et en recherche d’emploi.
Et la deuxième fois, ici au Mexique, en tant que digital nomade à Oaxaca.
Ce n’est jamais facile de reconstruire un cercle social à partir de rien, ni de se recréer des habitudes et se sentir bien dans cette nouvelle ville ou lieu.
Et pourtant, cela témoigne d’une grande capacité de résilience, que seul un besoin d’aller de l’avant peut engendrer.
Alors concrètement, comment construire une nouvelle vie à partir de rien ?
En reconstruisant un cercle social qualitatif.
Pour te sentir bien dans un lieu, tu auras besoin de t’entourer de personnes de confiance et de bonne compagnie.
Pour cela, commence par rencontrer des gens :
Grâce aux groupes Facebook liés à des activités de proximité ou d’une communauté spécifique dans une ville.
A Oaxaca, par exemple, j’ai rejoint l’ensemble des groupes français et francophones de la ville, et j’ai rapidement rencontré des personnes, que je vois aujourd’hui régulièrement.
Grâce à des activités locales
A Oaxaca, je me suis inscrite à un club d’aikido, pour continuer la pratique, ce qui me permet de pratiquer mon espagnol et sympathiser avec des locaux, tout en initiant des habitudes grâce à cette activité régulière (3 fois par semaine)
En te rendant à des événements liés à un centre d’intérêt 
Événement professionnel ou culturel, ces sorties te permettent d’inteagir avec de nouvelles personnes sur place et créer de connexions, qui peuvent être durables
En faisant du bénévolat 
C’est ce que j’avais fini par faire à Lyon, où je m’étais engagée auprès de l’association Makesense pour aider des projets à impact positif à émerger.
En utilisant des applications de dating
Ne l’oublions pas, ces applications de rencontre te permettent également de rencontrer de nouvelles personnes en plus petit comité. Bien sûr, tu peux préciser la raison pour laquelle tu décides d’être sur ces applications pour éviter toute ambiguité.
Ces différentes actions m’ont permis de rencontrer de nouvelles personnes et de me reconstruire une nouvelle vie à partir de rien.
Car la résilience, c’est bien cette capacité à se reconstruire une nouvelle vie rapidement.
Si tu as peur de faire un pas en avant et de changer de vie, pense qu’il y aura toujours des solutions pour t’adapter, à condition de faire le premier pas 🙂

Conclusion

Voici donc ta feuille de route, basée sur mon expérience personnelle, pour te préparer au mieux à ton changement de vie. Comme tu le vois, changer de vie, n’est pas un chemin rectiligne, et moi-même, je ne suis pas encore sur une autoroute. Mais c’est grâce à l’apprentissage, que l’on pose les pavés de cette nouvelle chaussée : doucement mais sûrement.
Alors, prêt à bifurquer ? 😉

Bilan d’un mois de digital nomad au Costa Rica : entre liberté et fatigue

Pour éviter de subir un troisième confinement français, j’ai décidé de partir au Costa Rica pendant un mois, pays réputé pour sa biodiversité mais aussi sa sécurité. Je viens d’achever un mois en tant que digital nomad au Costa Rica et j’aimerais vous proposer un bilan de ce séjour, sans filtre, comme à mon habitude 🙂  Pendant un mois, j’ai arpenté les différents paysages du pays, découvert sa culture, rencontré des locaux et non locaux. Voici donc mon bilan humain, financier et culturel de ce mois de Pura Vida.

.

 

1 – La “pura vida”, un mode de vie décontracté, auquel nous ne sommes pas habitués 

 

Une soirée détente à Puerto Viejo, cote caribéenne du Costa Rica, ou Bob Marley est un dieu local

 

“Pura vida” est une expression populaire au Costa Rica que l’on utilise à toutes les sauces. C’est une sorte de “Hakuna Matata” local, ce qui signifie “pas de soucis”. Et c’est vrai que les ticos (habitants du Costa Rica), ne sont pas des gens stressés. Ils prennent la vie comme elle vient avec ses aléas, tout en relativisant les malheurs qu’elle apporte.

Les coupures d’électricité, la lenteur du service dans un restaurant…tout cela fait partie de la vie, et que peut-on y faire après tout ?  

En tant que sérieuse “control freak” qui aime planifier ses journées, j’ai dû m’adapter à ce mode de vie plus “slow”, où la notion du temps n’est pas la même que dans nos pays occidentaux. Et c’est vrai qu’il n’y a souvent aucune raison d’être si pressé 😉

D’ailleurs, planifier mes différentes excursions en amont a souvent été vain car rien ne se prévoit à l’avance ici et tout se fait au dernier moment. C’est une autre mentalité qu’il faut comprendre pour bien vivre son séjour au Costa Rica.

Heureusement pour moi, les ticos que j’ai rencontrés sont pour la plupart extrêmement généreux et prêt à nous aider dès qu’ils le peuvent (surtout quand la barrière de la langue peut être handicapante). 

.

2 – Un émerveillement sur le plan visuel et humain

 

Cascade de Rio Céleste (en vrai il y a 15 touristes derrière moi)

Le Costa Rica est un pays dont la biodiversité est très riche : depuis 30 ans, le pays a entamé une politique de reforestation, comprend 5% de la biodiversité mondiale, et 25% de son territoire est devenu des parcs nationaux protégés. 

J’ai pu observer une faune propre aux pays tropicaux (singes, tapirs, paresseux, toucans, colibris…) et une végétation digne d’une jungle amazonienne. 

Au-delà de ces paysages protégés, le Costa Rica est riche de rencontres stimulantes et régulières. Chaque nouvelle opportunité est une rencontre et chaque rencontre créée une nouvelle opportunité.

Ici les interactions avec les locaux et voyageurs sont faciles !

On rencontre les gens partout : dans les hôtels et auberges de jeunesse, dans le bus, dans les bars, dans les excursions, mais également si on pratique une activité régulière. Je me plaignais à Paris de ne pas voir de nouvelles têtes, le problème a été résolu ici !😜

Chaque rencontre est facile, et m’a permis de découvrir les raisons du voyage de chacun et son parcours de vie (pour les digital nomads et backpackeurs) mais aussi de découvrir des lieux inédits et de pratiquer mon espagnol avec les locaux. 

C’est la diversité de ces rencontres qui rend la planification obsolète ! 🙂
.

3 –  Une bonne hygiène de vie sur le plan physique et alimentaire 

 

Les “naturales” sont des fruits mixés, souvent sans sucre ajouté, que l’on commande régulièrement pour se rafraichir et faire passer l’attente du plat qui peut tarder à arriver 😉

 

Pendant ce mois au Costa Rica, j’ai énormément marché : une moyenne de 10 km par jour, auxquelles s’additionne mon sport quotidien (jogging/hiit). 

A côté de cela, j’ai peu bu et n’ai pas abusé de sucreries. Résultats : j’ai perdu du poids.

Au niveau de mes habitudes alimentaires, j’ai peu cuisiné et mon régime était fait de tortillas/avocat/tomates/frijoles(purée de haricot rouge)/fromage, car je n’avais pas le courage de me lancer dans de la cuisine dans des cuisines communes….

J’ai également beaucoup mangé de fruits, sous forme naturelle (ananas, mangues, pipas fresca) ou en jus sans sucres ajoutés. 

Au restaurant, je demandais à changer les papas (pommes de terre) et patacones (bananes plantains) contre des légumes. Car au Costa Rica, la nourriture est grasse, souvent frite et les légumes se font rares (d’ailleurs les ticos sont bien portants…)

Sur le plan bien être, j’ai fait quelques massages pour réduire mon stress du quotidien, et je commence à instaurer le massage dans mes habitudes de vies (ici moins cher qu’en France, mais pas donné pour autant). 

Je ne médite pas à proprement parler (avec un CD de Christophe André) mais je marche souvent seule, et c’est pour moi une façon d’observer la nature en pleine conscience, sans trop réfléchir, et d’apprécier ce qu’elle m’offre (souvent des animaux observés dans leurs activités quotidiennes). 

Bref, en période de pandémie, s’entretenir le corps et l’esprit est la meilleure des choses pour booster ses défenses immunitaires 🙂

Sur le plan sanitaire (Covid), les ticos mettent à disposition des vrais lavabos et du savon devant chaque restaurant et structure touristique, et la prise de température est assez fréquente pour rentrer dans un lieu clos. Le port du masque est obligatoire dans les lieux publics fermés, même si dans les caraïbes et sur la côte pacifique, on peut avoir tendance à facilement l’oublier. Aujourd’hui, le Costa Rica s’en sort bien mieux que la France avec des mesures moins restrictives..mais au delà de ces mesures, je pense que le mode de vie “pura vida” réduit beaucoup le stress et l’anxiété, et renforce également les défenses immunitaires 

.

 

4- Mais des galères du quotidien inévitables 

 

S’assurer d’avoir une bonne connexion wifi, le combat permanent au Costa Rica

 

Partir à l’autre bout du monde comprend aussi son lot de galères, et le Costa Rica n’échappe pas à la règle !

Tout commence par un jetlag, avec un décalage horaire de 7 heures : il faut donc bien penser à calculer l’heure des rendez-vous professionnels pour éviter les incompréhensions. 

Il faut également bien se rappeler que le Costa Rica a différents climats et emporter les vêtements adaptés, ce qui n’a pas été mon cas. Effectivement, le Costa Rica était pour moi, un pays chaud, et humide : je n’avais donc pas prévu assez de vêtements chauds pour San José (la capitale, venteuse, et dont les nuits sont fraîches) et Monteverde, dans les montagnes où j’ai dû demander une couverture supplémentaire à l’hôtel et acheter un legging chaud.

Outre le climat, les moustiques peuvent gâcher une partie de votre séjour. Malgré les différents anti-moustiques, je me suis faite dévorer en me réveillant la nuit pour me gratter, ce qui est extrêmement désagréable. 

L’autre problématique que j’ai rencontré au Costa Rica a été technologique : problèmes de coupures d’électricité dans les Caraïbes (pas très pratique quand on est digital nomad), mauvaise connexion dans beaucoup d’hôtels et difficulté à comprendre les offres d’abonnement locaux pour utiliser internet sur mon téléphone. Résultat : j’ai payé cher (et c’est mon prochain point).

.

5 – La question fondamentale du budget au Costa Rica 

 

Au Costa Rica, on paye en Dollars, ou en Colones, la monnaie locale

Le Costa Rica, comme son nom l’indique, n’est pas une destination économique. On le surnomme d’ailleurs la Suisse de l’Amérique latine (et ce n’est pas pour sa verdure et ses vaches). 

Certes, je le savais en théorie en lisant les nombreux commentaires et avis sur le pays en amont de mon voyage. Mais je l’ai surtout expérimenté au quotidien. 

En un mot : TOUT est payant. 

Les plages, les cascades, les parcs, l’ensemble des excursions…quasiment rien n’est gratuit. 

Je comprends évidemment le besoin de protéger les sites naturels, mais j’ai beaucoup eu l’impression d’un touriste qu’on cherche à faire raquer. Par ailleurs, cette billetterie à l’entrée de chaque site “casse” la dimension “découverte spontanée” de la nature car on sait souvent exactement ce qu’on va voir.

Beaucoup de paiements se font en liquide, ce qui rend la comptabilité difficile..heureusement, en tant qu’entrepreneur, j’ai bien traqué mes dépenses pour me faire une note de frais globale à la fin du mois ! 

De plus, la vie locale n’est pas “cheap” : pour un repas au resto, comprenant un plat et une boisson, vous vous en sortez pour l’équivalent de 12 euros. Certes, moins cher qu’en France…mais beaucoup plus qu’à Lisbonne où j’étais en novembre ! 

En dehors des excursions, j’ai également payé cher mes différents hébergements : j’ai dû dépenser presque 900 euros pour me loger. Je précise que je choisissais à chaque fois un hébergement en chambre individuelle avec salle de bain privative, mais j’avais besoin d’être dans ce confort pour bien travailler. 

Autre source de dépense : mon forfait téléphonique avec abonnement local. Bien que l’achat d’une carte Sim ne coûte qu’un dollar, vous aurez besoin d’un forfait internet. J’ai choisi un forfait de 4 gigas que je renouvelais chaque semaine…l’équivalent de 8 euros par semaine. A cela s’ajoutait mon forfait Sosh + mon pass Costa Rica Sosh pour le début de mon séjour et que j’utilise en back up lorsque je n’avais plus de donnés mobiles. 

J’ai donc dû dépenser près de 90 euros de forfait internet ce mois-ci.

Pour mon prochain voyage, je pense changer de forfait et passer chez free qui propose 25 gigas de données mobiles pour 20 euros par mois. 

Mais c’est en dépensant trop d’argent que l’on apprend 🙂

.

6 – Un équilibre de vie difficile à trouver

 

Entre voyage et digital nomadisme

Pendant ce mois au Costa Rica, j’ai beaucoup bougé, pour découvrir le pays mais aussi pour trouver un endroit où je me sente bien. J’ai donc fini ce mois fatiguée, car j’étais plus en mode baroudeuse que nomade “posée”.

J’ai beaucoup culpabilisé de cette situation quand je regardais mes amis digital nomad bien installés au Mexique. Moi, j’étais dans un entre deux, attirée par la conquête du Costa Rica, pas alignée sur le plan professionnel et en quête d’un lieu que j’aurais pu appeler “maison”.  Même en tant que digital nomad.

Alors j’ai pris une décision difficile pour moi : celle de faire un break. J’ai d’abord culpabilisé car je sortais à peine d’une semaine de vacances en Laponie. Mais mon corps et ma tête en avaient besoin. 

Et puis, en observant la vie d’autres digital nomades, j’ai compris ce qu’il me manquait pour me poser  :

  • Des activités extra-professionnelles régulières pour me créer une routine (je n’ai pas pu pratiquer l’aïkido régulièrement)
  • Une vie citadine dans laquelle le piéton reprend ses droits (je vous assure que ce n’est pas le cas au Costa Rica) 
  • Une offre culturelle développée (le Costa Rica est un pays de nature, et non de culture)

 

Et je pense trouver cela dans ma future destination : Oaxaca, Mexico ! Capitale de la gastronomie mexicaine, cette ville me permettra également de pratiquer l’aïkido à main nu (très important pour moi), de déambuler dans les rues et découvrir la culture locale du pays. 


.

Conclusion : une belle découverte, mais qui a ses limites

 

Pour conclure cette expérience de digital nomadisme au Costa Rica, je dirais que j’ai vécu une belle expérience dans le pays de la pura vida :  mon premier pays d’Amérique Latine, qui m’a challengé dans ma pratique de l’espagnol, et de la vie seule sur un continent lointain. Sur le plan personnel, j’ai appris à me poser les bonnes questions, me ressourcer pour savoir ce qui me correspondait et ne me correspondait pas. Sur le plan professionnel, j’ai utilisé ce temps pour faire le vide grâce à un break nécessaire. Cap maintenant vers une nouvelle destination, que je souhaite plus posée, et encore plus satisfaisante grâce à cette première expérience au Costa Rica ! Pura vida. 

.

👉Si vous vous  voulez réveiller le digital nomade en vous et franchir le pas,  mon programme “Reprendre sa vie en main dans un contexte de crise”, va vous plaire !

Programme pris en charge par le chèque numérique à hauteur de 500 euros 🔥

 

5 apprentissages du voyage à appliquer dans ta vie personnelle

Ça fait maintenant un mois que je suis partie au Costa Rica. Au-delà de la beauté des paysages et de mon besoin d’évasion, j’en ai tiré quelques apprentissages.
5 précisément. Et je te les livre !

1 – L’amélioration de ses capacités linguistiques n’est possible qu’en pratiquant

Oui cela peut sembler évident, mais je l’ai vraiment constaté.

Voyager en Amérique latine était pour moi un véritable défi, car au delà de l’éloignement géographique avec l’Europe et de mes a priori sur la sécurité sur ce continent, la langue était un autre blocage.

J’ai pris des cours d’espagnol pendant 8 ans à l’école puis à la fac…mais je n’ai jamais eu l’occasion de le pratiquer dans un pays hispanophone.

Résultat des courses : nada.

J’ai donc dû apprendre à sensibiliser mon oreille à cette nouvelle langue, en liant vocabulaire et débit de langue.

Après avoir passé une semaine à parler comme une vache espagnole, j’ai finalement réussi à me débarrasser de ma timidité linguistique (merci l’école !) et oser m’exprimer.

L’élément déclencheur ?(
Je dirais qu’au Costa Rica, 60% des gens ne parlent pas anglais. Par conséquent, si tu veux manger, faire ton linge, ou demander ton chemin, il va falloir y mettre un peu du tien 😜

Aujourd’hui, je fais de grosses fautes de temps, et je manque de vocabulaire, mais mon espagnol est en forte progression.

Et puis, j’ai toujours l’anglais en back up 😉

2 – Rencontrer de nouvelles personnes ne demande pas beaucoup d’effort

Je n’ai jamais retrouvé autant d’humanité que depuis que je voyage. La solidarité entre voyageurs mais aussi locaux, et les rencontres et relations humaines qui en découlent sont simples, sincères et fluides.

Ici, plus de méfiance ni de défiance envers l’autre.

On en apprend sur le parcours de vie de chacun, ce qui l’a amené à voyager, sa vie d’avant la pandémie, ses projets, mais aussi ses conseils et bons plans pour voyager.

Les locaux aussi nous livrent leurs vies et nous font découvrir leur univers, à condition d’être ouvert à la rencontre.

Alors comment interagir avec de nouvelles personnes facilement ?

✅ Aller dans des lieux propices aux rencontres (Guesthouse, coworking)
✅ Manger dans les lieux où vont les locaux (Soda, au Costa Rica)
✅ Utiliser les groupes Facebook et app de dating pour faire des rencontres en petit comité
✅ Prendre les transports en commun

Moi qui n’osais pas aller vers les autres, je me suis même surprise à initier des conversations !  😉

3 – Développer son sens de la débrouillardise au quotidien est essentiel

Quand on voyage, il faut apprendre à se débrouiller seul !
C’était ma grande crainte il y a quelques mois lorsque j’aspirais à voyager seule et loin.

Mais le Covid a pointé le bout de son nez et toutes mes appréhensions liées au voyages m’ont paru secondaire face à la peur de revivre un nouvel enfermement.

Je me suis donc jetée à l’eau (comme pour les langues) et j’ai appris à demander plutôt que de passer des heures à chercher seule une information que je ne trouverais jamais.

J’ai appris à voyager avec moins pour ne pas me surcharger d’affaires au quotidien (encore en cours de progression)

J’ai appris à acheter des vêtements et objets pour des usages multiples : le paréo sert d’écharpe, de serviette mais aussi de robe de plage.
Le legging de pyjama et de tenue de froid.
Le couteau d’ustensile de cuisine mais pas que.

Bon, je ne vis pas à Kho-lanta non plus, mais je suis dans la jungle, et je veux survivre 😉

4 – L’adaptabilité et de flexibilité sont des qualités essentielles au voyage mais pas que

 

Voyager en 2021, c’est accepter de revoir ses plans, et d’en faire de nouveaux en fonction de la situation sanitaire.

Comment faire quand tel lieu est fermé ? Tel pays imposant X restrictions ?

Et bien il faut oublier le voyage organisé et vivre au jour le jour : pura vida !

Moi qui suis de nature planificatrice, je me suis laissée avoir : à force de trop planifier, on se crée des conditions de voyage pas assez flexibles, et on ne se laisse pas le temps de vivre dans un endroit pour savoir si on va l’apprécier ou non.

Je suis restée trop longtemps à San José et Puerto Viejo.
Dans la première ville, j’ai utilisé ma capacité de débrouillardise pour trouver de nouveaux plans et m’occuper.
Dans la seconde, j’ai annulé quelques réservations pour écourter mon séjour, mais avec quelques frais.

Maintenant, je sais que je ne réserverai pas plus de deux nuits dans un endroit 😉

5 – L’apprentissage du lâcher-prise  permet de mieux vivre le voyage

Je ne suis pas d’une nature décontractée, et le lâcher-prise est pour moi une épreuve. Mais comme tu le sais, il y a des choses qu’on ne peut contrôler.

🔹 Les aléas de ta connexion internet
🔹 Les aléas du boulot : tu peux connaître des périodes creuses et des périodes pleines à peu d’intervalle de temps
🔹 Les aléas de ta santé ou de ton état d’esprit
🔹 Les horaires des transports dans un pays d’Amérique latine
🔹 La météo au Costa Rica
🔹 Les aléas de la qualité des excursions guidées que l’on te propose
🔹 Ne pas savoir dans quel lieu tu seras dans une semaine.

Bien sûr, avec l’expérience, on peut apprendre de certaines erreurs, mais on n’est jamais à l’abri d’une nouvelle.

Aujourd’hui, lorsque je ne suis pas dans les bonnes conditions pour travailler ou que mon corps me dit de prendre un break, je commence à l’écouter et faire quelque chose pour me faire plaisir (ce sera souvent un massage ou un bon plat).

De même, je sais que lorsque je perds de l’argent, lorsque je perds mon temps, lorsque j’ai commandé le mauvais plat, ou le mauvais hôtel, je fais des erreurs que je ne reproduirai pas ! Et je le vois (vraiment) comme un apprentissage.

Je ne suis pas zen, mais je philosophe mon quotidien 🤠

Voici donc les 5 apprentissages que j’ai tirés du voyage. J’espère qu’ils pourront toi aussi te servir dans ton quotidien !

 

Comment sortir des cases et créer ses propres normes

La société, comme le monde de l’infopreneuriat nous impose une pression et des normes auxquelles il est difficile d’échapper. Pourtant, remettre en questions ces normes nous permettrait de mieux nous épanouir au quotidien. C’est en en prenant conscience que j’ai réussi à devenir une entrepreneuse et une femme plus libre. Et voici les ingrédients pour arriver à trouver la recette !

 

S’enlever la pression du quotidien pour mieux vivre sa vie 

Au quotidien, on a tendance à se mettre la pression sur différents points : 

Le travail

La réussite sociale

La réussite en couple

La performance physique

L’attractivité 

Cette pression nous pousse à rentrer dans des cases dans lesquelles on ne match pas forcément.

Toute ma vie, je me suis mise la pression pour rentrer dans ces cases :

🔹 Travail 

🔹 Logement

🔹 Relations intimes

🔹 Loisirs et relations sociales.

Et puis les années ont passé et j’ai commencé à dire “merde”.

Pourquoi subir tant de pression pour être aussi malheureuse ? Et si peu alignée ?

Aujourd’hui, j’ai réussi à me libérer de beaucoup de pression : 

Je me suis enlevée la pression financière

Je me suis enlevée la pression de l’aikido

Je me suis enlevée la pression d’une relation de couple

Je me suis enlevée la pression de mon apparence physique.

Quelle est ma recette miracle ?

Voici mes tips du moment : 

Je lutte contre le stress avec la naturopathie (compléments alimentaires + travail sur la digestion + son binauraux + respiration)

J’écoute mon corps pour réussir à lâcher prise : quand je me sens épuisée, je n’ai pas d’autre choix. 

J’apprends à gérer mes émotions avec l’EFT. Bien sûr, tout n’est pas encore parfait : il reste des choses à améliorer, mais je vis beaucoup mieux ma vie à 30 ans qu’à 20 ans. Et je pense que je serai encore plus épanouie dans 10 ans que maintenant. 

Nous le voyons en ces temps difficiles, la vie est courte, nos moments les plus joyeux peuvent nous être retirés. Alors arrêtons de vouloir rentrer dans des cases qui ne nous correspondent pas. Et vivons bien tant que nous le pouvons ! 

Enlevons-nous toute cette pression pour être totalement nous même et ne pas avoir de regrets pour les 10 prochaines années.

Et toi, te mets-tu la pression au quotidien ? Quelle serait la première action que tu pourrais mettre en place pour t’enlever un poids ?

 

Réussir à sortir des sentiers battus quand on est entrepreneur

Si tu es entrepreneur dans un secteur ultra-concurrentiel, il peut te sembler difficile de te démarquer du lot et devenir visible. Tout le monde applique les mêmes stratégies de marketing et au final, tout le monde se retrouve à dire et à faire la même chose.

Alors comment sortir du lot ?

En suivant ton intuition et en étant toi-même !

Pour cela, écoute-toi, et fais ce qui te parle. Si tu sens que tu devrais communiquer de telle manière à tel moment, vas-y ! Ne pense pas toujours stratégie mais ressens les choses.

Ensuite, apprends à être toi-même au quotidien quand tu entreprends. Pour cela, refuse les stratégiques qui ne te parlent pas, qui te prennent de l’énergie et qui feront de toi un mouton dans la prairie du marketing.

Ose innover et faire ce que personne ne fait (si ça te fait envie).

Quel risque prends-tu ? Une perte de ventes ? Peut-être.

Mais tu auras raté en étant toi-même.

Et mieux vaut échouer en s’écoutant qu’en se disant avec regret qu’on n’aurait pas dû suivre l’avis d’un autre.

Et c’est la même chose si ça marche. Tu auras ainsi la confirmation que t’écouter te permettra de prendre du plaisir au quotidien dans tes actions de communication, mais que tu n’es pas obligé d’en baver pour réussir.

Apprendre à être toi-même, c’est très difficile. Mais c’est un pari qu’il faut oser prendre pour enfin sortir des sentiers battus et se faire un nom dans la place 🙂

Arrêter de chercher l’inspiration chez les autres et devenir sa propre source d’inspiration

Je ne sais pas où tu puises ta créativité, mais pour moi, elle ne vient clairement pas de l’inspiration des autres.

 

Et j’ai mis du temps à l’assumer.

🔹 J’ai pendant longtemps lu des livres sur l’entrepreneuriat,

🔹 Ecouté des longs podcasts

🔹 Assisté à des meetups d’entrepreneurs inspirants

🔹 Observé le feed des réseaux sociaux des entrepreneurs en vogue

Et bien, tu sais quoi ?

Rien de cela ne m’a inspiré pour créer (et tu sais à quel point, je produis des contenus régulièrement depuis presque 4 ans).

Pire que ça, a miné ma créativité : 

Car je plagiais sans le vouloir

Car j’adoptais une communication qui n’était pas “moi”

Car je déprimais à regarder la vie parfaite de ces entrepreneurs qui ne laissent paraître aucune faille

Car analyser le parcours d’un inconnu ne me parlait souvent pas.

J’ai donc décidé d’assumer et d’arrêter de faire semblant de m’inspirer en devenant inclassable.

 

Et je me suis posée une question essentielle : qu’est-ce qui explique ma créativité et ma régularité dans mes contenus depuis 4 ans ? 

L’observation de ma vie quotidienne : mes interactions sociales sur le plan personnel et professionnel 

Mon parcours de vie, ses moments de joie et de drame

Mes relations clients

Mes échecs et mes victoires d’entrepreneure

Mes voyages

Mon lâcher-prise (quand j’y arrive) 

 

C’est tout ça qui forme la recette “magique” de ma créativité aujourd’hui. 

Cette créativité est unique car elle vient de mon expérience personnelle et de mon ressenti. 

Et toi, pourquoi ne créerais-tu pas une belle histoire qui dure ? 

Fais-toi confiance 🙂 

 

Conclusion

Les normes sont dans tous les domaines de ta vie, mais c’est seulement une fois que tu les auras identifiées que tu pourras sortir des cases. Sortir des cases fera peut-être de toi un outsider mais te permettra de mieux vivre ta vie, sans pression ni influence négative. Alors, tu commences quand ?

Ce que mon combat pour la liberté m’a permis d’accomplir pour mon entreprise et ma vie personnelle

La liberté est une valeur essentielle à mes yeux que j’incarne au quotidien à travers mes décisions. C’est au nom de la liberté que je me suis lancée dans l’entrepreneuriat, mais également au nom de la liberté que je suis devenue digital nomade. Ces accomplissements personnels sont-ils égoïstes ? Peut-être, mais ils m’ont permis d’inspirer une grande partie de ma communauté, qui souhaite également passer à l’action. Cette vision ultra personnalisée que je porte n’est donc pas dépourvue d’impact. Si tu as de valeurs que tu portes au fond de toi, voici comment les exploiter pour mieux vivre de ta vie mais également aider toute une communauté !

La première étape vers ma liberté professionnelle a commencé il y a 3 ans, avec une grosse décision.

 

Il y a 3 ans, j’ai commencé le premier jour du reste de ma vie.

Il y a 3 ans, je quittais mon job salarié. Je me lançais non sans peur, dans le grand bain de l’entrepreneuriat.

Et pourtant, je suis allée au delà de ce que j’aurais pu imaginer :

Le moi d’il y a 3 ans n’aurait jamais imaginé vivre de son activité en quelques mois

Le moi d’il y a 3 ans n’aurait jamais imaginé pouvoir générer plus de 10 000 euros par mois

Le moi d’il y a 3 ans n’aurait jamais imaginé publier dans des médias de renom

Le moi d’il y a 3 ans n’aurait jamais imaginé investir autant pour me former

Le moi d’il y a 3 ans n’aurait jamais imaginé pouvoir louer un T2 dans le centre de Paris

Et pourtant, le moi d’aujourd’hui a réussi.

Par chance ?

Certainement pas.

Par travail et détermination oui.

Ai-je eu peur ?

Evidemment.

Mais la peur ne doit pas t’empêcher de passer à l’action. Elle doit être une excitation interne qui te pousse à aller vers ce que à quoi tu aspires réellement.

Alors, si tu t’écoutes vraiment, quelle décision vas-tu prendre ?

 

La deuxième étape a été une prise de conscience : la chance n’existe pas, elle se créé

Il y a quelques jours, j’étais dans la voiture avec ma mère et nous échangions sur mes futurs “voyages” en tant que digital nomade.

Je mets ici le mot voyage entre guillemets car il ne s’agit pas de vacances. Ce qui n’est pas forcément facile à faire comprendre à son entourage.

Mais là n’est pas la question.

Si je t’écris aujourd’hui, c’est parce qu’une de ses remarques m’a fait réagir.

Et cette remarque était la suivante : “tu es une privilégiée de pouvoir voyager comme cela, tout le monde n’a pas cette chance”.

Cette remarque aurait pu paraître anodine, mais j’ai réagi au quart de tour.

NON je ne suis pas plus privilégiée qu’une autre, j’ai fait des choix de vie :

– Celui de me mettre à mon compte, avec toute la prise de risque que cela implique (j’ai quitté un emploi mal payé ou mon chômage équivalait au SMIC) .

– Celui de ne pas avoir de vie de famille à 30 ans parce que ce n’est pas ma priorité actuellement

– Celui d’avoir investi pour me faire accompagner, et mettre en place des stratégies qui ont augmenté mon chiffre d’affaires, et par conséquent, ma trésorerie.

J’ai également des désavantages au quotidien que j’accepte :

La précarité économique

– La précarité sentimentale

– La précarité en termes de logement

Qu’est-ce qui empêche un salarié de quitter son job aujourd’hui ?

– Sa vie de famille

– Son prêt immobilier

Mais ce sont des choix de vie qu’il a fait dès le départ !

Maintenant, mes voyages coûtent-ils cher ?

– J’ai exposé dans un précédent article, et avec transparence, le coût mensuel d’un mois de digital nomadisme au Portugal et en Suède.

– Cela me coûte moins cher que de vivre à Paris

– J’ai aussi fait le choix de quitter mon appartement pour ne pas payer de double loyer (une décision difficile pour moi)

– Je peux aussi faire le choix de voyager dans des destinations plus économiques

– Et d’y rester plus longtemps pour amortir les prix des billets d’avion.

Pour contrebalancer cette remarque, et après avoir écouté ma réponse, ma mère m’a également dit que mes choix de vie étaient courageux, et qu’elle n’aurait pas réussi à faire la même chose.

Et c’est là qu’elle a pointé quelque chose de juste 

La plupart des gens n’auraient pas franchi le pas de l’entrepreneuriat ou du digital nomadisme, par peur.

Et quand j’affirme ça, je l’affirme sans jugement.

Il s’agit juste d’un constat.

Et c’était aussi mon cas il y a 4 ans, ou jamais je n’aurais envisagé l’entrepreneuriat comme une voie professionnelle car trop “risqué”, mais le salariat m’avait tellement fait souffrir que mes peurs ont disparu pour laisser place à l’action.

Et c’était le cas récemment où le traumatisme du premier confinement a ébranlé mon instinct de survie, qui m’a crié à gorge déployée : “FUIS ET RESTE LIBRE”.

La souffrance m’a fait faire des choix qui m’ont fait dépasser mes peurs.

Ce n’est pas de la chance.

C’est du courage.

Heureusement, cela paye.

Alors bien sûr, je suis plus privilégiée qu’une personne non éduquée, et sans aucune ressource. Mais pas plus que monsieur et madame tout le monde qui travaille 35 heures par semaine et qui profite de ses week-end, et de ses vacances.

On a souvent le choix, mais on n’en prend que peu souvent conscience. Et cette prise de conscience est le début d’un nouvel éveil dans ta vie personnelle ou professionnelle :

Tu peux dire non au conformisme d’une vie bien rangée

A la pression sociale du quotidien

A un patron tyrannique

Mais sortir des cases implique de prendre des risques.

Maintenant, tu te sens prêt ?

.

La troisième étape a été l’évangélisation de ma communauté : en devenant une source d’inspiration pour les entrepreneurs (mais pas que)

Depuis que je me suis lancée dans l’aventure digital nomade, j’ai essuyé un certain nombre de critiques (minimes certes), qui m’ont donné envie d’écrire ce petit post.

En effet, on m’a reproché (à moi, comme à d’autres digital nomads) d’être irresponsables de partir en période de crise sanitaire.

Je peux comprendre l’argument, même si j’ai du mal avec le jugement. Mais rappelons que les digital nomads sont principalement des travailleurs vivant seuls et qu’en période de confinement, la solitude devient très difficile à supporter. Voyager, pour un entrepreneur digital nomad, c’est acheter sa santé mentale, mais également sauver son business en sauvant sa créativité.

Pour ma part, je ne me suis jamais sentie aussi bien que depuis que j’ai trouvé dans le voyage, le sens de ma vie : je n’ai plus de colère, je suis de plus en plus créative, et mieux encore : j’inspire autour de moi.

Cette faculté d’inspiration est ce que mon amie Céline Afonso Tirel appelle le “self care inspirant” : il s’agit de se chouchouter et de travailler sur son propre bien-être, son propre mode de vie idéal, pour inspirer sa communauté et l’inviter à passer à l’action.

Depuis que je suis digital nomad, j’ai ainsi reçu des messages d’abonnés inspirés par mon mode de vie, et souhaitant eux aussi changer de vie, en prenant conscience que leur vie actuelle ne leur convenait plus et manquait de sens.

Une ancienne cliente, Alexia a même réussi à franchir le pas, en partant un mois seule, et sans ses enfants…au Brésil, son rêve ultime !

C’est pour moi une grande fierté.

Et si on en finissait avec la vision culpabilisatrice ?

On vous parlera souvent de vision professionnelle, mais cela ne fait pas sens pour tout le monde. Pour ma part, impossible de me projeter sur le plan professionnel car je me lasse très vite : ce qui me porte, c’est mon cadre et mon mode de vie. Plus tôt on le sait, plus tôt on l’assume.

Sur le plan professionnel, je fais en sorte de me créer le cadre le moins contraignant possible (d’où l’entrepreneuriat), en accord avec mon mode de vie (le digital nomadisme) et de mes forces (le coaching, grâce à une forte empathie).

Maintenant, la nature du coaching, elle peut changer. C’est pour ça que je reste ouverte à différentes opportunités sur le plan professionnel : depuis que je suis entrepreneure, je me suis concentrée sur le coaching business, car j’ai évolué dans un écosystème qui me demandait de me spécialiser.

Mais aujourd’hui, je réalise que je peux apporter bien plus qu’un accompagnement professionnel : je me sens capable d’aider des individus à changer de vie, sur le plan professionnel mais également personnel, en les poussant à passer à l’action.

Mes nombreuses expériences personnelles m’ont permis de vivre des épreuves qui sont aujourd’hui des briques que je peux utiliser pour aider mes clients à aller de l’avant !

Vous savez maintenant comment mon activité va évoluer 

De votre côté, je vous invite en ce début d’année à vous saisir des questions qui vous trottent dans la tête depuis un petit moment et y trouver la réponse la plus alignée avec vos aspirations : sans culpabilité, en laissant votre cœur trouver la voie.

Vous serez ainsi au bon endroit, au bon moment.

Et pour moi, c’est aujourd’hui, le Costa Rica  

La pura vida ! 

 

Conclusion

 

Et si demain nous retrouvions nos vies d’avant ?

Et si demain nous pouvions nous déplacer librement ?

Et si demain nous pouvions nous enlacer sans nous restreindre ?

Et si demain 2020 n’était qu’un mauvais souvenir ?

Et si, et si…ces suppositions sont basées sur un espoir, qui nous fait tenir, mais qui peut aussi nous clouer dans un immobilisme déconcertant.

L’absence de réponse, le manque de vision, nous empêche souvent de prendre des décisions, et nous rend dépendant des conjectures externes.

Et si, au contraire, on sortait de cette dépendance et qu’on devenait acteur de nos vies ?

Acteur de notre vie professionnelle, en prenant la décision de faire ce qui nous plait vraiment, entreprendre, ou quitter un job qui ne fait plus sens.

Acteur de notre vie personnelle, en décidant de ne pas subir une situation qui ne nous convient plus, et changer de cadre de vie ou d’être entouré des bonnes personnes.

Ce n’est peut-être pas le bon moment me diriez-vous ?

Au contraire, j’en suis persuadée !

Choisissons de nous laisser guider par nos rêves et non par nos peurs.

J’ai décidé d’agir, même si ma peur de partir seule était très forte.

J’ai décidé de dire au revoir à une vie que je connaissais, même si je prends le risque de ne pas la retrouver.

L’urgence a été pour moi un déclic pour cette nouvelle vie que je ne connais pas encore et qui se vivra au jour le jour. Je l’accepte maintenant.

Dans cette situation exceptionnelle, arrêtons de rester prudent car le pire est déjà là.

Redonnons du sens à nos vies, et vivons les pleinement.

YOLO.

 

3 étapes pour réussir à lâcher prise dans ta vie personnelle et professionnelle

Le lâcher-prise, on en entend parler à longueur de journée, mais sans vraiment réussir à le mettre en place. Pour ma part, j’ai essayé moult méthodes pour arriver à lever le pied sur mon activité comme dans ma vie personnelle, mais peu se sont avérée vraiment efficaces. J’ai donc décidé d’expérimenter ma propre méthode que je te livre en 3 étapes !

.

Etape 1 : se lâcher les baskets pour se laisser enfin vivre !

Il y a quelques mois, je me suis lancée un défi : me foutre la paix.

Oui, l’expression est vulgaire mais le besoin était réel.

On a pour habitude de foutre la paix aux autres mais jamais à soi-même.

Et pourtant c’est indispensable pour vivre sereinement son quotidien.

Alors qu’ai-je fait concrètement ?

J’ai lâché prise sur le plan professionnel : n’ayant pas pris de vraies vacances, j’ai commencé l’année sur les rotules. Fatigue, énervement, et mauvaise énergie. Sur les conseils de ma naturopathe, j’ai donc décidé d’arrêter de mettre mon focus sur mon activité et prendre un peu de recul.

J’ai lâché prise au niveau de mon corps : j’avais pris un kilo et demi du fait du stress et de quelques apéros estivals, avec quelques boutons en prime. Au lieu de me focaliser sur cela, j’ai écouté mon corps, au niveau de mon alimentation mais également au niveau de mon activité physique : moins de cardio, plus de renfo !

J’ai enlevé de mon emploi du temps tout ce qui me prenait de l’énergie : j’ai décidé d’enlever toute source de stress et d’anxiété. C’est pourquoi, j’ai pris la grosse décision de changer de dojo en aikido, et de me concentrer sur ma pratique, et mon nouveau blog, en faisant abstraction des critiques.

Quels résultats ?

– Sur le plan professionnel, je me sens beaucoup plus reposée et d’attaque pour la rentrée. Cette quiétude m’a également permis d’attirer de nouveaux clients. Je crois aux énergies et quand on dégage du stress, du manque ou de l’épuisement, rien de bon ne vient à nous. Inversement, lorsqu’on est plus posé et détendu, les bonnes choses viennent à nous : c’est la loi de l’attraction.

  • Au niveau de mon hygiène de vie, j’ai décidé d’écouter mon ressenti, manger moins, dormir plus et devine quoi ? J’ai reperdu le kilo et demi en trop que j’avais pris et ai retrouvé une peau plus saine. Je remercie particulièrement ma naturo pour m’avoir donné les clés pour déstresser car bouton et prise de poids viennent d’une seule cause : le stress.

– Au niveau de mes sources d’anxiété, je me suis sentie soulagée en prenant cette grande décision de changer de dojo. J’ai bien sûr culpabilisé au début, me trouvant lâche de ne pas continuer dans ce club qui m’a accueillie pendant presque 4 ans. Mais en m’écoutant, j’ai préféré faire ce qui allait soulager mon mental. Tout comme sur le plan professionnel il y a 4 ans, une page avait besoin d’être tournée pour avancer.

Voici donc le bilan d’une semaine où je décide de me laisser tranquille. Les résultats ne se sont pas fait attendre. Et toi, te laisses-tu respirer ?

.

Etape 2 : prendre des vacances pour mieux se ressourcer

Et oui, cette fois c’est décidé et planifié !

Si vous me suivez depuis un petit moment, vous avez dû voir que je n’ai pas pris de vacances cet été et que j’ai commencé l’année sur les rotules.

En fait, je n’avais pas anticipé le break estival, ni écouté mon réel besoin intérieur de faire une pause. J’avais certes dit à mes clients que je ne serais pas disponible pour assurer les coachings, mais en dehors de ça, mon cerveau cogitait, et je répondais à mes mails pro. Une déconnexion partielle qui non seulement me prenait de l’énergie, mais surtout qui m’empêchait de prendre du recul sur mon activité.

Résultat des courses : je n’ai évacué aucun stress.

Plus généralement, je n’ai jamais fait de vrais breaks depuis les études et depuis que je suis entrepreneur, cet entre deux permanent travail/pause ne m’a pas réussi et a beaucoup pesé sur ma fatigue mentale.

Cet été a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase : j’ai connu une fatigue qui a précédé un gros désalignement professionnel. Heureusement pour moi, j’en ai rapidement tiré les leçons. C’est pourquoi, j’ai décidé de me ménager en cette fin d’année pour attaquer la rentrée avec un plein d’énergie.

Plus de vacances, c’est plus de temps pour laisser reposer mon corps (qui enchaîne les insomnies en ce moment), et surtout plus de place pour de la créativité, en prenant un certain recul sur mon activité.

Si les meilleures idées viennent dans la douche, ce n’est pas pour rien ! 😉

Alors comme j’ai toujours un peu de mal à ne rien faire, j’ai choisi de me mettre dans des conditions un peu extrêmes cette année en partant….en Laponie ! 

Et oui, je me fais vraiment plaisir. Au programme, chien de traineau, rennes, équitation, ski & raquette, et si la chance me sourie, observations des aurores boréales ! 

Je marque ainsi le coup en fêtant la nouvelle année dans ce cadre exceptionnel et en suivant ma nouvelle philosophie anti-covid : YOLO (you only live once).

J’avais prévu d’aller en Laponie dans un an, mais l’incertitude de l’état du monde en 2020 m’a donné envie de précipiter les choses et de profiter…dès que c’est possible !

.

Etape 3 : calmer son stress durablement et sans médicament

Il t’arrive sûrement d’être stressé dans ton quotidien d’entrepreneur.

Depuis la crise sanitaire, j’ai eu quelques montées de stress extrêmes qui ont eu des répercussions physiques sur mon corps.

J’ai par exemple eu des dérèglements hormonaux qui m’on crée des plaques d’acnée au début du confinement.

Pour régler ce problème, j’ai d’abord consulté une dermatologue :

Traitement prescrit : des cachets qui m’ont rendue malade pendant 3 jours, et des crèmes qui brûlaient la peau (que je n’ai même pas essayées)

Puis j’ai contacté une gynécologue :

Traitement prescrit : un changement de pilule en augmentant la dose. Je n’ai pas voulu tenter l’expérience, et je me suis tournée vers une autre ressource : la naturopathie.

La naturopathie a été une révélation !

Je n’ai jamais vraiment été très convaincue de l’efficacité de la médecine alternative, même si je n’y ai jamais été fermée.

J’ai tout de même décidé de jouer le jeu en contactant une naturopathe bien notée sur Google (comme quoi les avis Google my business, ça sert, et je le dis et redis à mes clients 😜)

J’ai donc été accueillie pendant 1h30, et ai reçu une prescription longue comme le bras que je vais te résumer.

Cette prescription est aujourd’hui la base de ma recette anti-stress :

Pour régler le fond du problème, nous avons travaillé sur la digestion : des compléments alimentaires m’ont permis de restructurer ma flore intestinale (car beaucoup de problèmes de peau viennent de la digestion, elle même perturbée par le stress)

Nous avons également travaillé sur l’apaisement de mon mental avec des sons binauraux, pour me détendre au quotidien, notamment lors des sessions de travail intense, et avant de dormir (les liens hypertextes renvoient vers les playlists que j’écoute)

Nous avons travaillé sur la respiration avec des exercices de cohérences cardiaques pour réguler le stress quotidien

Et nous avons convenu qu’il allait falloir me déconnecter de l’actualité en éteignant la radio (éteinte depuis maintenant avril) et en m’offrant des vacances (ce que je me suis forcée à faire, et ai réussi !)

Résultats : plus un bouton en deux semaines !

 

Aujourd’hui, je complète cette routine avec des éléments essentiels à mon quotidien :

Changer régulièrement d’environnement de travail (bosser dans un café) ou de cadre de vie (sortir de Paris)

Me faire plaisir : partir en vacances, m’offrir une part de gâteau, un massage, etc.

Laisser ma colère s’exprimer pour réussir à me calmer par la suite (j’ai besoin de laisser mes émotions s’exprimer, et non de les neutraliser)

Transcrire par écrit mes problèmes et trouver une solution pour chacun d’entre eux

 

 

Et toi, comment gères-tu ton stress ?

.

Conclusion

Voici donc mes 3 étapes pour lâcher prise, mais surtout se sentir plus serein au quotidien. Bien sûr, il ne s’agit que de mes recommandations personnelles, qui ne correspondent pas à tout le monde. Mais je suis une contrôle freak dure à cuire 😉 Si tu as ta propre méthode pour lâcher-prise dans ta vie personnelle ou professionnelle, sans bullshit et facile à appliquer, tu peux commenter cet article ! Hâte de te lire 🙂

 

Apprendre à se connaître pour se créer une vie sur mesure

L’entrepreneuriat et le développement personnel sont intimement liés. On ne peut entreprendre fluidement, sans s’épuiser si on ne prend pas en compte ses aspirations personnelles. Il est donc essentiel de penser à la vie à laquelle on aspire au quotidien. Certains parleraient de vision, je parlerais plutot de vie sur mesure. Mais pour cela, une petite introspection est nécessaire : connaitre ses atouts, ses points faibles, ses sources d’énergie, et d’épuisement…tous ces éléments vont te permettre de construire une vie sur mesure avec laquelle tu seras parfaitement alignée ! Cet article va donc te révéler… le secret du bonheur !

 

Capitalise sur tes forces pour arrêter de lutter au quotidien 

Pour bien commencer l’année sans t’épuiser, j’aimerais qu’on fasse un point sur ce qui va t’aider à aller de l’avant, fluidement : 

Et cette chose, c’est la connaissance de toi ! 

Original non ? 😉

Plus concrètement, je te propose de faire un point sur tes forces et tes faiblesses, pour en prendre conscience, mais surtout prendre les bonnes décisions à l’aune de cette connaissance de toi :  

Pour t’aider, j’ai fait le travail pour moi, et voici ce que ça donne.

 

Mes forces physiques et mentales et sociale :

 

– Des talents artistiques précis (écriture, chant, dessin)

La résilience à beaucoup d’épreuves de la vie

– Un bon système immunitaire qui me permet de rester en bonne santé

– Un bon cardio, qui me permet de ne pas m’épuiser physiquement

– Une bonne mémoire auditive pour retenir l’information utile

– Une grande persévérance/autodiscipline pour atteindre mes objectifs

– Du courage pour prendre des décisions difficiles mais nécessaires 

– Une grande capacité d’empathie pour me mettre à la place des autres

– Une capacité de sociabilisation pour interagir avec les autres

– Un sens de l’humour pour dédramatiser des situations ou faire de l’autodérision

 

Mais même étant née la Saint-Parfait, je ne suis pas dénuée de quelques défauts…dont j’ai conscience : 

 

Mes faiblesses intellectuelles et physiques et sociales : 

 

Des limites artistiques : mauvais sens du rythme, pas de capacité liée aux travaux manuels 

– Une incompréhension des chiffres et calculs qui sortent de ma logique 

– Une réticence pour tout ce qui révèle de la technique, qui me semble trop complexe

– Une faible acclimatation aux conditions climatiques extrêmes (la sélection naturelle aura raison de moi) 

– Une mauvaise capacité de concentration pendant une activité passive (lecture, films, musées…)

– Une mauvaise orientation dans l’espace

– Une mauvaise vue malgré une forte correction

– L’impossibilité de rester debout statique pendant longtemps 

– Une faible tolérance au bruit et à la foule (bon à savoir pour les activités sociales)

 

Transformer une faiblesse en force  : le cas de l’impatience.

 

On voit souvent l’impatience comme un vilain défaut. Mais être impatient peut également avoir du bon. Et principalement dans la sphère professionnelle.

Être impatient, ce n’est pas juste être une boule de nerfs au bord de l’explosion.

Non, être impatient, c’est aussi être proactif. Et voici comment l’impatience se transforme en qualité : 

 

– En relançant un client ou un partenaire jusqu’à obtenir une réponse #modewarrior. Relancer ne veut pas dire être impoli mais montre qu’on n’est pas dépendant du bon vouloir des autres pour obtenir une réponse. 

 

– En passant à l’action pour voir des résultats : plutôt qu’attendre que les résultats arrivent tout seul, être impatient permet de prendre les devants et initier de nouvelles actions, les tester et en tirer des conclusions ! 

 

– En acceptant de se prendre des murs, pour apprendre plus vite : en continuité du point précédent, être impatient, peut aussi dire, être moins réfléchi, mais cela permet de faire des erreurs rapidement, et se relever plus facilement. 

 

– En étant synthétique et en allant à l’essentiel : être impatient, c’est aller au plus vite pour atteindre son objectif. Ca peut également vouloir dire, avoir un esprit de synthèse, et éviter les blablas (les longues conversations et réunions stériles notamment)

 

Mais ce qui compte c’est de vivre une impatience heureuse. Et pour cela, deux règles : 

Bien connaître son fonctionnement interne pour savoir ce que nous savons et ne savons pas supporter

– Apprendre à mieux gérer ses émotions pour arrêter de contrôler ce qui ne vient pas de nous

 

Tout le monde ne peut pas se transformer en Yogi Zen. L’impatience est un tempérament, une part de notre personnalité. Le problème ne vient pas de l’impatience mais du degré de stress qu’elle peut générer. Et sur ce stress, on peut heureusement agir !

Outre le cas de l’impatience, cette prise de conscience de mes qualités et défauts me permet de savoir ce qui me correspond et ce qui ne me correspond pas dans la vie sur le plan personnel mais également entrepreneurial.

C’est ainsi en m’écoutant que je gagne du temps et de l’énergie, en déléguant ou refusant de faire ce qui ne me correspond pas. Du sommeil, en étant plus sereine au quotidien, mais également de l’argent car sur le plan énergétique, je deviens plus alignée 🙂 

C’est à ton tour ! 

👉 Quelles sont tes forces et tes faiblesses ?

👉 Maintenant liste les décisions personnelles et professionnelles que tu dois prendre cette semaine : si tu dois les prendre en connaissance de tes atouts et faiblesses, que vas-tu faire ? 

 

Construire ton business model idéal 

 

  • Quand on se lance dans l’entrepreneuriat, on a tendance à adopter les business models classiques que nous propose notre secteur d’activité.
  • Pour les freelances et entrepreneurs du digital, c’est la même chose. Peu de modèle “disruptif” comme on dit, et beaucoup de mimétisme.

 

Et pourtant, ces modèles ne nous correspondent pas forcément.

Et c’est en échangeant avec Laure Matsoukis que j’en ai vraiment pris conscience.

Dans l’écosystème des infopreneurs dont je fais partie, on utilise des modèles basés sur le marketing intensif. Et laisse-moi te dire que j’ai horreur de ça.


Faire des lancements.
Des tunnels et des pages de ventes.
Des séquences mails automatiques.
Des promotions à longueur de journée.
Des notions d’urgence qui n’en sont pas.
De la publicité en continue.

Bref, je ne m’y reconnais pas.

C’est pourquoi, j’ai décidé d’arrêter de faire semblant d’aimer ça, et de n’écouter que mon ressenti. Et pour cela, écoute les réactions de ton corps quand tu dois réaliser une action liée à ton business (marketing, communication, comptabilité, rendez-vous…)..

Te sens-tu vibrer pour cela ?
Au contraire, as-tu des réactions épidermiques ?

Alors comment créer ton business idéal ?

✅ Liste tout ce que tu aimes dans ton activité : quel temps souhaiterais-tu consacrer à ces tâches ? Quelle part de ton business model représenteraient-elles ?

✅ Liste tout ce que tu détestes dans ton activité : ces tâches sont-elles utiles ? Quelle solution te permettrait de ne plus avoir à les faire ?

✅ Liste les personnes dont tu aurais besoin pour t’entourer et te sentir serein au quotidien : de quels profils as-tu vraiment besoin : quel est le profil prioritaire en ce moment ?

✅ Maintenant, comment aimerais-tu te sentir au quotidien ? Qu’est-ce qui t’en empêche encore aujourd’hui ?

✅ Comment aimerais-tu développer ta clientèle ou vendre ton offre ? Qu’est-ce qui te valoriserait le plus et t’épuiserait le moins ?

👉 Maintenant, quelle est la première action – aussi petite soit-elle – à réaliser dès aujourd’hui et qui te permettra de sortir ce ton cercle vicieux et commencer à construire ton business model idéal ?


👉Tu te sens déboussolé et tu as besoin d’une lumière extérieure, on peut en parler de vive voix ! Pour ça, tu peux réserver un créneau dans mon agenda, le lien est dans la bio 🙂

 

Garde en tête que si ton business n’a pas encore été créé par d’autres, tu en seras le précurseur ! 😉

 

Construire ton cadre de vie idéal (avec un budget illimité) 

 

Que ferais-tu de tes journées si tu avais un budget illimité ?

La semaine dernière, je me suis demandée comment j’organiserais ma vie si j’avais un budget illimité.

 

Et voici, mes conclusions : 

Sur le plan professionnel, je coacherais des amis dans des lieux sympas /je ferais des immersions d’entrepreneurs à l’étranger/Je vendrais mes contenus dans un ebook.

Au niveau de ma qualité de vie au quotidien, je dormirais dans de la literie d’hôtel et j’aurais une baignoire.

Au niveau de mon bien être, j’irais dans un spa/jacuzzi/massage privé tous les soirs.

  • Sur le plan divertissement, je me payerais Canal on demand pour regarder tous les films qui me font envie et je prendrais des cours de chant Disney acapella avec Evynn Howens 
  • Au niveau de mes déplacements, je passerais mon permis à la pampa OU j’aurais un budget uber illimité.
  • Sur le plan “mode de vie”, je voyagerais (Suisse, Japon, Islande, Ecosse, Laponie, Birmanie, Bouthan, Nouvelle-Zélande, Tanzanie). Bref, je vivrais dans différents endroits en fonction de l’envie du moment.

 

Peut-être aurais-je même une maison en Suisse près d’un lac et un pied à terre au Japon (dans un ryokan). 

 

Au niveau accomplissement personnel, je ferais le pèlerinage de Shikoku et je l’offrirai à un ami ET je dormirai dans le nouveau camping Ghibli construit au Japon en 2021. 

J’ai donc repris tous ces points et me suis rendue compte que l’argent n’était quasiment pas une barrière pour réaliser mes rêves. Je peux en effet commencer petit (ce que je fais déjà avec mon mode de vie actuel) et planifier ces différents projets dans le temps.

 

👉 Conclusion : une  vraie libération et une foi en l’avenir ! 

Et toi qu’est-ce qui t’empêche encore de mener ta vie de rêve ?

 

Construire tes vacances idéales 

Il y a deux ans, je suis partie en vacances en Croatie avec une amie. 

Je vais te faire une confidence : malgré les photos postées sur les réseaux sociaux et les paysages de rêves, mes vacances n’étaient pas à l’image de ce qu’elles auraient pu être.

Pourquoi ?

Parce que je n’ai pas assez insisté sur le choix de la destination. 

 

Construire des vacances à mon image : ce que j’aurais dû faire

Nous sommes parties en Croatie, mais au fond de moi, j’aurais préféré le Monténégro ou la Slovénie. Moins de plages, moins de touristes, plus de paysages montagneux.

Je n’ai pas assez insisté sur le choix de destination et j’aurais dû.

J’ai eu du mal à supporter la chaleur et l’humidité croate et je ne parle pas du nombre délirant de touristes (oui je sais, c’était la pleine saison dans le pays qui a accueilli le tournage de Game of Thrones. What did you expect Yéza 🤨 ?) Résultats : je n’étais pas du tout dans mon élément et comme j’avais ma part de responsabilité, je me suis un peu renfermée sur moi-même, ce qui n’est pas très agréable pour l’autre quand on voyage accompagné.

Mais la leçon de l’histoire est la suivante : ce voyage m’a permis de revoir ma définition personnelle du mot vacances, qui est sûrement différente de celles de beaucoup de personnes (si je gagne un voyage aux Caraïbes pour bronzer sur des plages de sable fin, tu peux être sûr que je revends mon billet).

 

Revenir à l’essentiel  : ce que m’ont permis ces vacances

 

Ces vacances m’ont tout de même permis de réfléchir et de penser à moi. Quelle est ma vérité ? Qu’est-ce qui me fait me sentir bien ? Qu’est-ce qui est facile pour moi ?

Et bien, voici le résultat de mes réflexions.

Ma voix intérieure m’a suggéré les choses suivantes : 

 

▪ Lâcher prise sur mon activité pour y porter un regard plus neuf 

▪ Choisir la voie la plus facile quand elle se présente 

▪ Faire plus de choses qui me font vraiment plaisir pour mieux ressentir le bonheur 

▪ Passer plus de temps avec ma famille 

▪ Ne pas dépendre des autres pour agir et faire les choses qui me semblent essentielles à mon bien être, même seule. 

 

Résultats : j’ai bloqué quelques jours pour moi à mon retour sur Paris pour : 

 

▪ Prendre le temps de me poser,

▪ Regarder de nouvelles séries sur Netflix,

▪ (Re) manger équilibré,

▪ Courir et faire de l’aikido,

▪ Profiter de l’air frais,

▪ Profiter de la ville désertée,

▪ Me balader sur mon beau vélo,

▪ Etre reconnaissante pour mon cadre de vie

 

Et planifier quelques petites escapades en dehors de Paris. 

Et si c’était aussi ça les vacances ?

👉 Et toi, que te suggère ta voix intérieure en ce moment ?

 

 

Conclusion :  comment avancer dans la vie 

 

Ces derniers temps, je me suis beaucoup plaint de la situation que nous connaissons tous actuellement.

J’avais besoin d’exprimer ma colère et mon sentiment d’injustice.

Cela m’a fait du bien d’extérioriser mes sentiments, mais je me suis malgré moi retrouvée dans une spirale négative, en dégageant les mauvaises énergies.

Il m’aurait été difficile de me contenir et de rester neutre. Cependant, j’ai ressenti le besoin d’aller de l’avant par la suite.

En effet, lorsqu’une situation qui ne nous convient pas se présente à nous, il existe 3 choix :

 

🔹 La subir : mais ce n’est pas du tout dans ma nature de subir une situation que je trouve injuste.

🔹 Se rebeller en agissant : mais n’ayant pas trouvé un rassemblement assez fort pour lutter, j’ai vite abandonné cette idée

🔹 Fuir en prenant de la distance : dans ce contexte, la fuite n’est pas lâche, mais une façon de me préserver. J’ai donc choisi de prendre une distance physique avec mon lieu de vie : Paris.

 

Et c’est lors d’une insomnie, que j’ai construit mon plan de voyage 2021.

 

Mes objectifs avec ce plan de vie sont les suivants :

⭐ Changer d’environnement, pour aérer mon esprit qui manquait d’air frais

⭐ Découvrir d’autres cultures, de France, d’Europe et d’ailleurs

⭐Trouver un endroit où je me sens bien pendant la tempête et après.

 

Mes avantages :

✅ Ma trésorerie me permet de voyager modérément (et je peux sous-louer mon appartement)

✅ Mon métier est 100% digitalisé

✅ Je suis bien entourée sur le plan business grâce à de bons investissements réalisés en 2020.

 

Je vois une belle réussite dans tout ce processus de prises de décisions :

✅ J’arrive à voyager seule

✅ Je décide de m’écouter et de vivre en mode YOLO

 

Alors, si toi aussi, tu te demandes si tu peux avancer dans la vie, pose-toi les questions suivantes :

 

✔ Vis-tu dans un environnement apaisé ?

✔ Que peux-tu faire face à une situation qui te révolte ?

✔Qu’est-ce que tu rêves de faire et que tu t’empêches de faire sur le plan pro ? et personnel ?

✔ Quel serait le premier petit pas que tu puisses faire MAINTENANT?

 

Bonne réflexion !

 

 

 

 

 

Retrouver son humanité et redonner du sens à nos actes à l’heure du Covid

Cette nouvelle année reprend que l’on le veuille ou non, sous le signe du Covid. C’est pour moi l’occasion de refaire un petit point sur nos valeurs et sur le sens de nos gestes en cette période déboussolante.
Je vous rassure, je ne vais pas faire un procès colérique à qui que ce soit, ce n’est pas le but de ce petit texte !
Je veux simplement rappeler quelques règles et principes de bon sens pour ne pas perdre ni sa tête ni son humanité.
.

 Construire sa propre jauge entre responsabilité individuelle et collective :

.
Il n’est pas facile (ni souhaitable) d’agir de façon”tout blanc tout noir” dans ce contexte particulier. Il est de notre propre ressort de jauger nos actes entre gestes barrières et relations sociales (et humaines).
Vivre dans un monde totalement aseptisé n’est pas bon pour la santé mentale car nous sommes des êtres sociaux et nous avons besoin d’interagir et de toucher d’autres humains.
Mais dans cette période incertaine, nous pouvons choisir qui nous voyons, qui nous embrassons, si les personnes concernées et nous même avons établi cela d’un commun accord.
.

Regarder ses antécédents médicaux peut vous donner une idée de la qualité de votre système immunitaire.

.
Je ne suis pas médecin, mais…😉
mais vous pouvez regarder si vous avez souvent été impacté par des virus (grippe, gastro…) par le passé. Cela vous donnera une idée de si vous êtes plus ou moins sujet à une contamination par un autre virus.
.

Booster son système immunitaire au quotidien

✅ Dormir
✅ Manger équilibré
✅ Faire du sport
✅ Donner de l’amour et en recevoir…
Des bases qui vous permettent de vous maintenir en bonne santé au quotidien !
Combien de Français font l’impasse sur ces règles de vie indispensables ?
.

Relativiser l’impact de ce virus sur notre santé

.
Le Covid-19 existe, c’est un fait.
Il est contagieux, nous le savons.
Il mute, c’est également prouvé.
En revanche, il n’est pas meurtrier comme une peste ou un ébola.
Il ne justifie pas qu’on empêche des malades du cancer, ou autres maladies graves de recevoir des soins.
Les chiffres sont par ailleurs flous et polémiques, ce qui n’aide pas à avoir une visibilité sur son impact réel. On ne sait pas non plus si les hôpitaux sont saturés ou non…
La mortalité liée au Covid est également à mettre en perspective avec d’autres causes de mortalités dans le monde :
❌ Les maladies graves
❌ Les virus meurtriers
❌ Les guerres
❌ La faim
❌ Les accidents de la route
❌ Les suicides
Six mois pour pondre un vaccin pour le Covid, et en 30 ans, toujours pas de traitement contre le Sida ?
Excusez-moi d’être sceptique…
.

Désobéir quand notre système d’alerte interne se met en marche

.
Je n’arrive pas à respecter des mesures qui ne font pas sens pour moi. Et pour que le sens s’opère, une pédagogie doit être faite.
.
❌ Porter un masque lorsqu’on est seul en pleine rue
❌ Porter un masque lorsqu’on ferme la bouche, mais l’enlever pour fumer et manger (c’est là qu’on aurait besoin d’isoler sa bouche)…
❌ S’agglutiner dans des avions, des trains et des bus quand on nous parle de distanciation sociale
❌ Aller se déplacer aux urnes en plein pic de la pandémie, mais ne pas pouvoir s’aérer dans un parc
❌ Restreindre les déplacements à un km de son domicile
❌ Instaurer un couvre feu à 18h…
❌ Culpabiliser les joggeurs, et les amis qui se réunissent en petit comité…
❌ Ne pas mobiliser les cliniques privées pour une situation de crise sanitaire
❌ Demander aux Français d’applaudir les soignants, et de faire des dons à l’hôpital quand cela fait plus de 20 ans que l’Etat laisse mourir l’hôpital public, et n’est toujours pas dans l’optique de l’aider aujourd’hui
Et j’en passe..impossible pour moi de respecter des mesures aussi incohérentes sous fond de culpabilisation.
Vous avez un esprit critique, utilisez-le !
Sans parler de manipulation, de complot ou autre…vous n’êtes pas obligé d’être d’accord ou de respecter tout ce qu’on vous dit de faire si cela va à l’encontre de vos valeurs.
La désobéissance civile a souvent permis de retrouver des libertés nous montre l’histoire !
.

Regarder l’histoire pour éclairer le présent

.
La liberté est pour moi une valeur fondamentale qui est aujourd’hui grignotée.
La peur facilite cet abandon.Mais si vous regardez l’histoire, cela ne préjuge rien de bon.
Attention, je ne fais pas de parallèle direct entre le passé et le présent, mais le passé peut éclairer le présent.
Restons donc vigilants.
.

Conclusion

.
C’est donc sans agressivité que je souhaite remettre les pendules à l’heure en ce début d’année 2021 ou nous aurons encore un petit peu affaire à ce virus….soyons honnête.
Ne culpabilisons pas ceux qui ne pensent pas comme nous.Celui qui porte son masque dans sa voiture, celui qui va embrasser ses amis…
Le flou nous empêche de savoir comment nous comporter, alors nous interprétons et faisons notre propre jugement en fonction de notre ressenti personnel.
Toute peur est respectable. Toute acte individualiste peut être entendu.
Soyons bienveillants les uns envers les autres, c’est de cette manière que nous ressortiront plus fort, et surtout plus humains.
Je vous souhaite donc amour, résilience et santé pour cette année 2021 qui promet d’être…challengeante !

Doit-on renoncer à ses rêves quand on a des responsabilités familiales ?

Il y a quelques semaines, j’ai annoncé haut et fort que je quittais Paris pour me lancer dans l’aventure du digital nomadisme.

Mon message a bien été reçu, et tout particulièrement chez beaucoup de mamans entrepreneurs. 

“Tu as de la chance, si j’avais ton âge et si n’avais pas de vie de famille, je ferais comme toi”

Oui j’ai de la chance, mais je ne pense pas pour autant qu’on doive renoncer à ses rêves de femme (ou d’homme) pour se consacrer à sa famille.

Cette affirmation peut paraître choquante et décalée, surtout quand elle est prononcée par une jeune femme sans enfant.

Mais voici mon point de vue : 

Avoir une vie de famille est un choix de vie, certes, mais il ne doit pas impliquer uniquement des sacrifices. Il existe des alternatives pour vivre ses rêves.

1/ Les vivre en famille 

Si vous êtes une maman entrepreneur et que votre conjoint l’est également, vous pouvez tout a fait décider de partir à l’autre bout du monde et avec vos enfants pour des durées moyennes, de manière à les scolariser quelques années dans un pays puis en changer (je ne dis pas que c’est facile, mais c’est possible). 

C’est le cas de Laure Matsoukis, entrepreneure spécialisée dans les finances, qui a décidé de voyager en famille dans plusieurs pays.

C’est également le cas de beaucoup d’enfants d’expatriés qui voyagent avec leurs parents. 

2/ Les vivre seul(e) quand votre conjoint n’est pas nomade

Si votre conjoint a des responsabilités professionnelles qui l’empêchent de bouger, vous pouvez tout à fait trouver un compromis de manière à ce que vous puissiez vivre votre rêve sur une plus courte durée.

Mettez-vous d’accord sur une durée de quelques semaines (commencez par une ou deux) et partez à l’aventure : vos enfants seront heureux de vous voir rayonnant(e) ! Ce nouvel équilibre pourrait également renforcer votre relation de couple grâce à des activités séparées et une distance physique qui vous rapprochera sûrement par la suite. 

3/ Les vivre seul(e) quand vous être parent solo

Si vous êtes un parent solopreneur, pensez à solliciter votre entourage pour garder vos enfants sur une courte période.

Cela peut vous sembler sur-réaliste mais c’est une solution envisageable, si vous ne voulez pas attendre que vos enfants soient grands pour commencer à vivre vos rêves. 

De même qu’il est important de garder des bonnes relations avec ses voisins, il faut également garder de bonnes relations avec les parents de l’école ou vos amis.

Pensez à proposer des services régulièrement aux autres pour qu’ils vous en offrent en retour 🙂

Etre parent, ce ne doit pas être renoncer à votre vie en tant qu’individu. 

Vos enfants peuvent le comprendre. 

Vous ne les abandonnez pas. 

Vous vous ressourcez pour mieux les retrouver.

Cet équilibre peut-être très sain. 

Pensez à sortir des cases de la bien-pensance qui vous feront passer pour un parent indigne.

Ecoutez-vous ! Il existe toujours des solutions lorsqu’on veut vivre ses rêves. 

Il vous faudra de la diplomatie et de la souplesse mais vous n’êtes pas enfermé dans cette case de « parent”, vous pouvez être un parent responsable même en vous échappant, l’espace d’un court moment 🙂

Maintenant, quelle est la première action que vous allez mettre en place pour vivre votre rêve sans culpabiliser ?

La vie n’est qu’une question de choix. Quel sera le votre ? 

 

La trentaine : une révolution personnelle et entrepreneuriale en 5 points

Il y a quelques jours, je regardais des photos de moi d’il y a deux ans. J’en ai tiré le constat que j’avais bien changé…mais en mieux ! Mon apparence physique est aussi le reflet de ce qu’il se passe dans ma tête. Mon corps évolue ainsi avec moi. Mais plus généralement, de gros changements physiques et psychologiques s’opèrent quand on se rapproche de la trentaine. Et bien sûr, en tant qu’entrepreneur, notre activité suit le mouvement. Alors pour mieux vivre cette période transitoire, prendre conscience de ces changements permettra de les accompagner…en douceur.

 

1 – L’affirmation de soi, l’un des premiers changements remarquables de la trentaine

Depuis mes 28 ans, je commence à m’affirmer dans tous les domaines de ma vie. Ce travail d’affirmation de moi, est la résultante d’années de travail introspectif que le développement personnel m’a permis de réaliser. Depuis quelques années, j’arrive enfin à m’affirmer, et à me faire confiance. 

Cela me permet aussi d’assumer mes différentes aspirations et mon rythme, souvent en décalage avec mon entourage. Finies les vacances fêtardes et subies, maintenant je pars seule. Finis les événements mondains énergivores, maintenant je décline les invitations. 

Je me recentre sur ce qui me stimule et me donne de l’énergie. 

Je coupe ainsi toute source de fatigue, et opère un tri sélectif au niveau de ma vie sociale.

Par ailleurs, cette affirmation de soi, me permet également de refuser l’inacceptable et prendre conscience de ma propre valeur. 

Refuser l’inacceptable sur le plan professionnel avec des relations employeurs déséquilibrées et malsaines. J’ai d’ailleurs fait le choix de quitter le monde ultra hiérarchisé du salariat à 27 ans. 

Refuser l’inacceptable sur le plan personnel, en mettant fin à toute relation médiocre et irrespectueuse sur le plan amical, familial, ou intime. Ma personnalité, tu l’aimes ou tu la quittes ! 

 

2 – Les changements physiologiques : un cap à passer !

Depuis environ un an, je constate des changements physiologiques dans mon corps : quelques cheveux blancs apparaissent sur ma tête, mes cheveux changent également de nature en étant moins épais qu’avant.

Sur le plan émotionnel, ma peau réagit différemment à l’environnement externe et au stress (le confinement m’a fait connaître de grands dérèglements hormonaux), et mon corps devient plus sujet aux insomnies que je commence à apprivoiser. Pour gérer mon stress au quotidien, je mets en place des routines que mes rendez-vous réguliers chez ma naturopathe me permettent de conserver. 

Sur le plan nutritionnel, mon envie de mieux me nourrir a également eu des impacts positifs sur mon poids (j’ai perdu 5 kilos depuis 6 mois grâce à cette nouvelle façon de me nourrir), mais rend mon corps beaucoup plus intolérant aux écarts et excès. 

En étant à l’écoute de mon corps, j’arrive ainsi à vivre plus sereinement. 

 

3 – Un changement de vie plus aligné avec ses valeurs 

C’est à 30 ans que je décide de quitter ma vie parisienne pour parcourir le monde tout en entreprenant une crise ? Une révolution ?

Peut-être les deux ! Mais un choix parfaitement aligné avec mon évolution. 

Je suis donc devenue digitale nomade, sans chez moi fixe, et de plus en plus ouverte à de nouvelles rencontres.

L’envie de voyage qui m’avait quitté depuis mon échange universitaire aux Etats-Unis 10 ans plus tôt m’est soudainement revenue. La crise sanitaire que nous connaissons aujourd’hui n’est peut-être pas la meilleure période pour entreprendre ces changements de vie soudains, mais pour moi, c’est au contraire un véritable défi ! Mon mode de vie itinérant prend tout son sens aujourd’hui, d’autant plus que je n’aurais sûrement jamais entrepris ces changements sans cette “urgence”. 

 

4 – Une quête d’alignement professionnel qui passe par une reconnexion à ses aspirations profondes

Cette année, j’ai opéré un nouveau pivot sur le plan entrepreneurial. J’ai décidé d’écouter mon intuition et me reconnecter à ce qui me faisait vraiment vibrer.

Plus de stratégie ou de plan d’action dicté par d’autres. Plus de voie toute tracée ou de vision prédéfinie. Plus de pression de chiffre d’affaires et de passage à l’échelle.

Je construis un business à mon image, et me pose les vraies questions : qu’ai-je envie pour ma vie personnelle ? Comment mon activité peut-elle s’adapter à cette vie personnelle ? 

Au lieu de chercher à construire quelque chose de noble et plus grand que moi ayant pour finalité de servir la terre entière, j’assume que mon entreprise aura pour mission de servir ma vie personnelle, que je veux équilibrée, pleine d’aventures…et de plaisir. 

Ne dit-on pas qu’on ne peut aider les autres qu’une fois que l’on se sera aidé soi-même ? 

Cette année est donc celle de la quête de sens, de la remise en question des modèles préétablis et de l’affirmation de moi sur le plan professionnel ! 

C’est une véritable prise de risque, mais ne suis-je pas une entrepreneure après tout ? 

 

5 – Une connexion aux énergies spirituelles et une ouverture à l’ésotérisme

Depuis la fin de mes 28 ans, je m’ouvre au grand monde du développement personnel pour trouver des réponses à des questions personnelles : ma quête d’identité et d’origines, mes relations sentimentales, mais également des problèmes physiologiques. 

Bien qu’encore novice, ces pratiques alternatives m’ont ouverte à un nouveau monde, et m’ont guidée vers un chemin qui m’était encore inconnu.

L’hypnose m’a permis de me relancer dans la recherche de ma famille biologique en me reconnectant à mes questionnements les plus profonds. 

Les soins énergétiques ont soigné problèmes d’oreille interne et de maux de transports.

La naturopathie m’a permis de rééquilibrer mes dérèglements hormonaux. 

Je m’ouvre aujourd’hui (encore à petite dose) à l’astrologie et aux oracles pour comprendre mes insomnies. 

 Bien sûr, il faut être ouvert à ces pratiques pour en voir les fruits.

Mais c’est l’absence de résultat et le côté trop terre à terre de la médecine traditionnelle qui m’a ouverte vers ces nouvelles pratiques qui sont arrivées dans ma vie au moment où j’en avais le plus besoin. 

J’arrive aujourd’hui à faire des demandes à l’univers, et comprendre le fonctionnement de la loi de l’attraction. 

Je n’arrive pas encore à lâcher prise sur tout mais je sais que c’est en y arrivant un peu plus chaque jour que je pourrais plus facilement me laisser émerveiller et surprendre par la vie.

 

Conclusion 

La trentaine est une véritable révolution sur tous les plans de ma vie, en me permettant de me reconnecter à moi, mais également au monde grâce au travail énergétique que j’entreprends. A la veille de la grande conjonction, cet événement astral exceptionnel tombée le jour du solstice d’hiver, je sens tous mes sens se mettre en éveil. je sens également mon besoin de me reconnecter à mes aspirations les plus profondes pour moi aussi être totalement alignée.

 

Comment faire des choix difficiles m’a permis de développer ma capacité de résilience

Comme beaucoup d’entre nous, ma vie a été parsemée d’événements que je pourrais qualifier d’épreuves. Certaines d’entre elles m’ont incité à faire des choix, qui ont changé ma vie. Ces choix n’ont bien sûr pas toujours été faciles, mais m’ont permis de développer ma capacité de résilience et de devenir une personne plus forte, tant sur le plan professionnel que personnel. Dans cet article, je vais vous exposer quatre choix qui m’ont rendue plus forte et plus résiliente.

 

1 – Me lancer dans l’entrepreneuriat après l’électrochoc du salariat

 

En 2017, j’ai pris la décision de quitter mon premier vrai job salarié pour me jeter dans le grand bain de l’entrepreneuriat. Une des décisions les plus importantes de ma vie qui n’a pas été sans risque. A peine entrée sur le marché du travail après 9 mois de chômage, je “crache” sur la première opportunité que l’on m’offre : mais qu’étais-je en train de faire ? 

Pour certaines personnes de mon entourage, ma décision était de la pure folie. Mais pour moi, c’était un mal nécessaire pour une vie professionnelle épanouie. Impossible de garder un job qui ne me permettait pas d’exploiter mon potentiel, ne respectait pas mes valeurs ni ma personne. 

J’ai donc pris un gros risque en démissionnant : celui de perdre le peu de stabilité que j’avais réussi à acquérir dans ma vie professionnelle : je me suis lancée avec un chômage, certes, mais sans garantie de clients ni de réussite.

Alors, que penser de cette décision radicale, presque quatre ans plus tard ?

Qu’elle a été la meilleure décision de ma vie sur le plan professionnelle !

Grâce à cela, j’ai pu me créer un job sur mesure dans lequel je fais ce que j’aime (du coaching et des contenus), j’ai des clients qui me respectent et j’en vis mieux que lorsque j’étais salariée. Il aura fallu un électrochoc (le fait de ne pas me sentir respectée par ma cheffe) pour prendre une décision qui m’aura poussée, au nom de mes valeurs (principalement le besoin d’indépendance et de dignité) à fuir le salariat. J’ai donc développé une grande capacité de résilience pour arriver sur une voie avec laquelle je me sens aujourd’hui alignée.

 

2 – Changer de vie brutalement pour voyager 

Autre élément électrochoc dans ma vie : le confinement. 

Le premier confinement a été un véritable traumatisme pour moi, car brutal et soudain. 

Je n’ai jamais subi un état de choc aussi fort dans ma vie, et cette situation était pour moi surréaliste. 

Je me suis sentie terriblement seule, car ma vie sociale était réduite à néant, ma liberté de mouvement a également été impactée. Et le manque de contact physique s’est également fait cruellement ressentir.

Je me suis jurée que je ne revivrai jamais ça. 

A l’annonce du deuxième confinement, j’ai donc pris la décision soudaine et urgente de quitter Paris pour m’envoler pour Lisbonne. Je ne voulais plus “voir” de Covid. Je ne connaissais personne là-bas et ne parlais pas portugais. J’ai donc dépassé ma peur de voyager seule grâce à ce moteur en moi qu’était la fuite de cette prison dans laquelle j’avais passé six mois.

Une fois sur place, j’ai rencontré beaucoup de digital nomads, et une semaine plus tard, j’ai annoncé à mon propriétaire que je quittais mon appartement.

Non sans doute, car encore une fois, je crachais sur une belle opportunité : un appartement au centre de Paris, que j’avais eu du mal à obtenir en tant qu’indépendante. 

Mais ma vie parisienne n’avait plus aucun sens et je ne pouvais pas rester dans l’espoir qu’elle reprenne un jour. J’ai donc dit au revoir à mes amis, et à l’aïkido, le ciment de cette vie citadine, pour vivre de nouvelles aventures.

Après l’Europe, me voici donc en route vers le Costa Rica, une destination inespérée pour moi, qui n’étais pas attirée par l’Amérique Latine, et donc le niveau d’espagnol laisse encore à désirer. Mais c’est un véritable défi, que je me félicite de relever. 

Sans ce traumatisme qu’a été le confinement, je n’aurais jamais pris d’aussi bénéfiques décisions dans ma vie personnelle mais aussi professionnelle.

 

3 – Découvrir mes origines pour assouvir ma quête d’identité 

Étant adoptée, j’ai décidé il y a un an de partir à la recherche de mes origines personnelles. Les liens du sang ne sont peut-être pas ce qu’il y a de plus important, mais pour quelqu’un qui ne connaît pas la tête de ses géniteurs, ni sa propre histoire, cette question peut rapidement devenir fondamentale.

Je me suis donc inscrite sur un site pour réaliser un test ADN, pour connaître mes origines ethniques. Les résultats m’ont également permis de retrouver ma famille biologique.

L ’annonce de cette révélation a été un véritable choc : je ne pensais pas que ces tests me permettrait de retrouver des membres de ma famille. Aucun accompagnement psychologique n’est d’ailleurs prévu à l’annonce de ces révélations par le site. C’est pourquoi, il faut être prêt mentalement pour découvrir de sombres vérités. 

J’ai ainsi rencontré ma mère biologique qui m’a raconté mon histoire, et la violente cause de ma naissance : un viol. Ce viol, je ne l’avais même pas imaginé en 30 ans d’existence. 

J’ai passé deux semaines sous le choc en pleurant sans pouvoir m’arrêter. Mais après ces deux semaines, le choc avait été encaissé. Je savais d’où je venais, je pouvais donc aller de l’avant.  J’ai donc accepté mon histoire et cela m’a permis de devenir une personne plus forte, comme beaucoup d’enfants adoptés. 

 

4 –  Arrêter les relations toxiques pour apprendre à m’estimer

Depuis ma vingtaine, j’ai voulu ouvrir mon coeur et expérimenter des relations sentimentales. Ca ne s’est jamais passé comme dans les Disney qui ont bercé ma tendre enfance. Le parcours amoureux d’un millennial célibataire dans les années 2010 est balisé par une consommation des relations, comme on consommerait un fast-food : rapide, pas cher, et mauvais. 

Comme sur le plan professionnel, j’ai connu l’absence de respect, le manque d’estime de moi et d’amour propre qui m’ont fait accepter des choses que je n’aurais pas dû. 

J’ai ainsi essuyé beaucoup de déception, ressenti beaucoup de colères et versé beaucoup de larmes. Et c’est d’ailleurs une larme de trop qui a fait déborder le vase. 

Puis un jour, j’ai décidé de ne plus subir ces relations médiocres.

J’ai décidé que je voulais être aimée car je le méritais. 

Et que j’accepterais d’attendre tant que je ne trouvais pas quelqu’un qui me respecte pleinement. 

J’ai donc mis fin à une relation qui comptait pour moi peu après mes 30 ans, pour aller de l’avant. 

J’ai pesé le pour le contre, et j’ai pris conscience que cette relation n’évoluerait jamais. Que j’allais devoir faire des compromis qui ne me convenaient pas. Alors je me suis projetée vers un futur plus radieux en imaginant comment serait ma relation idéale, et clairement, ce n’était pas ce que je connaissais avec cette personne. 

Aujourd’hui, je n’ai pas encore trouvé la personne qui me correspondait mais je ne regrette pas cette décision difficile qui m’a permis d’affirmer mon amour propre et prendre conscience de ma valeur sur le plan personnel. Je refuse à présent de vivre des relations médiocres sous prétexte qu’elles me permettent de me sentir moins seule. 

Je mérite mieux que ça et j’en ai aujourd’hui conscience.

Je sais vivre seule, et je préfère cela à une relation non équilibrée.

Je n’ai pas besoin d’être en couple pour être heureuse. 

Je n’ai pas fait tout ce travail introspectif pour rien ! 😉

 

Conclusion 

 

Voici donc les quatre décisions difficiles qui m’ont fait devenir une personne plus résiliente sur le plan personnel et professionnel. Pour chacun de ces choix, j’ai connu une bonne dose de souffrance et de doute, mais à chaque fois, pour un changement plus joyeux dans ma vie. Chacun de ces choix m’a fait avancer vers une vie plus alignée dans des domaines bien différents. 

Voici donc la leçon que je tire de ces moments difficiles : un traumatisme externe, suivi d’une décision difficile est le signe qu’un élément cloche dans votre vie. C’est donc une véritable sonnette d’alarme qui vous permettra de faire évoluer votre vie…en mieux ! Si vous sentez que la goutte d’eau a fait déborder le vase, il est temps de le vider, et de planter de nouvelles graines pour une vie plus saine et plus accomplie.

2020 : Bilan d’un mois de digital nomadisme en Europe

J’achève mon premier mois de digital nomadisme au Portugal et en Suède, et j’ai pu faire le bilan de ces 30 jours sur différents aspects :  sur le plan relationnel, bien être, créativité, mais également financier. En toute transparence, c’est mon deuxième séjour de digital nomade, en deux ans. Mais celui-ci est différent car je suis partie seule et c’était un grand défi sur le plan personnel. Dans cet article, je vais donc te livrer en toute transparence mes conclusions. Peut-être t’aurais-je donné envie de franchir le pas également ? 😉

.

1 – Sur le plan relationnel, des rencontres enrichissantes

Nicolau – café tendance des digital nomads à Lisbonne

En 30 jours de digital nomadisme, j’ai fait plus de nouvelles rencontres qu’en quelques années à Paris. Cela peut sembler caricatural mais c’est pourtant vrai. Les communautés en ligne de digital nomads sont nombreuses  (merci Facebook !) et favorisent les rencontres dans la vie réelle. Et notamment au Portugal où il est si facile de rencontrer des entrepreneurs tous les jours.
J’ai d’ailleurs décidé de me mettre en coloc avec 2 entrepreneurs que j’avais rencontrés quelques semaines plus tôt ! Je n’aurais jamais fait cela en France !
En une semaine à l’étranger, j’ai pris la décision importante de quitter Paris, en rendant mon appartement. Bref, à l’étranger, de grandes décisions, impulsées par un nouvel écosystème (celui des digital nomads) m’ont poussé à changer de vie.
Si au Portugal, les rencontres sont faciles, c’est moins le cas dans les pays nordiques où la culture et la météo s’y prêtent moins. En Suède, le climat rend les rencontres moins faciles et c’est une des raisons pour lesquelles j’ai décidé d’écourter mon séjour, mais j’ai tout de même rencontré 3 personnes différentes en une semaine !

Voici donc ma conclusion : lorsqu’on se retrouve seul dans une ville, il faut faire plus d’efforts pour rencontrer de nouvelles personnes, et c’est une des raisons pour lesquelles on se bouge plus ! A Paris, mon (ex) ville de résidence, je ne faisais pas d’effort car j’avais déjà un cercle d’amis proches qui ne me poussait pas à faire de nouvelles rencontres.

.

2 –  Sur le plan bien-être, un apaisement au quotidien

Je me suis lancée dans le digital nomadisme par urgence : celle des restrictions sanitaires à Paris. Je n’étais plus du tout satisfaite de la qualité de vie sur place et le premier confinement m’avait psychologiquement traumatisée. C’est donc en pleine pandémie, que j’ai décidé de partir ! 
Hors de question de revivre cela une deuxième fois. C’est pourquoi, j’ai décidé de prendre un billet d’avion juste après les annonces présidentielles de fin octobre.
J’ai opté pour le Portugal et la Suède, car ce sont des pays où les restrictions Covid sont moindres : on peut circuler sans masque, les bars/resto sont ouverts et la vie sociale n’a pas été détruite.  De manière générale, je consulte le site de Tourdumondiste pour être au fait des dernières restrictions par pays dans le monde.
J’ai donc pu faire de nouvelles rencontres et même pratiquer l’aikido !

Pratique de l’aikido à Lisbonne

Par ailleurs, la vie étant moins chère au Portugal, j’ai pu profiter des sorties/resto/shopping/massage à moindre prix. La belle vie 😉
Au final, toute la colère en moi, que je portais depuis Paris avait disparue. J’étais enfin apaisée (tout en gardant un regard critique sur la situation, et avec un recul que la vie à l’étranger peut nous apporter sur son propre pays)
.

3 – Au niveau de ma créativité : un énorme boost ! 

Depuis que je suis partie de France, j’ai réussi à développer ma créativité avec des idées de contenus foisonnants, mais également réussi à me réaligner !
J’avais en effet perdu la motivation et le sens de mon activité depuis quelques mois et j’ai pu les retrouver grâce à un nouveau contexte qui m’a fait prendre du recul sur mon activité et ma vie personnelle.
J’ai donc de nouvelles idées d’offres, de contenus, et j’y vois plus clair sur mon activité !
Par ailleurs, j’ai adopté une nouvelle communication où j’ai décidé d’être 100% moi-même, sans filtres et en toute authenticité (je me suis même mise à la vidéo comme tu peux voir sur mon profil Instagram).
J’ai pu tester la chanson pour faire passer des messages, dévoiler ma courbe de chiffre d’affaires en toute transparence et révéler les erreurs d’entrepreneur que j’ai commises en 2020.
J’ai donc renoué avec ma créativité mais surtout mon authenticité.
.

4 – Sur le plan financier : un bilan encourageant

Comme je te le disais plus haut, j’ai pris la décision de quitter Paris et de rendre mon appartement. C’est un soulagement sur le plan financier, mais surtout psychologiquement, je me suis libérée et détachée de cette ville.
Alors voici mon bilan détaillé de ce mois de digital nomadisme au Portugal (3 semaines) et en Suède (2 semaines) :
Les plus : 
– Courses : 166 euros (contre une moyenne de 400 euros à paris)
– Santé : pas de dépense de santé ce mois de novembre
– Divertissement (sorties, massages) : 142 euros (contre une moyenne de 250 euros à Paris)
– Avion/train : 577 euros (contre une moyenne de 300 habituellement)
Les moins : 
– Uber/transports du quotidien: 195 euros (contre une moyenne de 40 euros à Paris)
– Resto/café : 370 euros  (contre une moyenne de 250 euros à Paris)
– Airbnb : 150 euros (égale aux derniers mois)
J’ai arrondi les chiffres pour plus de simplicité dans l’interprétation de mes résultats.
Au total : 1630 euros dépensés (hors budget) : ce qui est presque ma moyenne habituelle hors appartement à Paris.
 A terme, je suis donc gagnante car j’économise 1000 euros de loyer parisien + wifi + électricité + Taxe d’habitation.
.

Bilan d’un mois de digital nomadisme : je re-signe ! 

Je suis donc lancée pour une nouvelle vie de digital nomad jusqu’à ce que je me lasse ! En France, mais également à l’étranger.
Je me sens plus épanouie, créative et me retrouve gagnante sur le plan financier. Alors quelle sera ma prochaine destination ? Si les restrictions Covid ne sont pas trop importantes, je pense tester un petit tour de quelques mois en Asie début 2021.
Et pour ne pas me contenter de te faire rêver, j’aimerais te proposer de me rejoindre à terme dans des immersions à l’étranger entre entrepreneurs. Mais c’est un projet pour 2021, et je t’en reparlerai bientôt 🙂

Comment rétablir des bases saines dans ta vie

Dans notre quotidien, on a tendance à se laisser aller, parfois partir dans tous les sens, et oublier l’objectif et les valeurs qui nous animent. Sur le plan professionnel,  on peut se laisser bouffer par des clients parasite ou un patron tyrannique. Sur le plan extra-professionnel, on peut oublier l’objectif que l’on s’est fixé dans une activité sportive. Côté personnel, on peut se laisser parasiter par des relations toxiques. Alors comment sortir d